Le préfet Lallement mis KO par le poête Apollinaire

Le décalé préfet Lallement présente ses excuses pour son écart insultant vis à vis des victimes hospitalisées du COVID-19. Mais Guillaume Apollinaire n'as pas apprécié et reprend une strophe de "La Chanson du Mal-Aimé" dans "La réponse des Cosaques Zaporogues au sultan de Constantinople", une réponse me semble t-il adaptée à la circonstance.

Le préfet Lallement, celui qui a la casquette plus grosse que la tête, adepte d'une formule qui le classe dans le camp d'à côté, a "déconfiné" un neurone pour libérer l'inqualifiable bêtise à l'encontre de toutes les victimes du COVID-19.

« Ceux qui sont aujourd’hui hospitalisés, ceux qu’on trouve dans les réanimations, ce sont ceux qui, au début du confinement, ne l’ont pas respecté, c’est très simple, il y a une corrélation très simple »

Nicolas Chapuis dans Le Monde explique ainsi les excuses de ce décalé de l'ordre :

"Le léger sourire arboré au moment de prendre la parole ne trompe personne. Didier Lallement vit en ce vendredi 3 avril l’une des journées les plus compliquées depuis qu’il a pris la tête de la Préfecture de police de Paris, en mars 2019. Il est 16 heures et le haut fonctionnaire doit battre sa coulpe publiquement, une première pour cet homme habituellement si sûr de lui. « Je regrette d’avoir tenu ces propos, je comprends les réactions qu’ils suscitent et je présente mes excuses », énonce-t-il."

apollinaire

La réponse complète des Cosaques Zaporogues au Sultan de Constantinople

    Plus criminel que Barrabas
    Cornu comme les mauvais anges
    Quel Belzébuth es-tu là-bas
    Nourri d'immondice et de fange
    Nous n'irons pas à tes sabbats

    Poisson pourri de Salonique
    Long collier des sommeils affreux
    D'yeux arrachés à coup de pique
    Ta mère fit un pet foireux
    Et tu naquis de sa colique

    Bourreau de Podolie Amant
    Des plaies des ulcères des croûtes
    Groin de cochon cul de jument
    Tes richesses garde-les toutes
    Pour payer tes médicaments

Guillaume Apollinaire (1880 - 1918)

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.