Non à l'interdiction d'accès aux plages de Nice le soir

Après différentes places grillagées, l'interdiction d'accès le soir à la Réserve, l'interdiction d'accès aux bords de quais, voici venue l'interdiction pure et simple d'accéder à la plage les soirs de week-end à Nice. Or interdire, ce n'est pas protéger. C'est pénaliser l'ensemble de la population et ne faire que déplacer le problème. Analyse d'un aveu d'échec sécuritaire.

Le maire de Nice et le Préfet des Alpes-Maritimes veulent interdire l'accès de tous aux plages de Nice, au Port et à la Réserve à partir de 22h les vendredi, samedi et dimanche.

La logique est simple : quelques-uns causent des troubles, on pénalise tout le monde. Au lieu d'assurer la sécurité des Niçois et des touristes au bord de mer, on leur interdit d'y accéder.

Comment une municipalité qui dépense un budget énorme pour la sécurité (90 millions d'euros en 2020), qui est l'une des villes ayant le plus de policiers municipaux et de caméras de vidéo surveillance, peut elle se déclarer par avance incapable de garantir la sécurité sur ses plages et son port ? A quoi sert donc de jouer les "Monsieur muscles politiques" quand on est inapte à protéger ses habitants ?

Le cœur du problème est là : interdire, ce n'est pas protéger.

Interdire l'accès à un lieu public, le clôturer avec des grilles, ne fait que déplacer le problème. Récapitulatif : des groupes de jeunes causent, selon la municipalité, des incivilités à la Réserve. On interdit à tous d'y accéder le soir en posant des grilles le 12 juin. Ces groupes se déplacent au Port et on interdit également à tous, vers le 25 juin, d'y accéder le soir. Ils s'installent ensuite sur les plages de la Promenade des Anglais, on interdit désormais l'accès aux plages pour tous. Et si, demain, ils causent des incivilités dans la vieille ville... on ferme le Vieux Nice ? Jusqu'où ira la logique de l'interdit à Nice ?

Christian Estrosi a grillagé le square Marshall, la place des Cigalusa, la place de l'armée du Rhin ou les marchés du Palais de Justice mais il ne fait à chaque fois que déplacer le problème vers des lieux proches. La culture de l'interdit et des espaces clos est un leurre sécuritaire.

En interdisant à tous d'accéder à l'espace public, Christian Estrosi accroît le pouvoir de nuisance des "fauteurs de troubles" : à cause d'eux et de l'inaptitude des pouvoirs publics, toute la ville est pénalisée. A vouloir systématiquement interdire et clôturer l'espace public, on s'enferme soi-même.

Et que dire des touristes que l'on cherche par tous moyens à faire venir pour sauver l'économie locale maladivement dépendante de la mono activité touristique ? Ils viennent à Nice mais ils ne pourront plus accéder au bord de mer après avoir dîné dans le Vieux Nice ? Quelle image de notre ville leur donne-t-on ?

"Homme libre, toujours tu chériras la mer" écrivait Baudelaire. La mer, c'est la liberté. L'accès au bord de mer provoque un sentiment d'évasion, d'ouverture sur l'immensité, avec toujours une intensité si particulière. La plage est souvent cet endroit à part où l'on s'extrait de l'agitation de la ville, où l'on retrouve les éléments naturels.

L'espace public permet, s'il est aménagé pour cela, de favoriser les échanges, le vivre ensemble et l'inclusion social de tous. En clôturant l'espace public et en interdisant d'y accéder, Nice renonce tout à la fois à développer le lien social, à devenir une ville hospitalière et à garantir la sécurité de tous (lire ici). Elle devient une succession d'espaces clos, un lieu de déshumanisation et de ségrégation anti-SDF. Elle renonce à la politique de prévention qui lui incombe.

De plus, Christian Estrosi et son équipe stigmatisent systématiquement la jeunesse. Anthony Borré, 1er adjoint, déclare, en interdisant l'accès à la plage, "lutter contre les rassemblements de jeunes et faire cesser les troubles liés au bruit. Des amendes seront dressées et les instruments de musique comme les Djembé pourront être saisis" (lire ici). Or être jeune et jouer de la musique entre amis le soir sur la plage est normal et légitime. Aller jouer du djembé sur la plage, c'est précisément s'éloigner des habitations pour ne pas gêner les riverains. La jeunesse doit avoir sa place à Nice et lui opposer systématiquement des interdits ne fera qu'envenimer les choses.

Le bord de mer, comme l'ensemble de l'espace public, doit rester accessible à tous. Il revient aux pouvoirs publics locaux, maire comme préfet, de garantir la sécurité de l'ensemble de la population sans interdire d'accéder à la plage, au port ou à la Réserve. Nous voulons habiter la ville librement, avec humanité, et préserver le vivre ensemble à Nice.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.