l'annexion de la Savoie

Dans le roman national français l’histoire de l’annexion de la Savoie tient une place de choix. Les historiens français admettent aujourd’hui que tous les plébiscites organisés par Napoléon III étaient truqués… sauf celui qui se déroula en Savoie ! C’est qu’il convient de faire oublier que la Savoie conserve le statut de pays annexé et qu’en 2012 l’ONU refusa d’enregistrer le Traité d’annexion !

" Si vous parlez de la Savoie et du comté de Nice, ils se sont rattachés librement à la République française, c'est 1860, je crois."

C’est ainsi que le journaliste Jean-Michel Aphatie, lors d’une de ses émissions, résuma l’annexion de la Savoie, avec cependant quelques erreurs:

En 1860, ce n’était pas la République mais le Second Empire, quant à l’utilisation du terme librement; cela relève de l’intoxication : une falsification historique, une de plus dans le roman national français!

 

Il avait neigé la veille et aussi toute la nuit, avant que ne se lève l'aube de ce jour de printemps 1860 où les Savoisiens allaient "librement" choisir d’abdiquer leur patrie.

Le peuple de la Savoie, par le procédé profondément démocratique qu'est la consultation populaire, s'exprimait massivement: 96,5% des inscrits étaient allés voter et, parmi eux, 99,8% disaient OUI à la France… Mais pouvait-il en être autrement ? L’abstention était interdite, il n’y avait pas de bulletins NON et l’armée française avait investi la Savoie!

"Quand aux bulletins NON, aucun n'a été distribué... la légalité tue, disait M.Guizot, il faut se défendre contre la légalité. En attendant je laisse aller à la diable tous les bulletins NON. »

Écrivait Charles Dupasquier, ce perdant aux élections parlementaires en Savoie, acquis à la France, avait été nommé gouverneur de la Savoie. Les comités pro-français qu’il mit en place firent savoir que « l'on ne pouvait s'opposer à l'annexion; quiconque le ferait se retrouverait au bagne de Cayenne, sans même qu'il soit besoin d'aucun jugement: il suffira pour cela d'user des lois d'exception qui existent en France."

De grandes épurations furent faites parmi les opposants à l’annexion.

Dans chaque bureau, le vote était contrôlé par des personnes acquises à la France.

Pas de bulletins NON, pas d'isoloirs dans les bureaux de vote, les maires hostiles à l'annexion révoqués, un personnel municipal nommé par les autorités françaises, une occupation militaire française, l'abstention interdite et la promesse du bagne de Cayenne, sans même un jugement, pour tout opposant à l'annexion.

Voilà comment la France obtint 99,8% des suffrages exprimés lors de la votation qui scella l'annexion de la Savoie!

 

Avant même la signature du Traité d’annexion, pour contrer toute forme de protestation, un bataillon français rejoignait les troupes françaises stationnées en Savoie pendant ce qui sera outrageusement appelé le plébiscite.

« C'est la force brutale qui nous saisit, c'est par le sabre que commence notre occupation. » Écrira Pierre Fontaine, étudiant en notariat à Bonneville.

 

Les résultats du vote truqué furent proclamés par la Cour d'appel de Chambéry.

Le mensonge fut gravé dans le marbre et la plaque scellée au mur de la salle d'audience.

Ainsi la justice française n'en finit-elle pas d'abriter ce négationnisme et toutes les décisions de la magistrature suprême en ce pays annexé sont-elles rendues sous les auspices de la forfaiture et du déni du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes !

Tous les magistrats qui officient en ces lieux portent le poids de ce crime mémoriel contre le peuple de la Savoie en s’en faisant, aujourd’hui encore, les complices.

 

La votation truquée de 1860 fut tout sauf une consultation populaire; s'il fallait la définir il conviendrait de citer le commentaire d’un journaliste anglais du TIMES envoyé en Savoie pour couvrir l’évènement:

" Le plébiscite de 1860 fut la farce la plus abjecte qui ait jamais été jouée dans l'histoire des nations! »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.