Cette histoire de masques

Porter un masque ? Ne pas le porter ? En fabriquer soi-même ? Croire à ce que nous raconte ce gouvernement ou rester vigilant ? Voire davantage... Billet d'humeur de Gerty Dambury

 © Titounette © Titounette
Cette histoire de masques ! 

Si j'ai décidé de me fabriquer des masques, ce n'est certainement pas pour faire la belle, meme si, dans leur confection, je recherche une certaine esthétique. C'est parce que ma préoccupation principale est, dans les quelques TRÈS RARES sorties que je serais amenée à faire, de NE PAS CONTAMINER celles et ceux que je pourrais croiser. En effet, personne, en l'absence de tests - que les autorités refusent de faire, sauf à celles et ceux qui sont déjà mourants (je sais, j'exagère, mais ils m'horripilent au plus haut point) — donc, en l'absence de test, personne ne peut me dire si l'un de mes joyeux postillons n'est pas porteur de ce virus qui désormais ne se contente pas de tuer les grands-mères et les grands-pères, mais s'en prend à tout le monde, quelle que soit sa tranche d'âge.

Nous avons pris l'habitude de croire en nos autorités supérieures. Il faut bien avoir des référents.

Mais en l'occurence, cela fait au moins huit ans que je ne fais plus confiance a priori au bouillon de culture de politiciens qui sont actuellement au pouvoir en France. Ils n'ont cessé de mentir, n'ont cessé de nous dire tout et son contraire et le dernier qui nous gouverne a carrément institué en modèle pseudo philosophique le fait de dire qu'il fait à la fois jour et nuit.

Ainsi peut-il à la fois nous dire de rester chez nous et d'aller travailler, de ne pas sortir et d'aller promener notre chien ou faire un peu d'exercice, de ne parler à personne mais de faire des "choses" avec nos voisins.

Ainsi peut-il nous dire qu'il va donner des masques à tout le personnel soignant en oubliant de dire qu'il n'y en a pas suffisamment.

Ainsi peut-il annoncer des millions pour les hôpitaux en oubliant de les faire apparaître dans les lignes budgétaires (et ceci a été dénoncé hier par l'opposition).

Nous avons la machance que cette épidémie nous tombe dessus au moment où nous sommes gouvernés par l'un des pires attelages du siècle, dont les membres eux-mêmes, tirant à hue et à dia, disent que le cheval de tête est inconséquent.

Si l'on regarde la conférence du professeur Sansonetti on doit pouvoir comprendre que la stratégie de ce gouvernement est de faire en sorte que les hôpitaux ne s'effondrent pas tout en maintenant un bout de la stratégie adoptée par les Anglais (et dont ils sont revenus) : à savoir, laisser contaminer pour parvenir à une "éventuelle" immunisation de la population à terme... En attendant, comme on dit en créole, sa ki pri pri, ceux qui sont morts sont morts, en particulier les personnes âgées, celles qui votent fidèlement par défense admirable d'une idée de la démocratie quand celle-ci est au plus mal entre les mains des Tartuffe !

En conclusion, je couds le masque que ce gouvernement est incapable de me garantir et je sors le moins possible, en m'attendant tout de même au pire pour ce pays, placé entre ces mains-là.

 © Titounette © Titounette

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.