David Dufresne

Écrivain-documentariste, Allo Place Beauvau, «Dernière sommation» (Grasset), punk rock et contre filatures.

France

Sa biographie
Écrivain, réalisateur, punk rock, sousveillance et contre-filatures, David Dufresne vient de réaliser « Un pays qui se tient sage », son premier long métrage au cinéma, soutenu par la Quinzaine des réalisateurs de Cannes 2020. Auparavant, il a publié « Dernière sommation » (Grasset, 2019), son premier roman, après une dizaine d’ouvrages d’enquête dont « On ne vit qu’une heure, une virée avec Jacques Brel » (Le Seuil, 2018) et « Tarnac, magasin général » (Calmann Lévy, Prix des Assises du Journalisme 2012), salué comme « un petit chef d’œuvre » par Le Monde. En 2019, il a a reçu le Grand Prix du Journalisme 2019 aux Assises internationales du Journalisme pour son projet Allo Place Beauvau sur les violences policières, travail reconnu par l’ONU, le Conseil de l’Europe et le Parlement européen. Il a remporté le World Press Photo 2011 catégorie œuvre non linéaire pour son webdocumentaire Prison Valley (avec Philippe Brault), qui lui a ouvert les portes du MIT Open Documentary lab, où il fut artiste en résidence deux années.
Son blog
243 abonnés David Dufresne
Ses éditions
  • suivie par 26 abonnés MediapartTV
1 / 2
Voir tous
  • «Un pays qui se tient sage»: toutes les avant-premières en août et septembre!

    Par
    un-pays-bannie-re-1500x500
    Tous les pays du monde sont confrontés aux violences policières. Pour les démocraties, c’est un enjeu devenu crucial à leur propre survie. Le film questionne cette définition de Max Weber : « l’État revendique le monopole de la violence physique légitime »
  • Corona Chroniques, #Jour 57 et #Fin

    Par
    Paris, 11 mai 2020 © @Emily_Lykos Paris, 11 mai 2020 © @Emily_Lykos
    Une touriste s’approche, armée d’un t-shirt d’aéroport : «Reality Is Perfect (In Fiction)». Et si tout n’était que t-shirts cheap et retournements plein d’avenir ? «La fiction Était Parfaite (Dans cette réalité)». Jour 57, ultime Corona Chronique.
  • Corona Chroniques, #Jour56

    Par
    petite-lumie-re
    Dans sa dernière missive, le médecin de toutes les nuits finit par m'écrire, dans un éclair de lucidité : «en deux mois, on est passé du film de guerre froide au film de SF. Il me traverse l’esprit que certains aux commandes ne devraient pas en abuser.»
  • Corona Chroniques, #Jour55

    Par
    Paris, mai 2020 Paris, mai 2020
    Dans la salle, deux Brigades de solidarité populaire javellisent les conserves, et dépiautent les emballages ; ils trient, ils ensachent, petits colis d’autodéfense sanitaire parfaitement hermétiques, royalement offerts, auxquels ils glissent parfois un jouet. Une famille s’approche, de celles qui, désormais, sont à bout de tout, de la promiscuité et des économies.
  • Corona Chroniques, #Jour54

    Par
    Paris, 7 mai 2020 Paris, 7 mai 2020
    Et ce matin, email de SOS fin du monde : "Appel pour décès. Femme, 72 ans. Sur place: police, pompiers, spécialiste du monoxyde. Peu de doutes... Elle s’est «cachée». A en mourir. Victime collatérale invisible du #COVID19, aucune statistique pour cela.
Voir tous