Denys Laboutière
Conseiller artistique théâtre, écrivain, traducteur
Abonné·e de Mediapart

175 Billets

1 Éditions

Billet de blog 2 avr. 2015

Denys Laboutière
Conseiller artistique théâtre, écrivain, traducteur
Abonné·e de Mediapart

Revoir le "Film parlé" de MANOEL DE OLIVEIRA

Denys Laboutière
Conseiller artistique théâtre, écrivain, traducteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ainsi que l'annoncent les dépêches AFP et divers médias, le réalisateur portugais Manoel DE OLIVEIRA vient de décéder à l'âge de 106 ans. Evocation, en forme d'hommage, d'un de ses films culottés pour diverses raisons... son Film parlé (2003). En espérant que quelques chaînes de télévision françaises, qui ne diffusaient jamais ses films, (sauf erreur ou omission) auront la bonne idée d'en programmer un ou deux. On peut toujours rêver...

C'est une oeuvre qui semble en concordance absolue avec les judicieux préceptes de Robert BRESSON dans ses Notes sur le cinématographe. (1). Aucun plan qui ne superpose par redondance une image et un son (par exemple). Certains estiment qu'un tel film s'apparente davantage à du théâtre filmé (le même reproche qu'on adressa à Eric ROHMER par exemple) qu'à du cinéma. C'est vrai et faux en même temps. En tout cas, on le regarde et l'écoute avec gourmandise. Parce qu'il célèbre à la fois le multiculturalisme (on excusera l'usage de cette expression à la mode) et sait montrer à quel point la fragilité de la vie est bien réelle. Où qu'on soit. D'où qu'on soit. Où qu'on aille. 

Et entendre "disserter" sans avis péremptoire ni ton suffisant, des gens réunis au hasard d'un dîner sur un bateau lors d'une croisière sur la Méditerranée, malgré les obstacles apparents des langues diverses maîtrisées par les uns et les autres, à propos des origines de la Civilisation occidentale, est plus qu'instructif: c'est un élément de dramaturgie fondamental qui résume parfaitement la quasi totalité de l'oeuvre cinématographique de DE OLIVEIRA.

Il faut saluer la présence de Catherine DENEUVE dans ce film, inattendue et libre comme souvent, qui a choisi de tourner avec le cinéaste lusophone. Et de John MALKOVITCH, en capitaine de vaisseau attaché à convier à sa table, des gens d'origines et de cultures différentes.

La présence d'une petite fille, Maria Joana, en outre, semble être discrètement le point de vue par lequel le spectateur peut appréhender l'oeuvre. Cette petite fille, c'est celle du personnage de Leonor SILVEIRA *, enseignante d'histoire à Lisboa qui a choisi cette croisière en Méditerranée avant d'aller rejoindre son mari à Bombay. D'escales en escales, la mère et sa petite fille visitent les lieux, les villes qu'elles ne connaissaient que dans les livres. Chaque escale est l'occasion d'une rencontre et d'une approche du pays rapide mais fervente.

Inutile de révéler le fin mot de l'histoire (tragique). Une telle allégorie intelligente à propos de la Tour de Babel, aux atours en apparence pessimistes mais qui reste, somme toute, assez réalistes, donne lieu, donc,  à l'un des films les plus sensibles et intelligents, suggestifs et poétiques de la décennie 2000-2010.

Si vous ne connaissez pas ce Film parlé et que l'envie vous taraude de voir un film saisissant, épuré, éloquent, celui-ci devrait satisfaire plutôt votre espérance. Surtout à l'heure où tant de replis frileux et incultes, désinvoltes, bêtement nationalistes, irresponsables, semblent se réjouir d'encore davantage séparer les gens. Puisque cette fable remet sans terrorisme aucun, les pendules du monde à la (presque) même heure: celle d'un hymne à la vie à célébrer malgré les dissonances et préoccupations dissemblables. Merci à vous, Manoel de OLIVEIRA.

N.B.:

 (1) Notes sur le cinématographe, de Robert BRESSON, Gallimard, collection "Blanche", Paris, 1975.

*: merci à CTAVEIRA qui a commenté, le 8/04/2015 cet article et m'a indiqué que ce n'était pas l'actrice Irène PAPAS qui interprétait ce rôle.

A lire aussi, sur MEDIAPART, le billet très instructif d'Arthur PORTO qui célèbre aussi le cinéma vital de Manoel DE OLIVEIRA: http://blogs.mediapart.fr/blog/arthur-porto/030415/aniki-bobo-manoel-de-oliveira

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Shtar Academy » : sortie sous haute surveillance d’un album de rap enregistré par des détenus
Ce projet musical unique en son genre a permis à quatre détenus de la prison de Fresnes de travailler avec les plus grands noms du rap français. Un projet de réinsertion qui pourrait subir le contrecoup de la polémique déclenchée cet été autour d’une course de karting.
par Yunnes Abzouz
Journal
Pénurie de places en lycée technologique : des élèves « oubliés » ou forcés de redoubler
Des centaines d’élèves se sont retrouvés sans affectation à la rentrée, en particulier dans les classes STMG, filière négligée par les autorités depuis des années. Alors que des lycéens n’ont toujours pas d’établissement, le mutisme du rectorat nourrit un sentiment d’abandon.
par Névil Gagnepain (Bondy Blog)
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza