«J'ai fait 70 heures de garde à vue simplement pour avoir tenu un parapluie»

Mélanie Ngoye Gaham, membre des Mutilés pour l’exemple, a passé trois jours et trois nuits en garde à vue. Pour rien. Ou plutôt si: pour avoir manifesté le 12 décembre contre la loi Sécurité globale. Elle est sortie sans aucune charge retenue contre elle.

Melanie Ngoye Gaham: son témoignage après 70 heures de garde à vue pour avoir manifesté © david dufresne

Travailleuse sociale, gilet jaune d'Amiens, membre des Mutilés pour l’exemple et de la Coordination nationale contre la loi Sécurité globale, Mélanie Ngoye Gaham a passé deux jours de garde à vue et une nuit au dépôt du tribunal de Paris. 

 « Bien sûr que oui j’ai peur. J’ai toujours eu peur d’aller manifester, mais bien sûr que non je ne lâcherai pas la rue. Dès janvier je serai de nouveau dans la rue, notamment pour monsieur Chouviat, pour rendre hommage à la mémoire de monsieur Chouviat mort le 3 janvier. Je serai là le 3 janvier avec sa famille et à militer avec le collectif des familles. » 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.