Nuages de Bernard Demandre

Les nuages passent

Novembre les nuages                         

viennent à nous

dans les rues jaunes

 

 

 

Ils paraissent si légers                        

les nuages

pourtant ils pèsent

 

 

 

Un nuage est-il passé

sur les corniches

derrière mes yeux ?

 

 

 

Ils n’ont  d’espace

que celui qui les précède

les aspire les repousse

 

 

 

Au matin ils sont descendus

jusqu’au gant

du vieux Stanislas

 

                        *************

 

Ils n’ont pas de peau                         

seulement des yeux très sombres

au centre

 

 

 

Il ne faut pas croire                            

aisément un nuage

en remplace un autre

 

 

 

Il faut être crédule                              

pour croire

qu’un nuage est définitif

 

 

 

Les nuages nous regardent                 

nous avisent

ne nous voient pas

 

 

 

Ce peu de réalité

d’un nuage

vite donné vite repris

 

 

Quelqu’un est parti

les nuages n’en parlent pas

ils partent aussi

 

 

 

 

Il a peur l’homme                               

la rue est étroite

le ciel est étroit

 

ils sont étranges les nuages

avec quelle facilité ils changent

renient

 

 

Jamais un nuage

ne revient

comme il est parti

 

 

Un homme ne pleure pas

il paraît

un nuage non plus

 

 

                        ****************

 

 

La pluie sur la vitre

sur les toits derrière la Colline

on essuie des gouttes

 

 

On ne peut pas les suivre

les nuages

ils vont trop lentement

pour nos yeux

 

 

Je suis d'un autre pays

de forêts humides

de meuglements

de chiens ivres

 

 

Tout est gris aujourd’hui

on allumera tôt

on fera un feu

 

je respire  enfin

de la fumée blanche

de l’air gelé

 

                        ******************

 

 

Je le maudirai

le nuage

quand tu ne seras plus là

 

 

 

Les nuages passent

ils trahissent

ils trompent

 

 

Je crache sur les nuages

je les renie

je m'absente aussi

 

 

 

Bernard Demandre 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.