Mineurs isolés : quand faire des économies rime avec mise en danger

Communiqué de presse du 10 juillet 2019 de l'association "Tous citoyens !" :

Mineurs isolés : quand faire des économies rime avec mise en danger

 

"Les tensions et violences survenues au foyer pour mineurs isolés étrangers les Pins, à Valbonne, sont la conséquence directe de choix économiques : pour dépenser moins, le Département 06 a choisi d'ouvrir une structure trop grande de 100 lits qui entrave le suivi personnalisé et la prévention des conflits. Une telle structure favorise la mise en danger physique et psychologique du personnel comme celle des jeunes.

L'accompagnement des jeunes exilés nécessite des structures plus petites de 30 à 40 lits maximum, du personnel diplômé et formé en nombre suffisant. Ces mineurs ayant souvent subi des violences et des actes de torture, un suivi psychologique adapté et constant est indispensable. 

La répartition géographique de ces foyers doit également être pensée à l'avance. En effet, ces jeunes sont quasiment tous orientés vers de l'apprentissage. Or concentrer une centaine de jeune au même endroit revient à saturer de demandes les patrons proches acceptant des apprentis et à obliger les jeunes à rechercher des contrats d'apprentissage de plus en plus loin. 

Nous préconisons en conséquence une répartition des mineurs isolés dans des petites structures situées près des centres de formation et des bassins d'emplois potentiels.

Afin d'éviter des oppositions de maires ou de riverains, comme à Saint Agnès, nous préconisons un travail en amont, pour ne pas mettre la population et les élus locaux devant le fait accompli. Il s'agit de concevoir l'accueil de ces mineurs en accord avec la population, les élus et les associations locales et nous invitons le Département et la Préfecture à la concertation et au dialogue préalables.

La prise en charge de ces jeunes en souffrance connait de nombreuses carences quant aux conditions de mise à l'abri, aux modalité d'évaluation de minorité et aux premiers mois de placement. Mais le processus d'intégration, une fois véritablement lancé, se passe souvent de façon très positive. Les éducateurs, les centre de formation pour apprentis, les lycées professionnels et les entrepreneurs leur donnent une nouvelle chance et nous sommes témoins de belles réussites.

Il est regrettable que le choix d'un accueil au plus bas coût vienne entraver les efforts conjugués de jeunes exilés qui font tout pour s'en sortir et de l'ensemble des acteurs qui leur viennent en aide, au risque d'une mise en danger des jeunes et du personnel encadrant.

Or les arbitrages budgétaires révèlent une priorisation des actions à mener et, au fond, relèvent de décisions politiques et bien souvent idéologiques. Nous ne pouvons que rappeler le Président du Département et le Préfet des Alpes-Maritimes à leurs obligations légales de protection, de soin et d'éducation des mineurs isolés étrangers ainsi que de protection du personnel encadrant."

 

L'association "Tous citoyens !"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.