d.caute
Enseignant, philosophie
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 juin 2019

De la différence entre une grève et une prise d’otage

Les mouvements de grève entraînent des désagréments pour des usagers qui n’ont aucune part au conflit. Peut-on pour autant comparer les grévistes à des preneurs d’otage ?

d.caute
Enseignant, philosophie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A l’assimilation courante entre grève et prise d’otage, on oppose souvent une différence de degré : les difficultés de déplacement occasionnées par les grèves des transports, les pertes d’heures de cours lors d’une grève d’enseignants, etc., tout cela est tout de même bien peu de choses comparées à la menace de mort qui pèse sur de vrais otages. Sous ce point de vue, la comparaison peut en effet sembler indécente. Mais elle reste pourtant courante, ce qui donne à penser qu’elle pourrait être malgré tout fondée.

En effet, apparemment, dans les deux cas, nous avons affaire à une relation à trois termes : un tiers subi les conséquences d’un affrontement auquel il n’a pas part. Pour que la comparaison soit un tant soit peu fondée, il faut toutefois que la relation entre les termes soit identique. Grève et prise d’otage auraient alors une nature commune, bien qu’elles différeraient par la gravité des dommages subis par le tiers ; on pourrait alors dire que la grève est une sorte de (petite) prise d’otage comme on peut dire qu’un léopard est une sorte de (gros) chat. Or, dans ce genre de cas, il est déjà un premier test qui peut s’avérer éclairant pour notre question : la comparaison est réversible ; on peut aussi bien dire que le chat est une sorte de petit léopard, que le léopard, une sorte de gros chat. Mais dira-t-on d’une prise d’otage, qu’elle est une sorte de grosse grève ?

On perçoit déjà que la comparaison ne résiste guère à l’examen. En réalité, grève et prise d’otage diffèrent en nature. Elles n’ont pas la même structure. Faute de pouvoir s’attaquer directement à son adversaire, le preneur d’otage le menace de s’en prendre… à quelqu’un d’autre : le tiers est directement ciblé, même si ce n’est pas lui que l’on cherche à faire céder. En résumé, la prise d’otage fait peser intentionnellement une menace sur la vie de A pour amener B à céder.

Le cas de la grève est bien sûr différent. En cherchant à s’en prendre directement aux intérêts économiques de B (son employeur), le gréviste nuit involontairement à A (l’usager). Tandis qu’il rentre dans les intentions du preneur d’otage de faire souffrir un tiers, les nuisances subies par les usagers ne sont pas visées par le gréviste ; elles sont un effet collatéral du conflit qui oppose les travailleurs à leur employeur. Ainsi, en théorie, il peut tout à fait y avoir grève sans que cela gêne qui que ce soit en dehors des deux parties. En résumé, il faut être au minimum trois pour qu’il y ait prise d’otage, alors que la grève peut en principe se réduire à une confrontation entre deux protagonistes.

La comparaison entre grève et prise d’otage est donc sans réel fondement. Examinons à présent les implications de la confusion sur laquelle elle repose.

Elle a pour effet notable d’occulter la dimension sacrificielle de la grève. Car celle-ci est une arme à double tranchant ; par son arrêt de travail, le gréviste renonce à une partie de son salaire ; il ne cause une perte à son employeur qu’en en subissant une en retour. En revanche, la prise d’otage n’implique pas le moindre sacrifice de la part du preneur d’otage – le fait que des preneurs d’otage cherchent à mourir en martyr lors de leur opération, vient s’ajouter à la prise d’otage elle-même, qui n’a pas besoin d’un tel sacrifice de soi pour se produire. Celui qui est sacrifié lors de la prise d’otage, c’est bien évidemment l’otage. Assimilés à des preneurs d’otage, les grévistes perdent le crédit moral que leur vaut leur sacrifice. Dès lors, ils ne sont plus des travailleurs défendant courageusement leur liberté face à un employeur tenté d’abuser de sa position de force ; prenant les usagers en otage, ils s’en prennent à des victimes innocentes pour servir leurs intérêts corporatistes.

Cette inversion de l’évaluation morale est bien sûr essentielle : faire grève est un droit reconnu légalement ; prendre quelqu’un en otage est un crime. Comparer la grève à une prise d’otage, ce n’est pas décrire la réalité, fût-ce en des termes que l’on pourrait juger excessifs (comme lorsqu’on répond seulement que « la grève, c’est tout de même moins grave qu’une prise d’otage »). C’est assimiler à un crime grave, ce qui est aujourd’hui un droit acquis. Ce n’est donc ni plus ni moins que contester la légitimité du droit de grève – soit, ne laisser aux salariés qu’une alternative : se plier aux exigences de leur employeur ou partir.

Pour autant, affirmer le droit de grève ne préjuge bien sûr en rien de l’opportunité de tel ou tel mouvement : on peut user de son droit à mauvais escient, faire grève pour une cause discutable. Cela est à examiner au cas par cas. En revanche, il n’y a pas à négocier avec des preneurs d’otage ; leur méthode disqualifie d’emblée leur cause. Assimiler la grève à une prise d’otage dispense ainsi d’examiner les raisons de la grève. Dire des grévistes qu’ils prennent les usagers en otage, c’est signifier que, par principe, ils ont tort ; c’est prendre inconditionnellement parti pour l’employeur.

Relevons pour finir l’ambiguïté de la rhétorique de la prise d’otage. S’en prendre à un tiers est le moyen de pression du preneur d’otage ; mais pour cela, il faut que le preneur d’otage fasse savoir à son ennemi, que le sort de ce tiers est entre ses mains. C’est pourquoi l’on ne peut être preneur d’otage sans le déclarer clairement. A l’inverse, le gréviste se défend généralement de prendre les usagers en otage. C’est justement l’accusation de prise d’otage qui introduit les usagers dans le conflit social, la considération de leurs intérêts se substituant à celle des acteurs du conflit. Dans ces conditions, on peut se demander si la rhétorique de la prise d’otage n’est pas foncièrement ambiguë. Car, au bout du compte, qui est responsable des désagréments des usagers : les grévistes qui arrêtent de travailler, ou bien l’employeur qui refuse d’entendre leurs revendications ? Là encore, c’est à évaluer au cas par cas. Mais il n’en reste pas moins que ceux qui mettent en avant le sort des usagers pour faire céder leurs adversaires, ce ne sont généralement pas les grévistes, mais ceux qui les comparent à des preneurs d’otage.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali
Journal
Professeurs non remplacés : la Cour des comptes dénonce une « défaillance institutionnelle »
Dans un rapport publié jeudi, les magistrats financiers se penchent sur les absences des enseignants qui font perdre aux élèves 10 % d’heures de cours dans les lycées. Les deux tiers sont liés à une mauvaise organisation de l’Éducation nationale.
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau