Qu’ils viennent me chercher! La France, nouvelle cour d'école de son Président?

Avec son comportement tout juste digne d'une cour d'école, dans l'affaire Benalla, le Président des Français signe-t-il sa fin?

 © © Robert Doisneau © © Robert Doisneau
On ne sait s’il faut en rire ou en pleurer ! Dans tous les cas, on est désolé, consterné (et devant la tournure des évènements on reprend sa laborieuse plume).

 Voilà où en est notre pays, ou tout du moins son représentant à la plus haute fonction : lancé dans un concours de "qui a la plus grosse…" ou "j'embête les filles, c'est sans risque, je suis plus fort (physiquement) qu'elles".

Ce "seul responsable" qui n’assume rien, car il ne risque rien (puisque de par sa fonction l’on ne peut lui demander de compte – lire la brillante analyse de Paul Cassia), et qui le sait parfaitement, joue des biscotos comme un gamin de cour d’école planqué derrière la maitresse ; maitresse bienveillante qui se doit de le protéger, par la loi, et malgré la bêtise, la couardise crasse ou la médiocrité sans fond du sale gosse dans ses jupes qui passe son temps à provoquer des désordres…et n’assume pas.. Phénomène connus de toutes et tous depuis…la 6ème.

"Même pas cap’!" serait du même acabit…!

Après le président des riches, voici le clown, le bouffon est on tenté d’écrire, des riches qui se veut roi ou prince…et qui nous la joue "Père courage…fuyons, sans être vus".

Car il ne faut pas oublier, que malgré toutes les "enquêtes" et perquisitions qui suivent leurs cours, tous ces faits remontent à deux mois et demi, et sont restés sous le boisseau pendant tout ce temps. Le "république exemplaire" et rapide dans ses "sanctions" (fictives ?) et autres réactions, cette république donc, n’a pas bougé pendant 10 semaines, espérant que l’on ne l’y prendrait pas!

N’importe quel citoyen dans cette situation aurait sans doute pris 4 à 5 ans de prison et 40 000 euros d’amende (à minima), et ce, en comparution immédiate…le 2 Mai 2018.

Quand on se veut le seul, vrai responsable, de la couverture d’une telle illégalité, on ne se planque pas derrière ses troupes ou son statut, maitresse d’école symbolique. On redevient juste conscient et courageux, adulte en somme, et on se retire.

Car le plus « haut » représentant de notre pays, ne peut considérer comme normal ou acceptable de « couvrir » de telles actions anti-démocratiques, et tout ce qu’elles révèlent. Et laisser une telle tache sur les habits de la plus haute fonction de NOTRE pays.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.