David Dufresne
Écrivain-documentariste, Allo Place Beauvau, «Dernière sommation» (Grasset), Un pays qui se tient sage (2020), punk rock et contre filatures.
Pigiste Mediapart

91 Billets

2 Éditions

Billet de blog 28 avr. 2020

Corona Chroniques, #Jour43

Et voilà les meilleurs journalistes de préfecture volant au secours de leurs sujets et de leurs sources (c’est leur droit, et leur militantisme) : dans leur fougue, ils ne voient pas qu’ils se précipitent, et leurs alliés, dans leur propre perte.

David Dufresne
Écrivain-documentariste, Allo Place Beauvau, «Dernière sommation» (Grasset), Un pays qui se tient sage (2020), punk rock et contre filatures.
Pigiste Mediapart

LUNDI 27 AVRIL AVRIL 2020 - JOUR 43

LUNDI 27 AVRIL AVRIL 2020 - JOUR 43

MATIN. Sur la quatre voies du retour vers le Pendant, et le Dedans, le type a brusquement décidé de freiner, deux fois, dans une manœuvre de déconfinement étrange, une sorte de tango avec lui-même, histoire de bien faire respecter les règles de distanciation automobile. Quand nous l’avons finalement dépassé, furieux, le conducteur a baissé sa vitre pour nous jeter je vous fais pas chier ? Sa voiture avait quelque chose de spécial, vraiment, quelque chose qui nous attirait, une rareté : elle était maquillée d’autocollants hypnotiques, de toutes parts — capot, toit, portières, coffre, calandre — des stickers en spirale, psychédéliques, et en virus : l’auto était un prototype lancé incognito sur la nationale déserte, tel un engin en perdition, masqué, en phase de tests, un Pouvoir en quête d’échappatoire — et qui pensait avoir fait le ménage sur la route et dans les rues. Nous étions des intrus, case 4, celle des « déplacements pour motif familial impérieux  », et armés de téléphone qui filme avec ça : je vous fais pas chier ? Ça sonnait comme un ordre, un Rentrez chez vous autoritaire. Ça donnait vraiment pas envie.

Arrivé peu avant Dreux, coup d’œil vers la fin du monde, l’aire de prostitution et d’abattage (cf. Corona Chroniques Jour 38), prêt à aller voir, à aller parler, à essayer de comprendre comment tiennent ces exploitées, quasi nues, et seules, en rase campagne et en Covid partout. Mais il est tôt, pas de cent pas, pas d’âmes qui vivent : elles doivent dormir encore, souffler un peu, avant l’enfer.

Et le périphérique finit par nous aspirer, fluide comme s’étonnent ses panneaux, et passablement pressé. Aux feux, chaque regard croisé, des SDF isolés aux petits vieux camouflés, c’est la même interrogation : qu’est-ce que vous faites là ? Et le même conseil : allez donc vous terrer chez vous, et que ça saute.

APRÈS-MIDI. C’est lundi et dans Lundi matin, la traductrice Florence Balique propose sa fournée hebdomadaire de Giorgio Agamben. Dans « Nouvelles réflexions », le philosophe italien note : « De toute part on entend aujourd’hui formuler l’hypothèse que, en réalité, nous sommes en train de vivre la fin d’un monde, celui des démocraties bourgeoises, fondées sur les droits, les parlements et la séparation des pouvoirs, cédant la place à un nouveau despotisme, qui, quant à l’omniprésence des contrôles et l’arrêt de toute activité politique, sera pire que les totalitarismes que nous avons connus jusqu’à présent. Les politologues américains l’appellent Security State, c’est-à-dire un État dans lequel, pour « raisons de tristement célèbres « comités de salut public » durant la Terreur), l’on peut imposer n’importe quelles limites aux libertés individuelles.  »

Sur France Info, la procureure de Nanterre tente de relativiser ce qui s’est déroulé sur L’Ile-Saint-Denis, dans la nuit de samedi à dimanche. Coursé par la police, un cambrioleur présumé se jette à la Seine. Quand il est repêché, les injures racistes fusent. Un policier : « Un bicot comme ça, ça ne nage pas », un autre : « Ha ha ha, ça coule. Tu aurais dû lui accrocher un boulet au pied ». Pour la représentante du parquet, c’est évidemment inadmissible mais elle demande à ce qu’on ne généralise pas.

Que le #Confinement soit, à l’évidence, marqué par une sur-brutalité policière dans les quartiers populaires n’est pas évoqué. Pour ce cas là, justice sera faite, promet-elle. Pour celui-ci. Comme si ce qui importait, plus que tout, au fond, serait de continuer à narrer la fable d’une justice indépendante, d’une séparation des pouvoirs, persister à faire croire au mythe des démocraties bourgeoises pour reprendre Agamben. Ici, pour une raison implacable : la vidéo qui a capté l’instant a ce détail qui fait toute le différence, ils étaient deux à saisir la scène, un vidéaste et un preneur son [1]. L’abus de pouvoir est parfaitement audible, parfaitement odieux.

Sur Twitter, les syndicats de police embrayent. Et me revoilà confiné avec eux, comme avant notre escapade, comme avant les cinq jours avec les enfants, retour à l’anormal pour de bon et de mauvais : les yeux rivés sur l’écran, en pas même un quart d’heure, je plonge. A leur tour, si les syndicats lâchent leurs collègues, c’est évidemment pour mieux resserrer leurs rangs et tenter de faire oublier le racisme systémique d’une partie de la Maison police. Il s’agit avant tout d’isoler les cas du cluster, de les mettre en quarantaine. Et mieux : de les exhiber. Enfin, c’est au tour des meilleurs journalistes de préfecture de voler au secours de leurs sujets et de leurs sources (c’est leur droit, et leur militantisme) : dans leur fougue, ils ne voient pas qu’ils se précipitent, et leurs alliés, dans leur propre perte.

(Comment sortir de là ?)

SOIR. A 20h, retrouvailles avec le petit voisin, et réconfort devant l’endurance dans sa joie à applaudir le monde qui l’attend. Bonjour bonhomme. #OnOublieraPas.

Demain, Édouard Philippe doit annoncer les mesures de ce déconfinement qui tarde. Personne n’y croit vraiment, pas même lui, si on en croit la presse, qui se délecte toujours des bruits de palais. Sarkozy bientôt à Matignon est la rumeur la plus folle. Sa simple circulation signe la mise en bouche d’un Après qui arrière-goûte beaucoup l’Avant.

  • Moral du jour : 6/10
  • Ravitaillement : 4/10
  • Sortie : 1
  • Speedtest Internet : 938 Mbps

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et le collectif Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai