Denis Baupin

Maire adjoint de Paris en charge du développement durable de l'environnement et du plan climat

Paris - France

Son blog
20 abonnés www.denisbaupin.fr
Ses éditions
  • suivie par 19 abonnés Climatiques
Voir tous
  • EPR: maintenant, arrêtons les dégâts

    Par
    Une fois encore, le chantier de l’EPR de Flamanville est arrêté. Et pas n’importe quelle partie du chantier : le bâtiment réacteur !Ce qui devait constituer le prototype d’une nouvelle génération – la plus moderne, la plus sécurisée – des réacteurs nucléaires, ce qui devait être la vitrine du savoir-faire français, destiné à conquérir le monde, tourne aujourd’hui au grotesque, mais aussi à la gabegie.
  • Faire du vélo un remède à la crise

    Par
    Le 26 janvier, le ministre des Transports, Thierry Mariani, et Philippe Goujon, député de Paris et maire du XVe arrondissement, ont annoncé en grande pompe un plan national vélo... sans moyens et sans réels engagements. 
  • Pollution aux particules fines : les pics se succèdent et l’Etat n’agit toujours pas !

    Par
    Depuis 4 jours consécutifs l’Ile de France connait un épisode de pollution aux particules fines, depuis 4 jours le seuil de 50mg/m3 est largement dépassé, les concentrations relevées aux abords des grands axes dépassant même le seuil d’alerte de 80mg/m3.
  • Le cynisme de Renault, l’absence de politique industrielle française

    Par
    Renault inaugure aujourd’hui une nouvelle usine de production automobile… à Tanger. Au moment où les salariés de l’industrie automobile, particulièrement de l’industrie automobile française, sont menacés de plans sociaux par dizaines de milliers, ce constructeur dit « national », qui a bénéficié il y a peu de 3 milliards d’euros d’aides de l’Etat, ne trouve rien de mieux que de délocaliser
  • Besson et la pointe électrique

    Par
    L'hôpital se moque de la charité. Jamais avare des caricatures les plus grossières, Eric Besson n'a pas hésité à mettre en cause les écologistes (et les socialistes) dont les propositions rendraient selon lui la France vulnérable à la pointe de consommation électrique. Si tel était le cas, si la politique actuelle du gouvernement français était si vertueuse, comment expliquer la panique qui saisit l'ensemble des acteurs électriques à chaque vague de froid?
Voir tous
  • Édition Les invités de Mediapart

    N'ayons pas la participation gouvernementale honteuse

    Par
    JOURNÉES D'ÉTÉ EELV. S'il constate que « la transition écologique n'imprègne toujours pas fondamentalement la politique gouvernementale », Denis Baupin, vice-président de l’Assemblée nationale et membre du conseil fédéral d’EELV, appelle les écologistes à s'interroger sur leur « part de responsabilité » plutôt que sur leur maintien au gouvernement. Parce que « l'heure est moins au bilan qu'à l'action », il lance « l'écologie positive » avec d'autres responsables EELV.
  • Édition Les invités de Mediapart

    Les naïfs du 14-Juillet

    Par
    Responsable du projet d'Europe-Ecologie/Les Verts, Denis Baupin répond à l'éditorial de Laurent Joffrin, qui qualifait Eva Joly et sa proposition de suppression du défilé militaire de «naïve inconséquente».
  • Édition Climatiques

    Rebondir après l'échec de Copenhague

    Par
    Malgré la gueule de bois, malgré la révolte, voire le découragement, il va falloir très vite penser l'avenir post-Copenhague.
  • Édition Climatiques

    L'échec des Etats-nations à Copenhague

    Par
    Le spectacle donné par les "leaders mondiaux" est tout simplement consternant. Certes, tout ces derniers jours, voire même ces derniers mois, indiquait qu'on allait droit dans le mur. Mais, paradoxalement, l'absurdité du processus, le caractère irrationnel des postures prises, pouvaient laisser penser qu'il s'agissait d'une mise en scène, une dramatisation destinée à permettre à ces "grands leaders" de mettre sur la table une proposition nouvelle leur donnant l'image de sauveur du monde ! Il n'en était malheureusement rien. C'était bien de la pure irresponsabilité.
  • Édition Climatiques

    Le syndrome du Titanic

    Par
    Nicolas Hulot aura-t-il porté la poisse au Sommet de Copenhague ? Ou tout simplement anticipé de quelques mois l'incapacité des dirigeants du monde à se montrer à la hauteur de leurs responsabilités ? Toujours est-il que l'accumulation de nuages de plus en plus sombres sur l'issue du Sommet a conduit le chef de l'Etat de Tuvalu à user de la même image - celle du Titanic - lors de son intervention hier.