Delaunay Matthieu
Journaliste et auteur aux éditions Transboréal
Abonné·e de Mediapart

80 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 nov. 2021

France vs All Blacks : Comme un air de déjà vu

Samedi 20 novembre, en son jardin, le XV de France a marché sur les All Blacks. Retour à froid sur une victoire étincelante, même si leurs adversaires du soir, les galactiques All Blacks, ne sont plus ce qu'ils étaient en 2015. Mais ils reviendront. Parce qu'ils reviennent toujours.

Delaunay Matthieu
Journaliste et auteur aux éditions Transboréal
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Capture d'écran de Romain Ntamack marquant un essai contre les All Blacks © DR

Il planait samedi soir au stade de France une ambiance qui, dès le premier essai éclair des Bleus, nous a fait penser à une certaine demi finale de coupe du Monde opposant l’Angleterre à la Nouvelle-Zélande en 2019. Disons le tout d’un bloc : samedi soir, les Bleus ont été remarquables, épatants partout, et surtout dans la détermination et la justesse technique ; ce qui au rugby fait une grande partie du travail. Leur victoire est amplement méritée et pourrait concrétiser une dynamique restée jusque-là uniquement prometteuse. Fracasser les géants noirs, même épuisés, il fallait le faire. Gloire à eux et vive ces Bleus ! 

Ceci étant posé, et n’ayant pas vu leur match contre l’Irlande (défaite 29-20), j’ai été très étonné par la médiocre prestation des Blacks. Dès l’entame, les gaziers avaient l’air épuisés. Ce qui était jusqu'ici très rare, l'est de moins en moins alors que leur force a longtemps été la physiologie, souvenons-nous des essais plantés en fin de première mi-temps et en fin de rencontre. Cette saison à rallonge, des mois privés des leurs, a semble-t-il participé à leur faire faire des fautes inhabituelles et laisser beaucoup de points en route. Deux essais presque faits, des placages ratés à la pelle, un pack concassé, des passes foireuses, un Jordie Barrett erratique (je ne comprends pas pourquoi McKenzie n’est pas rentré plus tôt), un George Bridge de moins en moins convainquant et une paire Whitelock/Rettalick vidée (il manque Tuipulotu et Scott Barrett sur le banc). Non, vraiment, les All Blacks ne sont plus ce qu’ils étaient depuis quelques temps. 

On dit que cette équipe, c’est d’abord un système. Soit. Enfin quand même, il manque à cette structure deux personnes depuis 2015 : Richie McCaw le Magnifique et Dan Carter le Génie. Avec eux, la paire de centre Smith/Nonu et une première ligne insubmersible de l’époque laissent un vide immense. Les coachs n’ont pas su trouver de remplaçant équivalents. Beauden Barrett est épatant, mais pas immense ; au centre le grand Jack Goodhue manque à un Anton Lienert Brown constant. En 9, à part Aaron Smith l’inégalable, il n’y a pas de remplaçant. Peut-être le talentueux Te Toiroa Tahuriorangi qui semble rayé des tablettes… voilà quelques chantiers qui sont toujours sur le métier néo-zélandais et qu’il va leur falloir vaille que vaille terminer. 

Peut-être est-il temps de Rebooter ce système, avec un nouveau capitaine. Dieu sait si on aime Sam Cane qui porte le numéro 7 comme un costume, mais sans doute a t-il plus sa place sur le banc qu’en capitaine titulaire. Un Maori nous semble bienvenu, ou bien fixer Ardie Savea, promouvoir Akira Ioane ou le jeune Ethan Blackadder… les potentiels skippers ne manquent pas ! Avec Razor en entraîneur et quelques acolytes excellents, tout ne sera pas résolu, mais on a vu l’impact qu’ont eu Rassie Erasmus et Eddie Jones sur leurs équipes respectives, et il est raisonnable de penser que ce qui a marché pour les Anglais et les Sudafs fonctionnerait assurément pour les Blacks. 

Le même week-end de la victoire étincelante des Français, les Anglais ont tapé l’Afrique du Sud et les Gallois l’Australie. Le centre de gravité du rugby se déplacerait-il en hémisphère Nord ? Peut-être… on va bien voir, mais les 6 Nations vont être intéressantes à regarder ! 

Il est tout à fait possible que les bestioles Blacks s’économisent en vue de la coupe du monde 2023, et quoiqu’il en soit, elles reviendront bien assez tôt, avec un appétit dévorant. Il est de toute façon très sain qu’une situation de quasi hégémonie soit ainsi brassée. On ne peut pas être un lecteur assidu d’Élisée Reclus et supporter qu’une seule Nation écrase toutes les autres. Pour le bien de tous, il est bon que chacun puisse vivre et jouer le mieux possible… à partir du moment où, à la fin, ce sont les Blacks qui gagnent ! 

Parce qu'il est quelques vérités persistantes sur lesquelles bâtir un avenir, une joie dans le combat et une beauté du geste. Et niveau vérité en rugby, les Blacks sont des maîtres ! 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les publicitaires font main basse sur les données des élèves partout dans le monde
Human Rights Watch a analysé durant deux ans 164 outils numériques destinés aux élèves de 49 pays durant la pandémie afin qu’ils puissent continuer à suivre leurs cours. 89 % « surveillaient les enfants, secrètement et sans le consentement de leurs parents ». Une enquête réalisée avec un consortium de 13 médias, dont Mediapart, coordonnés par The Signal Network.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Le casse-tête des enseignants français
Avec seulement deux applications mises en cause, la France fait figure de bonne élève dans le rapport de Human Rights Watch sur la collecte de données durant la pandémie. Mais, dans les salles de classe, la situation est en réalité plus complexe, notamment en raison de l’usage d’outils non validés par le gouvernement.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Fil d'actualités
Au Texas, au moins 21 morts dont 19 enfants dans une tuerie : Biden appelle à « affronter le lobby des armes »
Le président américain Joe Biden, visiblement marqué, a appelé mardi à « affronter le lobby des armes » pour prendre des mesures de régulation, alors que l’Amérique vient de replonger dans le cauchemar récurrent des fusillades dans des écoles.
par Agence France-Presse
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat

La sélection du Club

Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées