Denis Saint-Amand
[ /// ]
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 oct. 2016

Un Nobel polémique

Moins que des questions liées à l’extension du domaine littéraire ou à une chimérique essence de la poésie, l’attribution du prix Nobel de littérature à Bob Dylan, ce 13 octobre 2016, me semble poser des problèmes, principalement en matière de distribution des rôles et d’enjeu de la célébration.

Denis Saint-Amand
[ /// ]
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Moins que des questions liées à l’extension du domaine littéraire ou à une chimérique essence de la poésie, l’attribution du prix Nobel de littérature à Bob Dylan, ce 13 octobre 2016, me semble poser des problèmes, principalement en matière de distribution des rôles et d’enjeu de la célébration. Il est tout à fait légitime que le jury du Nobel estime souhaitable de consacrer des pratiques littéraires qui se développent hors des circuits du livre. On sait en effet toute la réduction qu’opère une approche du fait littéraire focalisée sur cet objet livresque, absolument fondamental mais qui ne permet de rendre compte que d’une partie des pratiques à l’œuvre au sein du champ : depuis les feuillets des Illuminations de Rimbaud jusqu’aux romans-feuilletons tirant parti de la périodicité du journal qui les accueille pour susciter des effets d’accroche, en passant par toutes les performances supposant une production littéraire qui ne s’écrit pas, les cas de pratiques littéraires dont l’aboutissement livresque ne coule pas de source sont nombreuses et il est important de les prendre en considération.

Mais en choisissant d’attribuer le Nobel de littérature à Bob Dylan, les jurés du Nobel font le choix d’honorer cette réalité extra-livresque de façon tiède et en usant d’arguments spécieux ― ériger le chanteur en « barde » héritier d’Homère ou Sappho se révèle de cette façon un raccourci analogique aussi forcé que superficiel. Surtout, c'est rapatrier vers un univers dont il ne s’est jamais vraiment revendiqué un artiste qui a déjà fait l’objet d’une large reconnaissance dans le domaine qui est le sien, à travers une multitude de prix et de décorations (de nombreux Grammy, l’Ordre des Arts et des Lettres, un Oscar de la meilleure chanson originale, etc.) ― dont on pourrait du reste se demander à quel point ils produisent un curieux effet d’institutionnalisation d’une anomie que Bob Dylan a toujours revendiquée ―, et, par là, c’est indiquer qu’il n’y avait en quelque sorte « rien de mieux » dans l’univers des écrivains. Ce choix me semble à la fois démagogique et stratégique : peu risqué, il produit un pseudo-effet de « surprise » visant surtout à replacer une institution qui peut être tenue pour obsolète dans le débat public ; en cela, il sert davantage ladite institution que la littérature.

Si on veut rendre hommage à la poésie orale engagée, refusant l’affèterie et les tours d’ivoire, les auteurs ne manquent pourtant pas. La première qui me vient à l’esprit est la Québecoise Michèle Lalonde, dont le plus grand texte, traitant de l’impérialisme linguistique et de l’écrasement des minorités, reste d’une inquiétante actualité.  

Michèle Lalonde - Speak White © bourse09
L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Au Royaume-Uni, le successeur de Boris Johnson manque déjà de légitimité
Le duel interne au parti conservateur pour la succession de Boris Johnson, entre Liz Truss et Rishi Sunak, semble déconnecté des urgences du moment, de l’inflation au climat. En raison du mode de scrutin, la légitimité du vainqueur sera faible.
par Ludovic Lamant
Journal — Europe
Un débat économique de faible niveau pour la direction du parti conservateur
Les deux candidats à la direction du parti conservateur n’ont guère d’idées face à la crise inflationniste qui frappe pourtant de plein fouet l’économie britannique. Le débat économique se limite donc à un duel stratégique pour convaincre le cœur militant des Tories.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir

La sélection du Club

Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes