Rachat de Nice Matin : un danger pour la démocratie locale

Communiqué de presse du 16 juillet 2019 de l'association Tous citoyens :

"Rachat de Nice Matin : un danger pour la démocratie locale"

"Nice Matin est en phase d'être racheté et l'une des deux offres en lice aurait pour conséquence directe des "synergies de contenus" avec l'hebdomadaire Valeurs Actuelles. Cette offre est celle du groupe Prinvinvest Medias présidé par Étienne Mougeotte, et de sa société Valmonde Presse, propriété d'Iskandar Safa, détentrice de Valeurs Actuelles.

Valeurs Actuelles propose une ligne éditoriale ouvertement réactionnaire et xénophobe, alimentant de façon récurrente les thèses de l'invasion migratoire et du grand remplacement.

Nice Matin est le seul quotidien payant à Nice et se trouve, de fait, dans une situation de monopole, ce qui lui confère une responsabilité accrue quant à l'équilibre de sa ligne éditoriale. Sa situation financière n'a pu être sauvée que par l'action collective et coopérative de ses salariés constitués en SCIC.

Une mainmise de Valeurs Actuelles sur Nice Matin constituerait une plateforme quotidienne de diffusion massive de thèses d'extrême droite dans la 5ème ville de France à un an des élections municipales. Cette perspective devrait inquiéter bien au-delà des frontières de Nice et des Alpes-Maritimes.

Les thèses d'extrême droite sont aujourd'hui banalisées, légitimées et parfois institutionnalisées. Il revient à tout citoyen œuvrant pour le vivre ensemble, attaché aux valeurs de notre République, "Liberté, égalité, fraternité", de les combattre.

La presse locale est l'un des acteurs déterminants du débat public et de la démocratie locale. Il revient à tout défenseur de la démocratie de soutenir une presse la plus libre et la plus indépendante possible.

Nous appelons l'ensemble des acteurs en mesure de contribuer à empêcher le rachat de Nice Matin par Iskandar Safa à prendre leurs responsabilités et à tout mettre en œuvre pour cela."

L'association "Tous citoyens !"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.