deborahderobertis
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 oct. 2021

Le viol du pouvoir, une performance par Deborah de Robertis

Six Mariannes reprennent possession de l’Histoire, ébranlent le pouvoir. Le colon est déchu de l’Histoire, les Mariannes lui tournent le dos et violent son effigie. La statue place Vauban, exhibant vulgairement son architecture phallique, est la représentation immonde du Patriarche : un colon qui utilise littéralement 4 femmes comme piédestal pour exhiber impunément son crime.

deborahderobertis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

LE VIOL DU POUVOIR

Le viol du Pouvoir © Deborah de Robertis - Photo Guillaume Belvèze

La performance Le viol du Pouvoir a eu lieu dimanche 26 septembre place Vauban, derrière l’Hôtel des Invalides à Paris. Elle a duré pendant deux heures et demie. Dès 8h, Deborah de Robertis en Marianne accompagnée d’autres Mariannes, étaient sur la statue du maréchal Gallieni, avant la première arrivée de la police 20mn plus tard. Une trentaine de policiers armés sont sortis de leurs vans au fil de la performance, encerclant la statue, empêchant les photographes et cameramans de continuer à prendre des images et délimitant la zone. Après un face à face de deux heures, les Mariannes ont été arrêtées et mises en garde à vue vers 10h30. Elles sont sorties de garde à vue dimanche soir.

A la première heure du jour, six Mariannes reprennent possession de l’Histoire, ébranlent le pouvoir. Le corps souillé reprend ses droits. Le colon est déchu de l’Histoire, les Mariannes lui tournent le dos et violent son effigie. La statue place Vauban, exhibant vulgairement son architecture phallique, est la représentation immonde du Patriarche : il s’agit d’un colon qui utilise littéralement 4 femmes comme piédestal pour exhiber impunément son crime.

La statue a un sexe : c’est un sexe d’homme. Le colon est un homme, le tyran est un homme, le dictateur est un homme. Ce qu’ils ont en commun est une bite : la colonisation est un viol.

Cette queue blanche camouflée par le bronze s’exhibe comme un trophée au cœur de Paris dans une société où la nudité féminine est systématiquement renvoyé au statut d’exhibition sexuelle.

La statue est attaquée. Déjà vandalisée, bâchée, elle est toujours érigée et continue à nous narguer.

Marianne mute, se démultiplie en créatrice monstrueuse qui attaque la République de l’intérieur. Marianne suinte, son corps nous regarde, ses yeux nous jugent, nous condamnent.

Marianne, sans-culotte, porte la vie et ouvre son sexe monumental : « Nous sommes à ce moment où l’angle de vue se renverse pour raconter le monde à partir de ce trou béant qu’est notre regard absent de l’histoire. » Le sexe s’ouvre, Marianne tient l’Origine du Monde entre ses mains.

Le renversement par l'art opère à la suite de siècles de silence, il est le résultat d’une recherche et d’une pensée conceptuelle. Le renversement n’est pas un accident de l’Histoire mais un accouchement, dans la douleur et dans le sang.

Marianne s’éventre, détruisant le mal(e) sous toutes ses formes à la façon de la déesse Kali, et elle déverse ce qu’elle ne peut plus contenir. Le sang coule sur la pierre. Caméras au front, les corps - sortant de leur statut d’objet, deviennent sujets. Les femmes violent le Pouvoir, et non l’inverse.

Les Mariannes nous regardent, en femmes fontaines, éjaculent à la face du colon, jouissant de violer le pouvoir.

Après avoir été des muses, nous, Mariannes, créatrices de notre propre image, nous nous émancipons de l’œil du pouvoir patriarcal et colonial. Non, Marianne n’est pas une jolie muse blanche et bandante. Marianne est le miroir du monde : Marianne c’est #noustoutes.

A vous toutes, sœurs allié.és : l’art ne saurait se passer de votre œil-miroir. Cette œuvre existe pour elle-même et s’honore de votre regard.

Deborah de Robertis

Les Mariannes : Tatiana Bongonga – Johanne Ernest – Milka Kongi – Angie Satz – La Graine Noire

Contacts : Caty Reneaux / Attachée de presse / caty.reneaux@gmail.com

Deborah de Robertis / deborahderobertis@gmail.com

Le viol du Pouvoir © (c) Deborah de Robertis - Photo Guillaume Belvèze
L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants.
par Caroline Boudet
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour prendre une photo de famille, tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire de la politique française », contrairement à ce que pensent ses participants.
par Ellen Salvi
Journal — France
La FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné