Décoloniser Les arts
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 mars 2020

Les procès qui viennent!

Le 17 mars première journée de confinement en France fut aussi une journée d'épouvante après les déclarations de l'ancienne ministre de la santé, Agnès Buzyn, qui ayant quitté son poste, en pleine crise du Coronavirus, pour se présenter aux élections à la Mairie de Paris affirme que le Président Macron et le premier ministre étaient au fait de la catastrophe à venir. Réaction de Leila Cukierman

Décoloniser Les arts
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une Grande Dame.

C’est ce que vous auriez pu devenir si vous aviez eu une conscience, Madame Buzyn.

 Une grande dame.

Une femme d’honneur, c’est ce que vous auriez pu être.

Une héroïne de Guerre, c’est ce que nous aurions pu entendre alors !

Une résistante de la première heure…

A la condition que ce que vous dites soit vrai.

Vous saviez, dites-vous ? Et vous n’avez rien fait ?

Au lieu de cela, vous avez choisi de vous taire, godillot à la solde de vos pairs.

Vous avez sacrifié le bien public sur l’autel d’une conception minable de la politique.

Votre silence, à ce moment précis (Janvier-Février 2020) serait-il lié aux choix de restrictions budgétaires que votre gouvernement a continué d’imposer à l’Hôpital Public ? (100 000 lits supprimés en 20 ans, dont 4000 en 2 ans).

Vous avez justifié pleinement le sacrifice des services publics de santé. Comme tous les autres.

Vous avez assumé toutes ces contre-réformes libérales de la Retraite par répartition, de la Sécurité Sociale, de l’assurance chômage, etc. que les gouvernants successifs ont désignés comme « coûts, charges, » non rentables et insupportables par la collectivité publique. Comme tous les autres.

Alors que cette même collectivité publique (l’État) distribuait nos impôts aux grandes « entreprises » qui les redistribuaient à leurs actionnaires au nom desquels cette distribution s’effectuait, largement abondée de cadeaux divers sans aucun retour jamais (  ni embauches !  Ni protection des salariés ! Ni augmentation du Smic !) qu’avez-vous répondu aux blouses blanches de tous les personnels de l’Hôpital Public jetées à terre par désespoir dans la dernière période ?

A ceux qu’aujourd’hui votre « chef de service » dans la hiérarchie politicienne décrit comme des « Héros », vous avez envoyé la matraque et les gaz lacrymogène.

Alors que depuis des décennies, vos discours de gouvernants  n’étaient faits que de « respect des règles d’austérité, faire baisser la dépense publique, rentabilité, indicateurs de performance, minutage codifié de chaque acte, fusion », maintenant le Président Macron déclare que « il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché… ».

Madame la Ministre, vos larmes ne changent rien à l’affaire, ni vos remords ! Avec le Premier Ministre, le Président de la République, les autres membres du gouvernement, vos députés-playmobil, vous faites partie de la même chaine de responsabilité. Et je ne vous renvoie pas seulement au tribunal de l’Histoire tant celle-ci est l’objet de vos manipulations.

Ma mère a 89 ans, elle en en pleine forme. Ma sœur et moi sommes « sujets à risque » avec une maladie chronique et avons suivi strictement les consignes données, tardivement hélas.

Si je meurs, après avoir fait l’objet d’un tri à l’entrée d’un service de réanimation, je demande à mes enfants, à ma famille, à mes amis, à mes voisins, à mes camarades de manifestations d’intenter un procès contre vous, auprès de tribunaux populaires s’il le faut. Si ma mère ou ma sœur décèdent pour les mêmes raisons, alors je l’intenterai moi-même.

Et même si aucune d’entre nous, ni aucun de nos proches ne meurt, sachez Mesdames et Messieurs nos gouvernants qui avez participé de près ou de loin à cette casse des solidarités, sachez que nous intenterons ces procès au nom de tous ceux qui seront morts par votre faute.

Vous serez déclarés coupables.

Vous devrez répondre de vos actes quand l’Union Nationale aura fait long feu, de votre propre fait : allez-vous continuer à verser des sommes indues à la finance globalisée ?

Nous avons compris que les puissants ne valident « l’État-Providence » que pour préserver le système et leurs profits.

Mais  alors l’humanité n’aura-t-elle pas disparu, sous les coups de boutoirs de vos profits, à cause de ce que vous continuez d’infliger à son environnement ?

Leïla Cukierman

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay