Voyage vers Fukushima

Sept mois après la catastrophe nucléaire de Fukushima, hélas toujours en cours, me voilà à Tokyo avec Eva Joly, candidate d'Europe Ecologie-les Verts à la présidentielle. Un périple de cinq jours pour aller à la rencontre des habitants, mais aussi des responsables politiques, des associatifs, des ressortissants Français qui vivent là-bas, pour mieux appréhender les conséquences de cette catastrophe nucléaire sur le quotidien de la population.

Mercredi 18 octobre

Bien arrivés à Tokyo...

Dès notre arrivée, ce qui frappe, ce sont les signes multiples des restrictions de consommation d'électricité dues à la fermeture des centrales nucléaires: tous les éclairages inutiles sont éteints, les gaspillages limités au maximum.

Notre première soirée a été passionnante. Une rencontre dans un restaurant typique japonais, avec Mika Ohbayashi, directrice de Japan Renewable Energy Foundation, Toshiki Mashimo, membre de l'association Consumers Union of Japan, qui sera notre interprète pendant tout le séjour, et des Français vivant au Japon, membres d'EELV.

L'occasion pour Eva et pour moi d'expliquer tout l'enjeu de cette visite, notamment au regard du débat sur la sortie du nucléaire en France et de la nécessité de pouvoir témoigner de l'ensemble des conséquences (sanitaires, économiques, sociales) d'une telle catastrophe. Le message est clair : on ne peut prendre ce risque nulle part dans le monde.

Eva Joly et Denis Baupin : les enjeux du voyage au Japon © DenisBaupin

 

Au cours de ce repas, les conséquences de la catastrophe de Fukushima –sur l'alimentation, les enfants– étaient omniprésentes dans nos discussions. Toshiki Mashimo nous a par exemple expliqué le quotidien des liquidateurs, ces intérimaires voués à un cruel sacrifice.

 

 

Ce dîner a aussi été l'occasion de rencontrer Janick Magne, candidate EELV aux législatives pour les Français de l'étranger, «la femme aux trois continents et 49 pays».

Janick Magne, candidate EELV législatives 2012 © DenisBaupin

 

Au programme jeudi : rencontre avec des officiels, des ONG, des Français vivant au Japon et participation à une manifestation de victimes de Fukushima.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.