Combattre le terrorisme, pas les musulmans

Nous faisons face, sous couvert de défense de la laïcité et de lutte contre le terrorisme, à un déferlement de haine islamophobe et, désormais, à une institutionnalisation de l'islamophobie par Emmanuel Macron et son gouvernement. Il nous revient, à nous, citoyennes et citoyens, de lutter sans relâche contre l'islamophobie, partout et sous toutes ses formes.

En quelque jours ont eu lieu plusieurs événements consécutifs concourant à une légitimation et une institutionnalisation de l'islamophobie en France (par islamophobie j'entends toute stigmatisation ou discrimination à l'encontre de personnes en raison de leur croyance réelle ou supposée à l'islam).

Lors de son discours du 8 octobre 2019, Emmanuel Macron a appelé tous les Français à être vigilants et à signaler tout comportement de radicalisation "à l'école, au travail, dans les lieux de cultes, près de chez soi", au risque de basculer d'une "société de vigilance" à une société de délation généralisée.

Ce même 8 octobre, Christophe Castaner, ministre de l'intérieur, auditionné par la commission des lois de l'Assemblée Nationale, énonce une liste de comportements indiquant une radicalisation parmi lesquels le port de la barbe et le fait, pour un homme, de refuser de faire la bise à une femme.

Le conseiller régional du rassemblement national Julien Odoul a interpellé, en séance du Conseil Régional de Bourgogne-Franche-Comté le 11 octobre, la présidente du Conseil Régional pour contraindre une maman voilée accompagnant une sortie scolaire à retirer son voile, provoquant les larmes de son fils. 

Michel Blanquer, ministre de l'éducation nationale, indique le 13 octobre, que "le voile n'est pas souhaitable dans notre société" et explique que l'éducation nationale doit signaler tout comportement anormal parmi lesquels celui d'un petit garçon qui, à l'école, refuserait de donner la main à une petite fille.

Les élus LR, de Christian Jacob à Eric Ciotti, se succèdent depuis sur les plateaux de télévision pour valider la position frontiste et demander l'interdiction du port du voile par les accompagnatrices de sorties scolaires.

Nous sommes confrontés d'une part, sous couvert de défense de la laïcité, à un déferlement de haine islamophobe de la part de la droite et de l'extrême droite et, d'autre part, sous couvert de lutte contre le terrorisme, à une légitimation, une organisation et une institutionnalisation de l'islamophobie par le Président de la République et par son gouvernement.

En réalité on se trompe d'ennemi. Une mère de famille n'est pas l'ennemie de la Nation, les terroristes oui. On ne combat pas le terrorisme en stigmatisant mamans et enfants. On ne combat pas le terrorisme en travestissant la laïcité. On ne lutte par contre le terrorisme en appelant à une société de délation généralisée. On ne lutte contre le terrorisme ni en divisant la société française ni en renonçant à nos libertés individuelles.

Il semble en conséquence nécessaire de rappeler quelques évidences.

1. La laïcité n'est pas un antidote au terrorisme

Imaginons qu'une laïcité intransigeante soit adoptée en France en modifiant ou en abrogeant la loi du 9 décembre 1905. Imaginons que tout signe religieux soit interdit dans l'espace public, au travail et dans les administrations. Plus de voile, de burka, de burkini, plus la moindre coiffe de nonne, croix, kippa ou étoile de David. Les attentats cesseront-ils en France ? A l'évidence non, et la laïcité la plus rude n'empêchera jamais le fanatisme de frapper.

Nous faisons donc erreur en pensant que la laïcité est un instrument de lutte contre le terrorisme. Pire, nous dénaturons la laïcité et les tenants d'une laïcité intransigeante, en réalité, ne défendent pas la laïcité mais la sécularisation.

La laïcité n'est pas la négation du fait religieux, elle garantit la liberté de culte et de conscience de chacun dans le respect de la loi. Elle demeure avant tout un principe émancipatoire.

La laïcité doit être traitée pour elle-même et ne doit servir ni de compensation à notre frustration collective à ne pouvoir éradiquer la menace terroriste, ni de prétexte pour réaffirmer la prédominance de l'identité religieuse chrétienne de la France contre l’islam, ni de paravent à un racisme anti-arabe qui profite aujourd’hui de la peur des attentats pour se répandre en toute impunité.

Le lien sous-jacent entre laïcité et terrorisme est le concept de radicalisation. On pose par erreur le présupposé selon lequel en limitant par une laïcité devenue sécularisation les manifestations publiques d'appartenance à l'islam on combattrait le phénomène de radicalisation qui mènerait de l'islam à l'islam politique, l'islamisme et le terrorisme.

2. Ne plus parler de "radicalisation" 

Parler de "radicalisation" et d'islam "radical" laisse penser qu'il n'y a qu'une différence de degrés et non une différence de nature entre l'islam et l'islamisme, entre l'islam et le terrorisme. On serait musulman et on pourrait devenir peu à peu islamiste ou terroriste. Pire, tout musulman serait un terroriste potentiel. Et comme tout maghrébin est, dans l'inconscient collectif, supposé être musulman, le jeu des amalgames amène à banaliser le racisme anti-arabe sous-couvert de lutte contre le terrorisme. 

Il ne s'agit pas ici de soutenir que le terrorisme islamiste n'a rien à voir avec l'islam puisqu'à l'évidence il s'en réclame. Pour autant, force est de constater que le passage à l'acte terroriste est un phénomène éminemment complexe, pluriel et protéiforme.  Toute personne écrivant sur le sujet doit l’admettre : aucune explication ne s’avère suffisante en soi, personne ne détient « la » solution parce qu’il n’existe pas « une » explication mais une concomitance de facteurs multiples et interdépendants. Le terrorisme touche tout autant des adeptes de théories d'extrême droite suprémacistes que des djihadistes. Certains terroristes ne semblent recourir au djihad que pour légitimer leur passage à l'acte et il est bien difficile de déterminer si certains actes meurtriers relèvent du fanatisme religieux et sont diligentés de l'étranger ou relèvent de comportement pathologiques déconnectés d'une véritable entreprise terroriste quand bien même ils s'en réclament.

Pour ceux qui ont développé une réelle adhésion aux thèses djihadistes, parler de "djihadisation" serait plus juste que de parler de "radicalisation", en se référant non au djihad spirituel ou au djihad défensif mais au djihad offensif et aux thèses djihadistes revendiquées par Al Qaida et Daech. 

3. Ne plus parler d'islam "politique"

Si des attentats sont revendiqués au nom d’une religion, cela ne veut pas dire que cette religion soit elle-même en cause et contiendrait intrinsèquement le germe de son dévoiement. L'instrumentalisation d'une croyance pour asseoir une domination politique n'est pas un phénomène nouveau. Que l’on se souvienne des conversions forcées, des Croisades, de la Reconquista, de la torture sous l’Inquisition ou de la Saint Barthélémy. On ne parlait pas à l'époque et l'on ne parle pas, rétrospectivement, d'un "christianisme politique". De même lorsque l'Etat l’Israël mène une politique d'extension des colonies juives dans les territoires occupés, on ne parle pas de "judaïsme politique". Il s'agit d'entreprises politiques qui cherchent dans la religion une justification à leur tentatives de dominations. Pourquoi dans le cadre de l'islam parlerait-on "d'islam politique" ?

Tout comme le terme de radicalisation, le terme d'islam politique laisse penser que l'islam contient en elle-même une potentialité terroriste. Nous avons ainsi vu des personnalités comme Michel Onfray soutenir que l'islam serait incompatible avec la république car le Coran contenait des appels au meurtres, oubliant la violence de certains passages bibliques, oubliant qu'on a pu également se livrer à des massacres au nom d'une religion prônant l'amour de son prochain. 

En réalité, on peut tenter de justifier toute tentative de domination politique et toute exaction par une religion ou une idéologie quelle qu'elle soit en la dénaturant et en l'instrumentalisant. Que l'on se souvienne également pour cela de l'idéal communiste et des goulags staliniens... 

4. Ne pas légitimer, organiser ni institutionnaliser l'islamophobie

La plupart des terroristes ayant commis ou tenté de commettre des attentats sur le sol français ces dernières années sont passés par l’école de la République, étaient suivi par les services sociaux et par le renseignement français, et ont été détenu dans les prisons françaises. Très peu fréquentaient assidûment les mosquées. On ne combat pas une organisation militaire, une idéologie totalitaire et des dérives sectaires en stigmatisant une religion.

Diviser la société française en discriminant une partie de la population, c'est affaiblir la France et c'est faire le jeu du terrorisme. Car, très précisément, le terrorisme islamiste cherche à détruire le modèle républicain et laïque français. Il combat la possibilité du vivre ensemble, il combat les libertés individuelles et notamment celles des femmes. Renoncer à nos libertés individuelles et rendre impossible le vivre ensemble en organisant la stigmatisation des citoyens français de confessions musulmane, c'est très précisément faciliter la tâche du terrorisme.

Alors que les millions de français de confession musulmane démontrent au quotidien que la pratique de leur foi ne menace par la Nation, la légitimation, l'organisation et l'institutionnalisation de l'islamophobie en France par le Président de la République et par le gouvernement constitue une faute politique majeure. 

Aller signaler et donc ficher un homme parce qu'il ne fait pas la bise aux femmes, aller signaler et donc ficher un petit garçon qui ne tient pas la main des petites filles est absurde et dangereux. Ériger la lutte contre la radicalisation en politique publique en y mettant un contenu aussi aléatoire et discrétionnaire touche au grotesque mais peut avoir des conséquences lourdes et dangereuses.

Cette islamophobie d'Etat devrait faire bondir l'ensemble de la classe politique progressiste et humaniste. Elle devrait susciter un tollé généralisé. L'absence de réaction à la hauteur de la gravité des faits cités montre que ces amalgames et cette confusion touchent la gauche comme la droite et l'ensemble de la société. Nous avons d'ailleurs vu récemment, avec consternation, Henry Pena-Ruiz affirmer que l'on avait "le droit d'être islamophobe" pour tenter ensuite d'expliquer son propos sans parvenir à convaincre.

Il nous revient à nous, citoyennes et citoyens, de ne pas nous leurrer sur ces sujets, de nous mobiliser et de nous élever contre les stigmatisations et discriminations subies par nos concitoyens de confession musulmane, de lutter sans relâche contre l'islamophobie, sous toutes ses formes, qu'elle émane de forces politiques ou de personnalités de gauche comme de droite et bien sûr d'extrême droite, ou qu'elle émane du gouvernement et des pouvoirs publics eux-mêmes.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.