David Nakache
Président de l'association "Tous citoyens !"
Abonné·e de Mediapart

207 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 oct. 2021

S'opposer à Zemmour, un devoir citoyen

Qu'Éric Zemmour aille au bout de la campagne présidentielle ou non et que les partis politiques progressistes se décident ou non à réellement s'opposer à lui, il revient à chaque citoyenne et à chaque citoyen de combattre pied à pied chacune des thèses dont il fait la promotion.

David Nakache
Président de l'association "Tous citoyens !"
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Éric Zemmour a été condamné pour provocation à la haine raciale. Il est raciste et prône une vision raciste de la société. Nous devons le dire, l'écrire, le dénoncer et combattre son projet politique. Toute pondération et tout atermoiement à ce sujet est le début d'une inacceptable compromission.

Le régime de Vichy a participé à la solution finale. Minimiser le rôle du Maréchal Pétain et tenter de le réhabiliter comme le fait Érc Zemmour n'est rien d'autre qu'une forme de révisionnisme.

La mise sur le même plan, volontaire, par Éric Zemmour de l'islam et de l'islamisme et ses propos réitérés contre les musulmans sont clairement islamophobes.

Le virilisme qu'il défend depuis de longues années repose tout à la fois sur un sexisme rétrograde assumé et sur une homophobie à peine voilée.

La droite qui nous somme, à chaque élection, de faire un front républicain contre l'extrême droite n'ose pas s'opposer à Éric Zemmour et refuse de dénoncer clairement son racisme, son révisionnisme ou son sexisme. Sa non-opposition à Zemmour lui retire toute légitimité à prétendre être une droite "républicaine".

Dans les Alpes-Maritimes, Éric Ciotti, député LR et questeur à l'Assemblée, dévoile plus ouvertement encore qu'auparavant sa ligne politique d'extrême droite et annonce qu'il voterait Zemmour face à Macron.

La Ville de Nice, via son Centre Universitaire Méditerranéen, a invité plusieurs fois Éric Zemmour, sans contradicteurs face à lui. Un conseiller municipal de la majorité et adjoint au maire, Gaël Nofri, l'a récemment "accueilli" pour un quasi-meeting de campagne.

La gauche, quant à elle, a trop longtemps fait l'autruche. Le sempiternel argument selon lequel parler de Zemmour serait faire sa promotion a cautionné un silence coupable face au déversement de thèses d'extrême droite dans les médias.

Le simple fait que l'on débatte pour savoir si Jean-Luc Mélenchon devait ou non débattre avec Zemmour est le symptôme d'un profond renoncement.

Bien au-delà de la personne d'Éric Zemmour, la politique qu'il défend est profondément discriminatoire et attentatoire aux libertés comme à l'égalité. Elle repose sur une vision de la société qui ne peut générer, si elle accède au pouvoir, de façon directe ou indirecte, que des conflits ouverts, de la violence d'État et de multiples souffrances. Elle est l'antithèse des valeurs républicaines qui fondent et régissent notre démocratie.

Aujourd'hui, qu'Éric Zemmour aille au bout de la campagne présidentielle ou non et que les partis politiques progressistes se décident ou non à réellement s'opposer à lui, il revient à chaque citoyenne et à chaque citoyen de combattre pied à pied chacune des thèses dont il fait la promotion.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel