Denis Baupin
Maire adjoint de Paris en charge du développement durable de l'environnement et du plan climat
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

1 Éditions

Billet de blog 24 oct. 2011

Dernière journée de notre voyage à Tokyo

Le 22 octobre 2011, notre dernière journée à Tokyo a été l'occasion de conforter nos impressions sur la situation japonaise.

Denis Baupin
Maire adjoint de Paris en charge du développement durable de l'environnement et du plan climat
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 22 octobre 2011, notre dernière journée à Tokyo a été l'occasion de conforter nos impressions sur la situation japonaise.

Une rencontre avec des députés et maires membres du parti au pouvoir (PLD) mais ouvertement anti-nucléaires est venue confirmer que le débat sur la poursuite ou l'arrêt du nucléaire est dorénavant un débat fondamental qui traverse l'ensemble de la classe politique japonaise, et où s'affrontent, selon nos interlocuteurs, l'ancienne classe politique liée à l'industrie nucléaire, et une génération plus jeune qui mise sur la transition énergétique et les énergies renouvelables.

Notre déjeuner passionnant avec l'ancien Préfet de la Fukushima, Eisaku Sato, lui aussi clairement anti-nucléaire, fut l'occasion de confirmer l'emprise exercée par le « village nucléaire » (le lobby) sur les institutions et la politique japonaise, aux dépens de la démocratie et de la transparence, dans un mélange malsain entre le MITI (le ministère de l'économie et de l'industrie) et l'industrie nucléaire, assez proche de ce qu'on peut connaître en France, et qui est pour beaucoup dans la gestion scandaleuse de la catastrophe de Fukushima, comme dans la résistance actuelle au changement : l'ex-premier ministre Naoto Kan notamment n'a pu y résister durablement.

La partie la plus originale de notre journée nous a amené à passer 1h30... dans un supermarché, en compagnie de familles japonaises, nous montrant comment ils tentent de limiter les dégâts sanitaires liés à la catastrophe nucléaire pour leurs enfants, en choisissant soigneusement leurs aliments. Sur la base du travail du « Save the Children Network », les parents repèrent les flashcodes des aliments dans les rayons pour retrouver leur source, et ainsi éviter les produits les plus risqués, selon leur risque de contamination radioactive. Le père français d'une petite franco-japonaise nous explique aussi les efforts considérables que lui et sa femme ont effectué pour identifier les aliments mangés par leur enfant à la crèche - malgré la résistance des autorités - puis finalement réussir à changer de crèche, pour une qui accepte que les parents apportent les aliments de leur enfant, afin d'être sûrs de leur origine. Plus angoissant encore, ces parents nous montrent les graphiques qu'ils ont réalisé pour faire circuler l'information, et qui montrent notamment à quel point les normes mises en place par les autorités japonaises sont scandaleusement dangereuses pour la santé, puisque ces normes permettent d'accepter des niveaux d'irradiation 15 fois supérieurs à ceux autorisés en Ukraine après la catastrophe de Tchernobyl !!!!

© DenisBaupin

Nous terminons cette dernière journée par une conférence de presse commune avec les Verts japonais - et notamment l'une de leurs 4 porte parole, élue de Tokyo, Nao Suguro - l'occasion de montrer aux nombreux journalistes japonais présents en quoi l'alliance des partis écologistes français et japonais est fondamentale pour pousser nos gouvernements respectifs à sortir du nucléaire. Je ne me prive pas de l'occasion pour fustiger l'ingérence de François Fillon, présent ce jour au Japon, qui tente de forcer la main aux Japonais afin qu'ils n'abandonnent pas le nucléaire (compléments à venir ainsi que déclaration commune rendue publique). Ce dernier jour se termine par un dîner avec les Verts japonais, l'occasion aussi de remercier nos accompagnateurs, Toshiki Mashimo et notre candidate locale aux Législatives Janick Magne, sans lesquels nous n'aurions jamais pu réussir à ce point ce voyage.

• • • • •

Déclaration commune EELV / Greens Japan (traduction française en cours)

Europe Ecologie Les Verts and Greens Japan (Midorino Mirai) express its great condolences to Fukushima and ambition to accelerate Green politics

2011/10/22

Europe Ecologie Les Verts
Greens Japan (Midorino Mirai)

March 11th is one of the turning points of the energy politics in our history, which indicates the end of the nuclear era. We strongly regret that we couldn't put an end this until the catastrophic disaster of Fukushima Daiichi nuclear power plant occurred, and extend our deepest condolences to the affected people. To avoid another Fukushimas, we, Europe Ecologie Les Verts of France and Greens Japan, express its ambition to accelerate Green politics in both countries and all over the world.

Germany has decided the abolition of all nuclear power plants until 2021. Switzerland followed Germany. Italy had a referendum and it concluded with 94% of vote in favor of continuing no-nuke policy. The end of the nuclear era is consisted of an overwhelming unstoppable stream which covers all over the world. The upcoming generation has a right to enjoy renewable energy, which is the obligation of our generation led by Green politics. We should not force nuclear waste nor unexpected radioactive exposure on the next generation any more.

France is the second largest and Japan is the third largest nuclear power plants country. Our decision on nuclear politics has enormous influence to the world. The end of nuclear era is not only our desire but also the requirement of the world and the history. Since we know that nuclear power plants lead us a catastrophic influence not only to human beings but also to every kind of natural environment, and not only when there is a severe accident but also even when they are operated "under control", we, Green Party of France and Japan, hand in hand, challenge to the national elections with an ambition to turn both countries and the world Green.

Eva Joly
Europe Ecologie Les Verts

Nao Suguro
Midorino Mirai

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é