5 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 juil. 2021

Vers un anéantissement de la forêt méditerranéenne à horizon 2027 ?

La forêt méditerranéenne est directement menacée sur le triangle Montpellier-Nîmes-Avignon-Arles, à horizon 2027. Y sont en effet prévus à réalisation, 61 nouveaux km cumulés d’autoroutes et de rocades urbaines. Coût total de ces ouvrages: 1,638 Millions €.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vers un anéantissement de la forêt méditerranéenne à horizon 2027, sur le triangle Montpellier- Nîmes- Avignon- Arles (auteur collectif)

A échéance 2027,  poussés par des lobbies puissants (élus locaux, groupes d'intérêts, Vinci, services techniques de l’État..) ce sont quatre nouveaux projets cumulés de rocades urbaines répartis sur le triangle Montpellier, Nîmes, Avignon et Arles, qui menacent le vivant et la biodiversité du site : forêts, plantes, oiseaux, zones humides, air... Si rien n’est fait pour s’y opposer, cette biodiversité méditerranéenne, patrimoine environnemental unique en son genre, sera irrémédiablement anéantie par l’imperméabilisation des sols qui s’en suivra. Sur un linéaire de 95 km, c’est-à-dire sur la courte distance qui sépare Montpellier d’Arles-Avignon, sont en effet prévus à réalisation, 61 nouveaux km cumulés d’autoroutes et de rocades urbaines, pour un coût prévisionnel total de 1.638 M€.[1] En réalité, ces projets de rocades n’ont rien de nouveau. Il s’agit même de projets archaïques datant du siècle dernier, héritiers d’un lourd passé productiviste, qui apparaissent en décalage total avec les enjeux environnementaux et climatiques, auxquels nous sommes désormais confrontés (sur le détail des projets de rocades, lire annexes infra)   

On observera également que, bien que relevant d’un même continuum géographique et humain, les populations des quatre métropoles mentionnées (Montpellier & Nîmes & Avignon & Arles) subissent  un trop-plein bureaucratico-administratif, qui engendre une situation parfaitement anachronique. On y dénombre en effet, les interventions de deux régions (Paca et Occitanie). 3 départements (Hérault, Gard, Bouche du Rhône), 4 métropoles urbaines, 4 communes...Pour autant, ce trop-plein administratif n’exclut pas le vide. Bien au contraire. Faute d'une autorité publique régulatrice, chacun frappé de myopie, entend gérer "son territoire" à sa convenance. Indépendamment du reste. Au final, l’impact environnemental de ces quatre projets cumulés de rocades, passe totalement sous les radars.  

Ajoutons ici que les contrats de plan État/régions PACA & Occitanie (2022/2028) en cours de signature (ou déjà signés), sont le cadre institutionnel qui permettra d'assurer le financement de ces nouvelles rocades. Projets qui aggraveront notre dette environnementale et financière commune.  A ces quatre projets cumulés de rocades, qui en réalité font politique publique et qui vont anéantir la biodiversité méditerranéenne encore existante, s'ajoutent les pressions démographiques estivales extrêmes que nous connaissons et qui affectent déjà les ressources en eau potable, la qualité de l'air, aggravent les risques inondation, incendie, provoquent l'élévation des températures[2] etc, sur toute la zone littorale méditerranéenne.[3]

Enfin, ainsi que l’a relevé à juste titre le Conseil d’État dans son arrêt du 1.7.21, qui met en cause le gouvernement français pour son « inaction climatique », on distingue mal la cohérence d'un État stratège qui, en s’adossant aux travaux de la «  commission citoyenne pour le climat »,  prétend “garantir”  la préservation du patrimoine environnemental par l’inscription de celui-ci dans la constitution (annonce d’un projet de référendum, navette législative entre l’Assemblée nationale et le Sénat et enfin, abandon du projet par le gouvernement le 8 Juillet dernier) et dans le même temps, participe très directement au lancement de ces projets de rocades - qui vont provoquer l’anéantissement de notre biodiversité méditerranéenne-  en les cofinançant, en mobilisant ses services techniques et en demandant aux préfets la mise en place des procédures d’expropriation et de déclaration d’utilité publique.

[1] Soit 26.000 € le Km linéaire d’autoroute. Montpellier RD 68/ coût 93 M€. Nîmes rocades Ouest et Nord/ coût 295 M€. Avignon. Projet LEO. coût 500 M€. Arles contournement. coût 750 M€.

[2]On a atteint 46,9 degrés en 2019 dans le Gard. Par comparaison avec la situation climatique que connait la ville de Vancouver (Canada) et l'ouest Américain, dans un entretien à Midi Libre du 4 Juillet 21, F Vaysse, météo France Gard, indique : «  La question n’est pas de savoir si nous allons atteindre les 50 ° degrés dans le Gard, mais quand ». 

[3] Chaque semaine apporte son lot de catastrophes écologiques. Dès le début de cet été 2021, un incendie a détruit 200 ha de forêt méditerranéenne dans le massif de la Clape (Aude). Comment ne pas mentionner ici l’énorme incendie qui a ravagé début Juillet 21, les 2000 km2 du massif forestier du Troodos sur l’île de Chypre.

ANNEXES : Sur le détail des projets cumulés de rocades urbaines sur les quatre sites, lire les articles infra :

Triangle © YM

I- Montpellier. Linéaire nouvelle autoroute-rocade (+8 km. Coût 93 M€)

 

 Sources :

Montpellier - Contre la bétonisation, à bas le LIEN RD68 et que vive la ZAD!

STOP À LA DESTRUCTION DE 28 HECTARES DE FORÊT PAR LE CONSEIL DÉPARTEMENTAL DE L’HERAULT

À Montpellier, la « Maison de l’écologie et des résistances » expulsée

II     Nîmes. Linéaire nouvelles autoroute-rocades Ouest et Nord (+12 Km. 295 M€)

 

Sources :

Nîmes. Rocade Ouest (220 M€)

Nature condamnée autour du projet de contournement de Nîmes

+ Nîmes. Rocade Nord. (75 M€)

Quel projet routier ? La répartition des maîtrises d’ouvrage

Route. Le contournement Nord est relancé et sera terminé en 2028

III      Avignon. Linéaire nouvelles autoroutes-rocades Projet LEO (+15 km. Coût 500 M€)

Tranche 1/ 139 M€- Tranche 2/ 143 M€ - Tranche 3/ 216 M€

 

 Sources :

RN1007 / Liaison Est-Ouest au Sud d’Avignon (LEO) (DREAL)

Jean Castex a t’il raison de relancer le contournement d’Avignon !

Nouvelle mobilisation contre le projet de contournement routier à Avignon

LEO : une mauvaise réponse à un vrai problème

IV     Arles : Linéaire nouvelles rocades-autoroute (+ 26 Km. Coût 750 M€)

 

Sources :

 A54 : contournement autoroutier d’Arles

Arles : une autoroute au milieu de la Camargue, une balafre écologique irréparable

En Camargue, la future voie de contournement de la ville d’Arles inquiète les riverains.

Le contournement autoroutier d’Arles ne doit pas sacrifier la Camargue et la Crau

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr