David Dufresne
Écrivain-documentariste, Allo Place Beauvau, «Dernière sommation» (Grasset), Un pays qui se tient sage (2020), punk rock et contre filatures.
Pigiste Mediapart

91 Billets

2 Éditions

Billet de blog 19 avr. 2020

Corona Chroniques, #Jour34

Trump qui rejoue la guerre de Sécession via notifications. A Clichy-sous-Bois, une file d’attente sans fin de morts-de-faim, venus chercher un sac de vivres, quelques boissons, le minimum pour s’en sortir. Et à minuit, #VilleneuveLaGarenne.

David Dufresne
Écrivain-documentariste, Allo Place Beauvau, «Dernière sommation» (Grasset), Un pays qui se tient sage (2020), punk rock et contre filatures.
Pigiste Mediapart

SAMEDI 18 AVRIL 2020 - JOUR 34

MATIN. Nouvelle taille de barbe, nouvelle moustache, façon Lemmy de Motorhead. Plus ratée qu’audacieuse, il faut l’admettre. Ces petites fantaisies nous sauvent du confinement.

Aux Etats-Unis, Trump s’invente d’autres amusements : il rejoue la guerre de Sécession par notifications. Sur Twitter, il bouge ses petits soldats d’années de plomb, et exulte les forces armées les plus incontrôlables — les civils, adeptes des gun shows — à déconfiner le confinement, à coups de manifestations musclées devant les parlements (démocrates) les plus stricts. Social distancing is communism dit une pancarte. Liberate Michigan ! Ordonne Trump, et aussi Liberate Minnesota ! Liberate Virginia and save your great 2nd Amendment. It is under siege !

On raconte que dans le Maryland, Alex Jones, chéfaillon des conspirationnistes, a déboulé tel un César moderne, à bord d’un pick-up aux allures de char d’assaut. Vingt deux millions de chômeurs à la rue, d’un coup de vent, des rumeurs de ratonnades, la Chine numéro 2 mondial en embuscade : c’est l’Amérique under siege !, qui panique et qui ne se reconnait plus. L’Amérique à l’heure de vérité, quand sa douce folie ne fait plus rire, que les gonzo tournent salauds — Welcome to the Terrordome (Public Enemy, 1991).

APRÈS-MIDI. Terrible photo dans Le Monde, prise à quelques kilomètres de Paris l’opulente, dans une petite ville arpentée dans une autre vie, bien avant Avant. Je crois reconnaitre certaines tours, le talus, les arbres, et tout près de là, la ville mitoyenne, Montfermeil, c’est le décor des Misérables, d’Hugo et de Ladj Ly, le cliché du Monde a été pris à Clichy-Sous-Bois, épicentre de la révolte populaire des quartiers en 2005 (« révolte populaire des quartiers » : c’est ainsi que la direction centrale des Renseignements généraux avait qualifié les trois semaines de soulèvement des banlieues françaises, le rapport avait tant amusé le ministre de l’Intérieur de l’époque, Nicolas le Pyromane, que le directeur central des RG s’était rapidement fait limoger, le service bientôt couper la tête, avant que les événements soient dépolitisés et requalifiés un peu partout en émeutes sans cause).

La photo montre une file d’attente sans fin, des morts-de-faim, venus chercher un sac de vivres, quelques boissons, le minimum pour s’en sortir. Le Monde raconte les destins fauchés en un #Confinement, l’argent qui ne rentre plus, l’intérim même plus intérimaire. A la première distribution d’aide alimentaire depuis le Corona, « 190 personnes se sont présentées, 490 la deuxième, puis 750. » Du reportage, des noms remontent, non pas fantômes, mais tenaces, des braves et des déterminés, comme à l’époque de Zyed et Bouna. L’association AC Le Feu, toujours vaillante.

(Souvenirs émus de Claude Dilain, maire de la ville, pédiatre et socialiste, si seul et si désolé deux ans après les événements, abandonné par la plupart des pontes de la rue Solférino et des bonnes âmes, parties en campagne ailleurs)

Dans le genre au front, le chanteur Kaddour Hadadi, l’auteur de la ritournelle « On Lâche Rien  », tube des manifestations, sort une nouvelle chanson intitulée « Pour Les Autres  », partie pour devenir hymne des balcons. Une chanson douce, une chanson triste, une chanson qui commence par Elles se battent pour les autres / Ils se battent pour les autres / Elles se dévouent pour les autres / Ils se dévouent pour les autres / Pour leur honneur et pour le nôtre et qui, soudain, au moment du pont, bascule dans le dur, et dans le vrai, avec un extrait d’Emmanuel Macron pris à partie au CHU de Rouen en 2018 par une infirmière («  On a besoin de lits, on a besoin de moyens, on a besoin de personnel  »).

SOIR. A 20h, #OnGifle.

Et à minuit, nouvelles alertes de terreur. A Villeneuve la Garenne, un motard percute une voiture banalisée, sur le grand boulevard central, pas loin de la mairie. Des témoins racontent : lui roulait sans casque, un policier aurait délibérément ouvert sa portière, choc, jambe explosée ; sur une vidéo, on entend des cris de douleurs, un uniforme fait un garrot à la victime, le ton monte, des rumeurs circulent. La fachosphère se croit au Maryland, et se met en ordre de bataille, ordurière, sûre d’elle et des sondages de repli qui, partout, se multiplient. Au cœur de la nuit, un jeune homme enfourche un Vélib’ et court chercher l’information, street-reporter d’une guerre qui ne dit pas son nom. C’est Taha Bouhafs, l’intrépide.

  • Moral du jour : 5/10
  • Ravitaillement : 4/10
  • Sortie : 1
  • Speedtest Internet : 937 Mbps

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et le collectif Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé