David Nakache
Président de l'association "Tous citoyens !"
Abonné·e de Mediapart

217 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 oct. 2022

David Nakache
Président de l'association "Tous citoyens !"
Abonné·e de Mediapart

Communiqué de presse : “Attentat de Nice : faire émerger la vérité ”

David Nakache
Président de l'association "Tous citoyens !"
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué de presse commun de la Ligue des Droits de l'Homme section Nice, du Syndicat des Avocats de France,

du Collectif citoyen 06 et de l'association Tous citoyens :

Attentat de Nice : faire émerger la vérité 

Les auditions de François Hollande et Bernard Cazeneuve par la Cour d'Assises spéciale de Paris lundi 10 octobre n'ont pas permis de faire émerger la vérité sur le dispositif de sécurité mis en place à Nice le 14 juillet 2016.

François Hollande a renvoyé, pour les détails du dispositif, sur Bernard Cazeneuve. Ce dernier a, à son tour, renvoyé à la responsabilité du maire de Nice et du Préfet alors en fonction. Or, et alors que c'est lui qui a validé le dispositif de sécurité, le Préfet Adolphe Colrat n'est pas cité comme témoin dans ce procès.

Jeudi 20 octobre ce sera au tour de Christian Estrosi, alors en charge de la sécurité, et de Philippe Pradal, alors maire de Nice, d'être entendus mais sans qu'aucune suite ne puisse être donnée à ces témoignages dans le présent procès, puisque son objet est uniquement la responsabilité des personnes de l'entourage de l'auteur de l'attentat.

Or les auditions de François Hollande et de Bernard Cazeneuve le 10 octobre laissent en suspens nombre d'interrogations sur la sécurité du 14 juillet :

- Avions-nous le niveau de sécurisation suffisant compte tenu que "le niveau d'alerte terroriste était à son paroxysme et que la menace terroriste était extrêmement élevée à l'été 2016, et notamment à Nice" ? "A-t-on raté quelque chose en terme de prévention des risques ?" a demandé d'emblée Laurent Raviot, le Président de la Cour d'Assises.

- Quel a été le dispositif de sécurisation réel coordonné par l'Etat et par la Ville : nombre et répartition des forces de l'ordre présentes, absence de plots en béton, barrage trop léger à l'angle Gambetta - Promenade, etc. ? "Beaucoup de Niçois disent qu’il y avait un déficit de policiers le 14 juillet, en comparaison de la fête de la musique le 21 juin", a indiqué le Président de la cour d'Assises.

- Comment l'auteur de l'attentat a-t-il pu faire ses repérages en camion à 10 reprises sur la Promenade des anglais, dans la ville la plus vidéosurveillée de France ? "Qui s’occupe de visionner ? Quelle articulation entre la police nationale et la police municipale ?" demande le Président Laurent Raviot.

- Quel a été le niveau d'implication des représentants de l'Etat et de la Ville de Nice dans les réunions de préparation de la sécurisation de Nice ?

En l'état des questionnements posés, nous réitérons notre demande d'un procès spécifique sur la sécurisation de Nice le 14 juillet 2016, pour que toute la lumière soit faite, pour savoir ce qui a été réellement fait et ce qui n'a pas été fait pour nous protéger ce soir là et pour ne plus jamais connaître les mêmes failles de sécurité.

Enfin, le Président de la Cour d'Assises spéciale a déclaré en audience "Il y a bien une instruction en cours sur la sécurité du 14 juillet à Nice, mais nous n’avons aucune info". Xavier Bonhomme, Procureur de Nice, a confirmé à la presse que "cette enquête est dans les mains de deux magistrats instructeurs". Afin d'éviter toute pression locale nous demandons le dépaysement de l'information judiciaire en cours pouvant aboutir à la tenue de ce second procès et que ce dossier ne soit plus instruit à Nice.

Nice, le 19 octobre 2022,

La Ligue des Droits de l'Homme section Nice, le Syndicat des Avocats de France, le Collectif citoyen 06 et l'association Tous citoyens

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte