denis Paillard
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 sept. 2022

denis Paillard
Abonné·e de Mediapart

Ukraine : non à la guerre de Poutine

Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.

denis Paillard
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dès le lendemain de l’intervention brutale de l’armée russe en Ukraine, la guerre a pris une dimension qui excède le lieu du conflit, avec en premier lieu l’implication de plus en plus importante de l’Union Européenne, des États-Unis sous l’égide de l’OTAN : sanctions économiques et livraison d’armes à l’Ukraine.

Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques.

D’un côté, les divers courants qui mettent en avant le rôle de l’OTAN et se retrouvent derrière le mot d’ordre « la paix maintenant ». De l’autre, ceux qui privilégient une solidarité massive avec la résistance du peuple ukrainien face à l’impérialisme russe, dans un rapport entre la Russie et un pays auquel est attribué un statut de semi-colonie.

La mobilisation de 300 000 réservistes décrétée mardi par Poutine (précédée par l’adoption à la Douma d’un nouvel arsenal juridique de répression) et les pseudo-référendums dans les quatre territoires occupés en Ukraine marquent une accélération terrifiante de la catastrophe en cours.

Hier la une du journal L'Humanité "l'escalade folle de Poutine" marquait clairement que l'on avait franchi une nouvelle étape. En rattachant à la Fédération de Russie les territoires occupés, Poutine vise à donner une nouvelle dimension à la guerre : c'est désormais la Russie qui serait attaquée sur "son" territoire et donc en position légitime de riposter par tous les moyens.

Poutine a insisté sur ce point : rien ne saurait l’arrêter dans son entreprise guerrière.

Dans cette nouvelle situation, où toute idée de ‘paix’ s’éloigne, il est urgent de définir une position internationaliste qui fasse pleinement sens, au présent, dans ce conflit. Mettre en avant « NON A LA GUERRE de POUTINE ! » (en aucun cas un synonyme de « la paix maintenant ! » qui tend à mettre sur le même plan agresseur et agressé), distingue trois fronts sans les confondre ; sur chaque plan, « non à la guerre » a une visibilité propre dont il faut s’emparer.

En même temps, il faut insister sur le fait que « Non à la guerre » c’est d’abord et avant tout dénoncer l’agression de l’impérialisme russe contre la nation ukrainienne, les deux autres plans ne font sens qu’en référence étroite avec le premier :

- avec les Ukrainiens, ceux d'en bas, qui luttent sur deux fronts : contre l'intervention russe, mais aussi pour une Ukraine démocratique où la démocratie est indissociable de la justice sociale et qui ne soit pas en proie aux démons nationalistes ; les convois syndicaux sont sur ce plan exemplaires ;

- aux côtés de ceux en Russie qui, malgré la répression, manifestent contre la guerre : depuis l'annonce de la mobilisation de 300 000 réservistes "non à la guerre" prend une dimension concrète - la guerre en Ukraine n'est plus une guerre 'lointaine' hors de l'urgence de la survie au quotidien[1]; cela signifie aussi le soutien aux déserteurs qui refusent de servir de chair à canon ; ce qui implique de leur accorder un statut de réfugiés au sein de l’UE, entre autres.

- pour le développement dans tous les pays, à commencer par l'Europe et l'Amérique du Nord, d'un mouvement de masse contre la nouvelle course aux armements, pour la dissolution de l’OTAN et pour un désarmement nucléaire mondialisé.

[1] Karine Clément (auteure d’un texte « La société russe dans la guerre », dans un recueil collectif sur la guerre en Ukraine, à paraître en 2022, à La Dispute) souligne dans Mediapart (22 septembre) : « « Il n’y a que très peu de soutien enthousiaste à la guerre, contrairement à ce que donnent à croire les médias occidentaux, qui reprennent très largement et de façon exagérée ce que véhicule la propagande du Kremlin. ».

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot
Journal
La ministre Caroline Cayeux démissionne en raison d’un patrimoine « sous-évalué »
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan