David Nakache
Président de l'association "Tous citoyens !"
Abonné·e de Mediapart

212 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 janv. 2019

Mépris macronien : une stratégie irresponsable

Alors que le mouvement des Gilets Jaunes est en partie le prix de son mépris, alors qu'il tente officiellement d'apaiser les choses avec un débat national qu'il fausse lui-même dès son lancement, Emmanuel Macron en rajoute et joue les pyromanes irresponsables à grand coups de petites phrases méprisantes et insultantes. Comment expliquer ce comportement proprement indigne d'un chef de l'Etat ?

David Nakache
Président de l'association "Tous citoyens !"
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La France est le théâtre, chaque semaine, de violences extrêmes, y compris contre la presse, pilier de notre vie démocratique. Nous comptons 12 décès directement ou indirectement liés au mouvement des Gilets Jaunes. Quand bien même les revendications sociales et démocratiques, sont légitimes, les violences, elles, sont inacceptables.

L’Etat exerce lui aussi une violence illégitime : les exactions des forces de polices à l’encontre des manifestant et en particulier des jeunes, et la violence sociale, invisible, non quantifiable, poussant chaque jour un peu plus à bout une part grandissante de la population.

Le débat national lancé par le chef de l’Etat est faussé dès son lancement. Il ne répond pas aux revendications faites par les Gilets Jaunes (justice fiscales, augmentation des salaires et des retraites, coût de la vie, refonte démocratique) pour y substituer des thèmes volontairement polémiques (laïcité, quotas migratoires). Sa lettre aux Français apparaît comme le point culminant d'une mascarade faite tout à la fois de démagogie et d'improvisations hasardeuses très inquiétante pour la fin de son mandat.

Dans ce contexte, voir le Président de la République se livrer à de nouvelles « petites phrases » méprisantes et insultantes laisse pantois.

Il a exaspéré et blessé les Français, ceux qui ne sont « rien », les « illettrés »,  ceux qui n’ont qu’à « traverser la rue » pour trouver un travail, ceux qui coûtent à la France « un pognon de dingue », ceux qui « se plaignent » et sont « réfractaires au changement ». Et il nous dit désormais que nous avons perdu « le sens de l’effort » et que certains parmi nous, en difficulté, « déconnent ».

Emmanuel Macron joue les pyromanes au pire moment. Alors que le mouvement des Gilets Jaunes est en parti le prix de son mépris, il en rajoute, il provoque, il pousse à la faute. Comment expliquer ce comportement proprement indigne d’un chef de l’Etat ?

Nous ne pouvons supposer un manque d’intelligence de sa part. Nous pouvons, par contre, émettre, a minima, au moins deux hypothèses, aussi graves qu’effrayantes :

Hypothèse n°1 : l’irresponsabilité.

Le Président serait à ce point déconnecté du réel, hors sol, qu’il ne mesurerait pas la portée de son mépris. Il pratiquerait une forme de provocation irresponsable à l’égard des Français, enivré par le pouvoir, certain de remporter ce bras de fer et réduisant de fait son mandat à un simple rapport de force.

Hypothèse n°2 : la stratégie

Emmanuel Macron ferait le choix délibéré de la provocation, après neuf semaines de violences généralisées et incontrôlées, pour pousser le pays à un paroxysme de crise. Devant l’aggravation de la situation et l’avènement d’un point critique, il tenterait alors d’instaurer un pouvoir autoritaire, seul capable de restaurer l’ordre républicain.

Il n’est pas à exclure que le comportement inconséquent du Président résulte d’un mixte de ces deux hypothèses, une stratégie irresponsable.

Entre des scènes répétées semaines après semaines d’une insupportable violence d’une part et la stratégie irresponsable du chef de l’Etat de l’autre, il nous revient à nous, citoyens, d’être intelligents pour trois.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Raphaël Arnault, l’antifa qui veut être député
L’ancien porte-parole du collectif Jeune Garde se présente dans la deuxième circonscription de Lyon, avec le soutien du NPA, face au candidat désigné par la Nupes, l’ancien marcheur Hubert Julien-Laferrière. L’ultime métamorphose d’un antifascisme nouvelle génération. 
par Mathieu Dejean
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa