Le génocide savoisien

Génocide, définition: « acte commis dans l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux… soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle. » En 1914, la France a soumis intentionnellement à la mort les ressortissants d’un groupe national et ethnique qu’elle avait annexé.

En 1914, cela faisait 54 ans que la France avait annexé la Savoie, un pays à l’histoire millénaire qui jamais ne fut italien. Cette annexion se fit au moyen d’une occupation militaire et d’un vote truqué : abstention interdite, pas de bulletins NON. Cependant, la France fut contrainte de conserver à la Savoie des droits acquis issus de Traités internationaux: des zones franches exemptes de droits indirects et la neutralité helvétique de la Savoie.

 

Avec la révolution industrielle les zones franches de Savoie engendrèrent une telle concurrence que toutes les chambres de commerce françaises réclamaient chaque année leur suppression lors de la loi de finances, et les représentants de la Savoie répondaient que cela constituerait une remise en cause de l’annexion.

 

Ainsi les Savoisiens étaient exempts d’une part de l’impôt pécuniaire et de celui du sang. La France devait rétablir l’égalité républicaine entre ses citoyens, mais elle ne pouvait le faire sans risquer de perdre la Savoie.

 

En 1910 le Gouvernement français ratifia la Convention internationale concernant les droits et les devoirs des Puissances et des personnes neutres en cas de guerre, une convention interdisant l’ouverture de bureaux d’enrôlements et la formation de corps de combattants chez les populations au bénéfice de la neutralité. Au mépris de cette convention, les Savoisiens furent mobilisés deux jours avant la déclaration de guerre, leur division, la 28°, sera envoyée au front et perdra la moitié de ses effectifs durant les 17 premiers mois de guerre. Presque tout le reste suivra.

Les Savoisiens furent ensevelis, avec leurs droits, dans les tranchées de 14-18.

 

Savoie et Haute-Savoie furent les départements de France qui comptèrent, proportionnellement à leur population, le plus de victimes de cette guerre. Plus de 20'000 morts, selon les chiffres officiels. En vérité, près du double car ces chiffres furent falsifiés en modifiant, en 1921, ceux du recensement de 1911 : 5743 hommes en âge de porter les armes furent décomptés en Savoie sous prétexte de leur absence lors du recensement de 1911, plus encore en Haute-Savoie.

 

Les forces vives de la Savoie anéanties par ce génocide, la France pouvait signer son crime: Le 28 juin 1919, par l’article 435 du Traité de Versailles, elle supprimait les zones franches et la neutralité de la Savoie.

L’ethnocide suivra aussitôt avec l’autodafé des manuels d’histoire de la Savoie dans les cours des écoles et l’interdiction d’y enseigner l’histoire de ce vieux pays.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.