Liberté, Egalité, Fraternité; REVIENS !

Il n'est pas possible d'admettre la violence jusqu'à la mort quels qu'en soient les auteurs, quelles qu'en soient les circonstances. Des hommes dépourvus d'humanité ne peuvent pas emporter dans les tombes qu'ils creusent la Liberté, l'Egalité et la Fraternité.

La douleur est terrible. La condamnation unanime. Partout des voix s'élèvent pour défendre ces valeurs fondamentales de notre République. Cela fait 40 ans que je me suis engagé dans l’organisation syndicale FO qui a toujours fait de la République son épicentre. Cela fait 40 ans que je milite pour donner de la voix à ceux qui ne peuvent pas ou qui ne veulent plus la prendre. Quarante ans au cœur du débat social et politique pour en mesurer aujourd'hui toute la déliquescence. Si l'exemple vient du haut qu'il me soit permis de dire qu'il n'est pas le bon.

Tout est devenu argent, évaluation, capital, contrôle, profit, spéculation, un monde qui est mené par des prédateurs au détriment du peuple, la proie ! Les valeurs républicaines sont aujourd'hui bafouées à tous les niveaux. Le manque de respect des engagements est devenu une constante de la classe au pouvoir et du monde des affaires.

La tricherie de Volkswagen est un épiphénomène du monde actuel. La falsification est partout, dans l'agroalimentaire, dans les filières bovines et ovines, dans l'industrie, etc. Les conséquences sont évidentes. Chômage, précarité, pauvreté, ayant pour corollaire, la remise en cause de la République par le démantèlement des services publics, la remise en cause des amortisseurs sociaux que sont la sécurité sociale, les retraites et les indemnisations diverses. La Liberté s’étouffe, l’Egalité se dissipe, la Fraternité est massacrée en particulier dans le monde du travail qui doit produire sans mot dire.

Tous les secteurs sont contaminés par la course aux profits. Et l'on s'étonne avec émoi d’observer cette jeunesse en perte d'identité, privée d’emploi, qui n'a pas envie de "violer le client"! La seule perspective ne peut pas être un faux front national qui ne porte que la caricature de la réalité, des travestis de solution et qui remplace un intégrisme par un autre.

Mon terrorisme à moi ce sont ces dirigeants qui trichent pour leur seul profit et ceux qui les magnifient. Le pouvoir qu’ils donnent aux banques, aux assurances, aux fonds de pensions, mène à la liquidation les entreprises et des salariés sans aucune humanité. L'entreprise est devenue un outil de spéculation en lieu et place d’un lieu de production de biens ou de services.

Alors mon coup de gueule pour la République unie et solidaire s'adresse en premier lieu au Chef de l'Etat, Président de la République, pour qu'il parte à la reconquête des valeurs de la République. L'unité se réalise toujours le lendemain de violences et de barbarie comme ce fut le cas en janvier et comme c’est le cas en ce mois de novembre et chaque fois que la République est attaquée. Faut-il rappeler le programme du Conseil National de la Résistance de mars 1944, sursaut d’une République meurtrie, qui est décapité par ceux qui mènent ce monde aujourd’hui.

Les sursauts de janvier, de novembre et les autres ne changent pas la gouvernance de nos pays. La dictature de l'argent sévit partout en Europe comme dans le reste du monde. Cette barbarie du profit est plus discrète, plus insidieuse, plus perverse mais elle entraîne des milliers de victimes qui sont ignorées par ceux qui détiennent le pouvoir parce qu’ils ont cette inébranlable conviction d'avoir raison seuls ! Leur certitude devient toute aussi dangereuse que celle de ces terroristes. Leur intégrisme pour le profit est tout aussi insupportable que le terrorisme aveugle qui s'abat sur les mêmes innocents.

Renversons la table de ceux qui sont au pouvoir et de ceux qui veulent le prendre par la haine. Que tous les Républicains s'unissent, taisent leurs divergences et valorisent leurs idées communes pour que triomphent à nouveau la Liberté, l'Egalité et la Fraternité.

 

Denis Garnier

Novembre 2015

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.