Delphine VIELA
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 mai 2022

Le pouvoir de l’ignorance 1/2

Il existe, face à une demande d’une partie de la société de justice ou de respect, un pouvoir plus fort que celui de le refuser : c’est celui de l’ignorer. De cette ignorance, de cette indifférence à l’existence même des personnes qui expriment une demande, nait souvent la violence. Comment se faire reconnaître vraiment sans crier ?

Delphine VIELA
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ignorer signifie, bizarrement, deux choses différentes : ne pas savoir, et ne pas vouloir constater l’existence de quelque chose ou de quelqu’un. La nuance est d’importance. Je ne sais pas que quelque chose de grave est arrivé à l’un de mes proches, je l’ignore donc. Un jour, il ou elle me le dit. Et pourtant, je continue comme avant, je décide d’effacer cette information, je décide que cela ne change rien pour moi, et du coup, je l’ignore, encore. Pourtant, entre les deux moments, quelque chose s’est produit : j’ai décidé de nier. Comment notre relation peut-elle se poursuivre ? A l’évidence, mal. Car cette relation suppose de reconnaître, a minima, l’existence de l’autre. Et si je l’ignore, cette relation n’est plus possible.

Je repense à ces citations : « L'ignorance mène à la peur, la peur mène à la haine et la haine conduit à la violence. Voilà l'équation. » - Averroès. « La liberté commence où finit l’ignorance. » - V Hugo. « L’homme est responsable de son ignorance, l’ignorance est une faute » - M Kundera. Et je me dis qu’elles s’appliquent aussi bien à l’ignorance inconscience qu’à la consciente. Peut-être plus encore.

Ignorance ou trahison ? © René Magritte, la trahison des images

Pourquoi je vous parle de tout cela ?

Parce qu’aujourd’hui, j’ai lu plusieurs articles sur l’affaire Orpéa, qui prend une nouvelle ampleur, une dimension de plus dans cette tentaculaire machine à faire mal. Mal aux personnes âgées que cette entreprise est supposée prendre en charge. Mal aux salariés qui sont sa force d’action. Mal au droit du travail, des impôts, du code du commerce que ceux qui en détiennent le pouvoir ont ignoré superbement. J’ai repensé à toutes les personnes qu’elle a fait souffrir depuis si longtemps, qui ont sans doute parlé mais, simplement, il était facile d’opposer un silence qui les faisait disparaître. Aujourd’hui, la sortie du livre « Les fossoyeurs » est à l’origine des enquêtes et des plaintes. Pourquoi aujourd’hui, ce livre est-il lu, commenté, cru et non pas ignoré ?

Parce que hier, un responsable politique a justifié le choix de maintenir l’un de ses candidats aux élections législatives, condamné pour violences conjugales, par une simple phrase : JP est un « honnête homme » que je ne crois pas « capable de violences sur les femmes ». La justice est passée mais je l’ignore. En clair, le gouvernement/parti que je représente, et toute la société, dit aux femmes d’aller porter plainte auprès de la police au lieu de parler sur les réseaux, que seule la justice peut trancher. Mais quand les femmes parlent, je les ignore. Quand elles vont porter plainte, on les ignore souvent. Quand la police les a entendues, la justice, souvent les ignore. Et quand la justice, enfin, les a reconnues, la boucle est bouclée : je les ignore toujours.

Parce qu’il y a quelques jours, j’ai lu, enfin, « La familia grande » de Camille Kouchner. Enfin, car j’ai attendu plus d’un an avant de pouvoir le lire. J’ai appris la parution du livre, j’ai suivi les articles dans la presse, l’intervention de l’auteure à la grande librairie, la panique dans les cercles impliqués et je me suis demandée pourquoi, cette fois-ci, la société s’était emparée aussi fort du sujet de l’inceste, pourtant dénoncé si souvent mais jamais entendu. Il y avait cette phrase de Victor à sa sœur : « Tu verras, ils me croiront, mais ils s’en foutront complètement. » Cette phrase était d’une justesse et d’une violence inouïe. Cela me semblait le cœur du réacteur.

Parce que la semaine dernière, lors d’une réunion professionnelle, j’ai une fois de plus dit que ça n’allait pas. Et qu’on m’a répondu une fois de plus : Bravo ! Je suis très content d’entendre que tu me fais confiance. On pourrait croire le CIO bouché à l’émeri. Mais non, simplement, il s’en fout, il ignore.

Vous allez me dire : mais on ne peut pas être de tous les combats ! Il faut les choisir et on ne peut passer son temps à s’indigner, être en colère, se bagarrer contre tous tout le temps. Oui. On ne peut pas tout porter. Mais on peut, à son niveau, choisir de ne pas ignorer, ou transmettre. Rester stable sur ses appuis, penser parfois contre soi-même, savoir discerner ce que l’on peut changer, même si l’on n’est pas tout-puissant.

Pour cela, être ensemble, savoir être là pour les autres comme ils seront là pour nous à d’autres moments. Cela me semble un bon moyen de faire vivre la parole au-delà de l’ignorance. #metoo, c’était cela : seule, ma parole était ignorée, à plusieurs, il va falloir l’entendre. Vous la trouvez grossière, trop forte, brutale, difficile ? C’est parce que vous avez préféré le silence ou ignoré quand je vous parlais gentiment. 20 femmes qui témoignent sur Mediapart, d’un coup. Parce que séparément, on s’en fout, on les ignore.

Rodney King, Amadou Diallo, Trayton Martin, Michael Brown, Eric Gardner, Stephen Clark : seuls, ignorés. Georges Floyd. Ca commence à bien faire, vous n’allez pas continuer à ignorer cela. Et partout dans le monde, ensemble, on va vous le dire. Qu’on a tous des Georges Floyd parmi nous, dans tous nos beaux pays respectueux des droits de l’homme, nos pays de lumière aveuglante et que vous ne pouvez pas continuer à les brutaliser, les tuer en les ignorant, prêcher l’universalisme à géométrie variable, et à conforter votre impunité sur votre ignorance crasse.

Alors maintenant, on va être plusieurs à vous dire la même chose, en même temps, bien clairement. Et nous vous interdisons de détourner les yeux et les oreilles. Vous ne pourrez pas. Vous allez essayer, une fois, deux fois, pendant des années, on le sait. Mais notre parole, comme un dragon au milieu du salon, va finir par vous faire bouger. Essayer de faire comme s’il n’était pas planté là, devant vous, avec ses yeux rouges et sa langue de feu qui vient lécher vos mollets. Vous n’en avez pas voulu au fond du parc ? Vous n’en avez pas voulu dans le massif ? Vous n’en avez pas voulu sur la terrasse ? Gros malins ! Maintenant, il a le cul sur la commode ! Et, à force, il est vénère ! Alors, le minimum que vous pouvez commencer à faire, c’est constater qu’il est là, qu’il existe. On veut pas votre mort, ni même vous faire du mal.

Mais on va devoir vraiment commencer à parler ensemble.

Le pouvoir de l’ignorance 2/2

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra