DAWNING NEWS
Nouvelles du monde, mes amours et critiques
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

2 Éditions

Billet de blog 1 avr. 2020

Ce soir j'applaudirai et à 20 heures 02 je taperai sur les casseroles

Les timides applaudissements du début se sont étoffés peu à peu, puis de jour en jour. Tiendront-ils le coup ?

DAWNING NEWS
Nouvelles du monde, mes amours et critiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les timides applaudissements venant des fenêtres de mes très tranquilles voisins se sont étoffés peu à peu, puis de jour en jour.

Pourquoi ces applaudissements ?

Au début, je n'en ai pas compris la raison. Puis, ce message des réseaux sociaux défila sous mon nez : "À 19h pétantes#OnApplaudit en signe d'encouragement aux soignants qui risquent leur vie à lutter contre le covid 19 !"

Ainsi fut fait. Et les soignants furent émus et remercièrent chaleureusement.

Puis, deux ou trois jours plus tard, les politiques et les medias s'emparèrent de ce signe spontané de solidarité qui se répandait de ville en ville : À 20 heures #OnApplaudit !

Il est vrai que je trouvais amusant que ma rue toute entière applaudisse à tout rompre. C'était toujours les-mêmes sans doute qui donnaient le signal de départ, sans jamais qu'aucun mot ne fut prononcé. Puis, peu à peu, le bruit s'amplifiait. On applaudissait en chœur et à qui mieux-mieux et certains hurlaient aux fenêtres comme pour un match de foot. Puis, au bout de 2 minutes, tout s'arrêtait. Et la rue redevenait silencieuse.

Puis  il me sembla peu à peu que cela se transformait en une sorte de rendez-vous qui n'était plus seulement pour encourager les soignants mais pour s'encourager soi-même. Des applaudissements pour faire savoir que l'on n'était pas seul. Les autres aussi étaient en confinement obligatoire !

On écoutait les applaudissements du voisin. Étaient-ils chaleureux ? Étaient-ils moins forts qu'hier ou plus fort ?

Et je m'interrogeais. Pendant combien de temps encore pourront-ils applaudir ? Allaient-ils longtemps exercer cette petite gymnastique des mains ? N'était-ce pas trop répétitif ? Il y a des moments où les petits gestes d'amour trop souvent répétés fatiguent et perdent leur sens premier.

Et soudain les héros

Tandis que de son vocabulaire guerrier Macron soudain les encensait, qualifiant de héros de première ligne ceux-là même qui étaient en grève et qui, gazés, matraqués, manifestaient depuis 8 longs mois en dénonçant la situation des services hospitaliers qui s'en allaient à vau-l'eau, ceux-là même qui par millier démissionnaient de leur poste de chef de service administratif afin de lui faire entendre raison, ils faisaient remarquer très humblement qu'ils n'étaient pas des héros mais des soignants qui faisaient leur devoir.

"Nous ne sommes pas en guerre mais en crise sanitaire. Les soignants ne sont pas des héros mais des professionnels de santé, démunis face à la crise. On réclame juste des moyens depuis des mois.... prenez 5 min de confinement pour signer la pétition ", écrivent les soignants du CHU de Rennes en ce 28 mars 2020.

Et bien d'autres encore répétèrent la même chose. Nous ne sommes pas des héros.

#OnApplaudit, la récupération

Et soudain, les medias firent le tour des villes afin de monter ces images et ces sons. Comme s'il s'agissait de montrer des images de feux d'artifice réalisés par chaque pays au moment du passage à la nouvelle année.

Puis Macron devint le grand relayeur des #OnApplaudit et des actions solidaires des citoyens.

Puis, chaque petite commune exigea des applaudissements. On se devait de participer à la fanfare nationale en élargissant son champ d'action.

Alors, l'écœurement s'invita dans le bruit des applaudissements. Et des insultes envers la personne de Macron fusèrent des fenêtres de ma tranquille rue.

Nous ne voulons pas de héros

Ce sont ceux qui sont au front qui le disent. Nous ne voulons pas être des héros. Être un héros signifie se taire sur l'absence d'armes pour lutter. Être un héros signifie qu'il n'y a pas de responsables politiques de la crise des hôpitaux. 

Alors, nous ne voulons pas de héros.

Demain à 20 h, j'applaudirai les #RealPremiersDeCordée.

Demain à 20 heures j'applaudirai. Et à 20 heures 02, je taperai sur les casseroles.

J'applaudirai et je taperai afin de rappeler pourquoi et comment ces #RealPremiersDeCordée et tous ces "riens" qui sont au front, sans armes et sans bagages, portent la France à bout de bras tandis que Macron traite d'irresponsables ceux qui entament contre son gouvernement des plaintes.

Images de soignants au front.

Images de surblouses en papier pour les soignants.

Mise à jour du 1er avril 2020

Une coalition d'associations et d'individuels saisit le Conseil d'État pour réquisitions afin de palier la pénurie de médicaments.

Prenez soin de vous !

ADSJ pour Dawning News

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Révélations sur une usine à intox
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal
Tensions autour de la détention au Gabon de deux Français
Une enquête menée par une juge d’instruction française sur la détention au Gabon de deux Français, dont l’ancien directeur de cabinet du président Bongo Ondimba, provoque des remous. Les avocats des deux détenus s’inquiètent pour leur santé et dénoncent un règlement de comptes politique, mettant en cause le fils aîné du chef de l’État gabonais.
par Fanny Pigeaud

La sélection du Club

Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame