Denys Laboutière
Conseiller artistique théâtre, écrivain, traducteur
Abonné·e de Mediapart

175 Billets

1 Éditions

Billet de blog 22 mars 2014

Denys Laboutière
Conseiller artistique théâtre, écrivain, traducteur
Abonné·e de Mediapart

MAX BLACK de Heiner GOEBBELS, comme au bord de la mer, ou le Chant de l'attente et de la recherche

Denys Laboutière
Conseiller artistique théâtre, écrivain, traducteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Beaucoup de monde, ce soir, -dont une grande partie de gens jeunes venue découvrir ce poème théâtro-musical, Max Black -, se pressait au Théâtre de la Renaissance d'Oullins, où le directeur artistique et metteur en scène, Roland AUZET qui a décidé de céder sa place à Gérard LECOINTE (des Percussions Claviers de Lyon) à la rentrée, vient de créer Steve Five dans ce même théâtre. Lequel Roland AUZET a, courageusement, récemment, exposé dans une interview au journal Le Monde,  comment on lui refuse le droit de postuler à la succession de Jérôme DESCHAMPS, à l'Opéra Comique de Paris (*).

DANS LA CAVERNE PLATONICIENNE

De tous les spectacles de Heiner GOEBBELS, Max Black est peut-être le moins "saisissant" et surprenant. Sans doute parce qu'après avoir vu Ou bien le débarquement désastreux ou Erarijaritjaka, puis Stifters Dinge et I went to the house but did not enter, le sentiment de familiarité avec un univers de fantaisie sérieuse, que bercent divers aphorismes (de Paul VALÉRY, WITTGENSTEIN, LICHTENBERG) offre moins de prise à nos étonnements. Ce qui n'empêche nullement qu'on en sorte franchement réjoui.

Est-ce la caverne d'un savant fou? fioles, établis, bouteilles de gaz ou d'oxygène, vélo couché au sol sur sa selle, magnétophone à bande, électrophone jonchent l'espace. Le fidèle compagnon de scène de Heiner GOEBBELS et comédien André WILMS déambule, s'agite, enfile une blouse blanche, la quitte pour se changer, se prépare un café, écrit sur un tableau quelques formules philosophiques. Et ratiocine, de façon obsessionnelle. Déjà lorsque les spectateurs entrent dans la salle et cherchent leur siège, la place que la billetterie du Théâtre leur a attribuée. Des cages à oiseaux surplombent la scène et des manivelles les abaissent ou permettent à un piano de jouer tout seul: cacophonie et harmonie se confondent dans cet atelier du Monde en attente, en recherche... mais de quoi? de qui?

UN MONDE DE BRUITS ET DE STUPEURS

Et, comme souvent avec Heiner GOEBBELS, n'importe quel support sert à produire des sons, musiques, bruits. Objets que WILMS agace, en ouvrant par exemple des boîtes d'où sortent des plaintes ou des mots grinçants (à propos de la jeunesse perdue, de la vieillesse trop tôt arrivée). L'absurdité d'une autre de ces boîtes sert à produire des ronds de fumée, puis un disque vinyle éreinte une mélodie, un oiseau empaillé projette son ombre un peu menaçante sur le mur du fond de scène, parce que juché sur ledit disque vinyle...

La stupeur est le maître mot de ce spectacle. Stupeur ou stupéfaction? Comme chaque fois avec Heiner GOEBBELS, des actions prosaïques provoquent notre incrédulité désarmée.

On ne sait ce que cherche cet homme de laboratoire. Mais il semble comme résigné à l'attente éternelle, dans son huis-clos farouche et pourtant anonyme, d'une découverte de lui seul connue. Il a sans doute oublié les termes d'une équation. Et l'on finit par comprendre que cet homme-là, c'est nous-même, nous tous, individus pris dans la nasse de l'existence, bercés ou irrités par le bruit du monde.

La part du feu (si chère à Blanchot) est conjuguée, elle aussi et déclinée sous la forme de plusieurs images de mèches, pétards mouillés, étincelles, courant le long des meubles ainsi embrasés par le rythme ou une cadence volatiles.

LE FEU ET L'EAU

Heiner GOEBBELS fait feu de tout bois, oserait-on encore avancer: un rien lui suffit à nous faire partager la stupéfaction (encore une fois) face à l'abstraite matérialité des choses.

On se croirait dans un poème de Francis PONGE mais en trois dimensions.

A la fin de cette heure et demie de poésie pure, le comédien WILMS fut acclamé comme il se doit par un public ravi (dans la double acception du terme: captivé et joyeux).

On sort du théâtre et on rejoint la toute récente station de métro de la ligne B du réseau Tcl, GARE D'OULLINS, conçue par une architecture intérieure d'une froideur clinique peu aimable (tandis que les accès extérieurs, eux, forment des blockhaus patinés par des couches de fausse rouille), avec, au creux de l'oreille, lancinante, la voix unique et si reconnaissable de André WILMS et on se remémore alors, ces quelques vers de Paul VALÉRY, autrefois appris par coeur :

Entends indéfiniment, écoute

Le chant de l'attente et le choc du temps,

Le bercement constant du compte,

L'identité, la quantité,

Et la voix d'ombre vaine et forte,

La voix massive de la mer

Se redire: je gagne et perds,

Je perds et gagne...

Oh! jeter un temps hors du temps!

Plus que seul au bord de la mer

Je me livre comme une vague

A la transmutation monotone

De l'eau en eau

Et de moi en moi...

(poème Comme au bord de la mer, in Morceaux Choisis, Paul VALÉRY, NRF Gallimard, Paris, 1930)

Musiciens, artistes, spectateurs, comme réunis face au mystère des vagues, étions à la fois nulle part et partout. Provisoires et éternels, le temps d'un soupir, d'une symphonie si peu héroïque mais fantastique. 

*: http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/03/13/roland-auzet-nous-compositeurs-nous-sommes-nulle-part_4382057_3246.html

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica