David Nakache
Président de l'association "Tous citoyens !"
Abonné·e de Mediapart

217 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 oct. 2018

David Nakache
Président de l'association "Tous citoyens !"
Abonné·e de Mediapart

Palais de justice : la chasse aux pauvres continue à Nice

Après la Place du Pin, Christian Estrosi veut chasser les SDF des marches du Palais de Justice. Manque de logements sociaux, d'hébergements d'urgence, gestion à court terme et répression ne font pas une politique sociale. Jusqu'où ira-t-on dans cette chasse aux pauvres grotesque et inhumaine ?

David Nakache
Président de l'association "Tous citoyens !"
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Autrefois les marches du Palais de Justice de Nice étaient accessibles à tous. Puis la Ville de Nice, estimant qu'il y avait trop de SDF sur ces marches, a fait poser des barrières à mi-hauteur. Mais ce qui devait arriver arriva : les SDF descendirent de quelques marches.

Le maire de Nice, Christian Estrosi, décidé à faire la chasse aux pauvres au lieu de les aider, fait poser des grilles en bas des marches. Le Palais de Justice donnera désormais l'image déplorable d'un bunker inaccessible. Et ce qui devrait arriver arrivera : les SDF se déplaceront vers la fontaine voisine.

Christian Estrosi coupera-t-il l'eau de la fontaine Place du Palais comme il a tenté de le faire Place du Pin ? Engrillagera-t-il la fontaine comme il a engrillagé le tribunal et les jardins publics ? Quand décidera-t-on à Nice d'aider les SDF au lieu de les chasser ? Et jusqu'où les chassera-t-on ainsi ? 

Le maire de Nice tente-t-il, par ce biais, d’empêcher les rassemblements de soutien aux citoyens solidaires injustement accusés parce qu’ils aident des réfugiés ?

Nous sommes nombreux, associations, syndicats, partis politiques, citoyennes et citoyens, à avoir mené la bataille de l’eau pour rétablir l’accès à l’eau potable pour tous Place du Pin. Nous luttons pour des conditions de vie dignes pour tous à Nice. Doit-on lancer une mobilisation à chaque tentative du maire de Nice pour chasser les pauvres de la ville ?

Il est temps d’engager à Nice une véritable politique sociale de lutte contre la pauvreté. Ce sont les travailleurs sociaux et les associations d’aide aux démunis qui détiennent les solutions à long terme pour accompagner les SDF, les travailleurs pauvres, les personnes en grande précarité à se réinsérer socialement et professionnellement, à scolariser les enfants, à lutter contre la dépendance à l’alcool, à permettre l’accès aux soins, etc.

On ne peut maintenir un taux de logements sociaux à 13 % dans la 5ème ville de France, y maintenir un nombre de places d’hébergements d’urgence dérisoire et chasser les SDF de places en places. La Ville de Nice a pris un arrêté anti-SDF pour les chasser des lieux touristiques pendant l’été mais cela n'a rien réglé.

Manque de logements sociaux et d’hébergements d’urgences, répression et traque des SDF ne font pas une politique sociale. Jusqu'où ira-t-on dans cette chasse aux pauvres grotesque et inhumaine ? Qu'est-ce qu'une ville, qu'une société qui pose des grilles, des barreaux et des verrous partout ? En tentant de chasser les pauvres, Christian Estrosi engrillage la ville, enferme les Niçois à l'intérieur de ses propres peurs.

Nous voulons une ville et une société ouvertes et nous nous battrons autant qu'il le faudra pour cela.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
« Après Perdriau maître chanteur, voici Perdriau maître censeur »
Un nouveau conseil municipal sous tension s’est tenu lundi à Saint-Étienne, dix jours après la censure préalable d’un article de Mediapart. Les appels à la démission du maire se sont multipliés, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’hôtel de ville. Inflexible, Gaël Perdriau a déclaré qu’il ne démissionnera pas, même s’il est mis en examen. 
par Mathieu Martinière (We Report)
Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot

La sélection du Club

Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart