Denys Laboutière
Conseiller artistique théâtre, écrivain, traducteur
Abonné·e de Mediapart

173 Billets

1 Éditions

Billet de blog 22 mars 2020

"Pourquoi des Poètes ?" 3/ L'Eloge de l'impossible d'Antonio Gamoneda

Hölderlin lança le défi: "À quoi bon des poètes en temps de détresse ?" dans son élégie "Pain et Vin" . Choix non pas anthologique et évidemment surtout pas exhaustif, de quelques textes, connus ou pas, pour se rappeler comment certains ont, par la Poésie, défié, décrit de rudes épreuves et des combats humains.

Denys Laboutière
Conseiller artistique théâtre, écrivain, traducteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Poète espagnol contemporain parmi les plus fameux, né en 1931, Antonio GAMONEDA traque dans l’écriture tout ce qui frôle les lisières. Non les marges. Mais plutôt le moment de bascule, l’instant où un premier centimètre d’exil est franchi. Jusqu’ « au point d’exister ». Son œuvre nous parvient en France grâce à la fraternité d’un autre poète : Jacques ANCET.

Lassitude et densité nocturne des choses racontent, par son écriture, une autre humanité au point de défaillir. De se brûler aux limites de l’être et de la présence.

Ces deux extraits du recueil « De l’impossibilité » pourraient bien faire miroiter un peu de vérité de nos jours actuels et à venir : hébétés de captivité incrédule qui nous offrent cependant l’avantage de mesurer tout ce qui compte d’essentiel et se désolidarise de tout superflu. Puisque celui-ci une fois abrasé, se retrouve, même harassé, le vœu de vivre. Même aux confins de la déraison qui n’est pas prison.

 (...)

J’ai vu des lavandes submergées dans un vase de larmes et la vision a brûlé en moi.

Au-delà de la pluie j’ai vu des serpents malades - beaux dans leurs ulcères transparents -, des fruits menacés par les épines et l’ombre, des herbes excitées par la rosée. J’ai vu un rossignol agonisant et sa gorge pleine de lumière.

Voilà que je rêve l’existence et c’est un jardin torturé. Des mères passent devant moi les cheveux blanchis dans le vertige.

Ma pensée précède l’éternité mais il n’y a pas d’éternité. J’ai usé ma jeunesse devant une tombe vide, je me suis exténué dans des questions qui percutent encore en moi comme un cheval galopant tristement dans la mémoire.

Je tourne encore à l’intérieur de moi-même malgré la chute certaine dans le froid de mon propre cœur.

Ainsi est la vieillesse : clarté sans repos.

(…)

Arrivés là, de quelle clarté perdue venons-nous ?

Qui peut se souvenir de l’inexistence ? Il serait sans doute plus doux de retourner, mais

Nous pénétrons indécis dans une forêt d’aubépines. Il n’y a rien au-delà de l’ultime prophétie. Nous avons rêvé d’un dieu qui léchait nos mains : personne ne verra son masque divin.

Arrivés là,

la folie est parfaite.

Antonio GAMONEDA, De l’impossibilité, texte traduit de l’espagnol par Amalia Gamoneda, gravures de Jean-Louis Fauthoux, postface de Salah Stétié ,  © éditions Fata Morgana, 2004.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Liberté d'expression : en Inde, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr