Denys Laboutière
Conseiller artistique théâtre, écrivain, traducteur
Abonné·e de Mediapart

175 Billets

1 Éditions

Billet de blog 6 sept. 2014

Denys Laboutière
Conseiller artistique théâtre, écrivain, traducteur
Abonné·e de Mediapart

Michèle Guigon s'en est allée...

Peu ordinaire, et viscéralement artiste, Michèle Guigon, qui a fait partie un certain temps de la compagnie Deschamps/Makeieff, est décédée, avant-hier, à l'âge de 55 ans.

Denys Laboutière
Conseiller artistique théâtre, écrivain, traducteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Peu ordinaire, et viscéralement artiste, Michèle Guigon, qui a fait partie un certain temps de la compagnie Deschamps/Makeieff, est décédée, avant-hier, à l'âge de 55 ans.

En 1983, au TNP de Villeurbanne, se donnait La Veillée une fresque conçue par Jérôme DESCHAMPS, par laquelle il moquait les grotesques travers des animateurs sociaux-culturels. Et Michèle GUIGON, avec son accordéon y singeait une musicienne passionnée mais maladroite. Ce spectacle faisait rire sans gêne, parce qu'il n'avait rien d'offensant à l'égard de quiconque. C'était à une époque où la farce était encore possible, sans être soupçonnée de mauvaises intentions.

Plus tard, en 1989, engagé au Théâtre des Ateliers de Lyon, en qualité de comédien, j'ai côtoyé de près la comédienne-musicienne, pour un spectacle qui s'intitulait Sainte-Carmen-de-Montréal (le titre original était "Sainte-Carmen-de-la-Main" mais pour les français, la "Main" ne signifiait rien: il s'agissait juste du nom d'un quartier de Montréal et le metteur en scène, Gilles Chavassieux, avait eu la bonne idée de faire transposer la pièce et donc de modifier son titre). La pièce était écrite par Michel TREMBLAY, dramaturge et écrivain (pas seulement de textes dramatiques) canadien, qui conçut toute une saga à propos des gens qu'ici on qualifierait "de peu" (à tort).

Quelle histoire, que cette aventure! GUIGON jouait le personnage principal: une chanteuse de cabaret un peu minable, qui encourage, par souci de vertu et de justice, la révolte contre les conditions de travail, de reconnaissance, de ses camarades. Et GUIGON mettait vraiment toute son âme pour interpréter ce rôle délicat, car à l'époque encore pas vraiment à la mesure de ce que l'actualité d'aujourd'hui pourrait supposer.

La femme de Roger PLANCHON, Colette DOMPIÉTRINI, interprétait Gloria, la rivale affranchie de GUIGON, il y avait un pianiste américain, Paul, qui fut chargé de l'adaptation des morceaux de bravoure musicaux-chantés par l'ensemble des personnages imaginés par TREMBLAY. Des élèves sortants du CNSAD (Joëlle SERANNE, par exemple).

Et j'interprétai (mal, je crois, avec le recul) le rôle de Cure-Dents, le vilain tueur de la vedette principale (jouée par GUIGON) qui, dans un monologue final et plutôt trop long, essaie de justifier son geste criminel.

Nous avons joué d'abord chez Charles TORDJMAN au CDN de Thionville, puis à Lyon, enfin à Bruxelles.

C'était un peu surréaliste, à vrai dire. Parce qu'embarqués dans cette histoire, conçue et produite par un théâtre presque indépendant, nous avions parfois du mal à bien saisir le sens exact d'une dramaturgie au fond non pas simpliste, mais limpide. Trop?

La saison suivante, Sainte-Carmen-de-Montréal a été reprise un mois au T.E.P. (Théâtre de l'Est Parisien): période où n'existait pas encore le théâtre national de la Colline qui a fini par concurrencer cette salle du XXè arrondissement de Paris.

Je n'ai pas participé à la reprise, et la moitié de la distribution fut modifiée (pour des raisons de compatibilités avec les exigences de la musique et des chansons, soi disant).

Mais j'ai souvenir d'une Michèle GUIGON tantôt amicale, tantôt féroce voire capricieuse (sûrement par identification au rôle de la pièce de TREMBLAY). Une artiste entière, jamais mesquine ni revancharde. Angoissée aussi, de temps en temps: juste parce qu'elle voulait offrir le meilleur et entraîner tout le monde vers l'excellence.

En 2014, 25 ans après cette équipée un peu risquée (la mode de la pluridisciplinarité n'était pas vraiment répandue), je suis triste, un peu, et je préfère me souvenir que c'est dans une pure fiction inventée par TREMBLAY, que j'ai interprété le responsable de la mort d'une chanteuse brillante, qui se battait contre d'impitoyables ennemis, pas seulement un cancer, mais aussi les ennemis du monde du spectacle, de l'art dramatique, de l'art choral, contre ceux qui exploitent, dans l'indifférence, ceux qui savent distiller quelques notes d'accordéon pour rafraîchir la douleur d'un soir, d'un crépuscule qui s'étire sans jamais vouloir être flamboyant, mais chaleureux.

Merci à elle.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo, 5 ans après : notre émission spéciale
Le 5 octobre 2017, un mot-dièse va faire le tour de la planète : #MeToo (« moi aussi »), une expression pour dire haut et fort les violences sexistes et sexuelles. Cinq ans plus tard, les rapports de domination, de pouvoir, ont-ils vraiment changé ?
par À l’air libre
Journal
MeToo, plus de cinq ans d’enquêtes
Parmi les centaines d’articles publiés et émissions réalisées par Mediapart, ce dossier rassemble une sélection d’enquêtes marquantes, du monde du travail à celui de la musique, de la politique au cinéma, et fait la chronique des défaillances de la justice.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Face aux affaires, l’opposition s’indigne, l’exécutif se terre
Les dernières mises en cause par la justice de deux figures du pouvoir, Alexis Kohler et Éric Dupond-Moretti, sont venues perturber mardi la rentrée parlementaire. Face à des oppositions plus ou moins véhémentes, l’exécutif et la majorité en disent le moins possible, en espérant que la tempête passe.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Exécutif
Kohler, Dupond-Moretti : et soudain, il ne se passa rien
Le président de la République n’a pas jugé nécessaire de réagir après l’annonce du procès à venir de son ministre de la justice et de la mise en examen de son bras droit. Il mise sur le relatif silence des médias. Et ne s’y trompe pas.
par Michaël Hajdenberg

La sélection du Club

Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn