Faut-il tuer les malades et les étrangers pour sauver sa santé ?

Je viens de lire avec sidération l'article de médiapart qui relate les effets de la parution d'un décret-loi  espagnol de 2012 : "Des centaines de milliers de personnes rayées de l'accès aux soins en Espagne"

Les journalistes expliquent que 873 000 personnes ont perdu leur carte de Sécurité sociale depuis un décret-loi de 2012. Beaucoup d’immigrés sans travail renoncent aux soins et les ONG s’alarment d’une mesure «synonyme de condamnation à mort pour beaucoup».

« Ils m’ont pris ma carte de Sécu, mon dossier médical a été effacé et j’ai l’impression que c’est comme si j’avais tué quelqu’un"explique l'une des 873 000 victimes de ce décret.

 

Ouf ! C'est en Espagne ! Rassurons-nous.

Pourtant le débat fomente en France. Après les musulmans viennent les Roms et demain peut-être le retour des juifs. Ils sont tous différents et chacun a de bonnes raisons de justifier son rejet de l'autre. Les musulmans voudraient nous convertir, les Roms seraient tous des voleurs et les juifs des penseurs dangereux qui s'accaparent tous les pouvoirs. Chacun est-il pour autant adepte de la race aryenne, comme Hitler ? La question doit-être posée !

 

Pendant que le marais de ces  insouciants convaincus déversent leur ignorance sur le comptoir des cafés, les maîtres de ce monde se distraient chaque jour pour tenter d'assouvir d'insatiables envies.

Leur discours est rôdé : pillions les Etats, leurs comptes et leurs avoirs. Exaspérons les peuples au point de les distraire à l'entre déchirement. 

 

Soyons courageux !

Vous n'êtes pas obligés d'applaudir et d'accompagner les maîtres de ce monde comme des bourreaux conduisent les condamnés à l'échafaud !

"Il est de la nature intelligible de l’homme de pouvoir par une décision s’extraire de cette détermination, se constituer comme sujet libre, refuser la passion et vouloir seulement la réalisation de l’universalité. Ainsi l’homme passion, peut se vouloir liberté. La liberté n’est jamais acquise, elle est sans arrêt menacée. Elle doit toujours faire l’objet d’une lutte courageuse.» [1]

"Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire ; c'est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques »[2] 

 

Ces phrases doivent guider notre bon sens, notre humanité notre envie de vivre en bonne santé dans une société apaisée. Aujourd'hui en Grèce comme en Espagne le droit fondamental de vivre dignement est refusé à de trop nombreux résidants. Malheureusement la France prend le même chemin en préférant s'attaquer aux hôpitaux qui dépensent trop plutôt qu'aux médecins mercenaires qui imposent leurs dépassements d'honoraires.

La santé fait désormais partie des produits de luxe pour un nombre grandissant de personnes, fussent-elles étrangères.

Je ne vois pas de différence lorsque la mort frappe un enfant, qu'il soit celui de Madame Le Pen, celui du Bengladesh ou celui de cette famille qui n'est pas née dans mon village !

 

Si nous n'avons pas les moyens de changer l'humanité, chacun, l'un à côte de l'autre, pouvons nous constituer en sujets libres décidés de nous extraire courageusement de ces applaudissements imbéciles et de ces huées fanatiques.

 

Pensez-vous qu'en tuant les malades, les étrangers,  ils sauveront leur santé ?

 


[1] Emmanuel Kant - Philosophe allemand du XVIIIème siècle,  « Qu’est ce que les Lumières ? » 1784

[2] Jean-Jaurès- Le discours à la jeunesse – Albi 30 juillet 1903

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.