Denys Laboutière
Conseiller artistique théâtre, écrivain, traducteur
Abonné·e de Mediapart

175 Billets

1 Éditions

Billet de blog 28 avr. 2015

Denys Laboutière
Conseiller artistique théâtre, écrivain, traducteur
Abonné·e de Mediapart

FAUSSE "INNOCENCE" MAIS VRAIE VANITÉ DE DEA LOHER À LA COMÉDIE FRANÇAISE

Denys Laboutière
Conseiller artistique théâtre, écrivain, traducteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dea LOHER écrit depuis plus de vingt ans, outre-Rhin, des pièces qu’on peut volontiers qualifier de « grotesques ». Plutôt absconses, elles focalisent, la plupart du temps, la destinée délétère de certaines figures féminines. « Innocence », à la Comédie Française, n’échappe pas, hélas, à une prose théâtrale complaisante à force d’être verbeuse et qui pêche, somme toute, par un style maniéré assez artificiel et bien peu théâtral.

UNE ÉTRANGE ET SÛREMENT PAS INNOCENTE ENTRÉE AU RÉPERTOIRE 

 « Barbe-Bleue espoir des femmes », « Les Relations de Claire », « L’Espace d’Olga », « Manhattan-Medea », « Anna et Martha » : ces quelques titres de textes dramatiques composés par Dea LOHER, constituent une sorte de contrée de personnages féminins autour desquelles gravitent des figures sinon maléfiques, tout au moins troubles. Et l’une de ses premières œuvres, « Tatouage » (prix de la meilleure pièce contemporaine décernée par le Goethe-Institut en 1992) annonçait déjà la couleur, sous les traits d’une mère obligée de porter une sorte de masque à gaz de façon permanente (même pendant les repas) parce qu’elle use au salon de toilettage pour chiens où elle travaille, de produits chimiques qui provoquent de graves allergies. Cette mère (une demi « Courage ») n’est pas la seule à être rudoyée par son époux puisque les abus sexuels réguliers commis par celui-ci sur Anita, l’une de leurs deux filles, obligeront la cadette à subir, plus tard, ce même sort funeste. Parce que l'aînée aura trouvé, l'espace d'un instant, le réconfort (illusoire) auprès de Paul, le gentil fleuriste. Le texte condense toutes les tares de diverses misères et dérélictions. 

C’est un peu sur le même registre que s’ouvre « Innocence ». Une femme, en train de se noyer dans la mer, fait l’objet d’une querelle entre deux clandestins (Elisio et Fadoul) hésitant à lui porter secours. Puis, la pièce, contrairement aux précédentes qui obéissait à la rigueur formelle du « Stationendrama » ( pièce à "stations" héritée de Brecht) s’égare dans les limbes d’un archipel dont le spectateur a peine à cerner la cohérence. On y croise les figures d'une femme seule (Frau Haberstatt), la mère d'une fille assassinée et une philosophe en pleine force de l'âge (Ella) et auteur d'une thèse intitulée "De la non fiabilité du monde" (!).

Les acteurs du Français sont plutôt bons, efficaces, font tout ce qui demeure en leur pouvoir pour interpréter une partition peu évidente. Malgré un hiératisme hors de propos que relativisent des projections vidéos plutôt sommaires. Alors, le magma, la noyade sont garantis, pour tout spectateur pris en flagrant délit d'assoupir son attention. Encore peut-il se réjouir, mais modérément, des costumes signés Jean-Paul GAULTIER, lequel, forcément, étant donné le contexte proposé par la pièce, a dû réfréner son goût pour l'extravagance poétique...

Il est étrange que la Comédie Française ait choisi ce texte là pour faire entrer au panthéon de ses écrivains du « Répertoire » cette « Innocence », de Dea Loher, dont les ambitions avant tout littéraires l’emportent sur son souci autrefois plus probant de penser à la théâtralité d’un texte. En tout cas, « Innocence » fait totalement l’impasse quant à cette dernière et c’est fort dommage.

L'éventuelle réponse à cette énigme d'une entrée au répertoire un peu aléatoire  nous est suggérée par l’échange un peu féroce , entre eux, des critiques de l’émission radiophonique « Le Masque et la Plume », dimanche 26 avril dernier, à réécouter en podcast ici :

http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=1078651

(de 20:25 à 33:00)

 Les critiques s'interrogent en effet quant au bien fondé qui ferait que juge et partie s’amalgament, lorsque le responsable du Bureau des lecteurs et conseiller littéraire du Français, est également le traducteur de la pièce (et de surcroît, directeur de la Maison Antoine Vitez, centre international de la traduction théâtrale). Il y a lieu ici de préciser que « Innocence » fut traduite puis proposée au comité de lecture du Français en 2009 et que c’est sous les auspices de l’ex-administratrice Muriel MAYETTE, que l’entrée au répertoire de la pièce fut décidée. Que l’actuel administrateur, Eric RUF, qui lui a succédé, depuis l’été dernier, a honoré les engagements prévus avant sa nomination avec tel ou tel artiste. Qu'il n'est donc en rien responsable de ce qui nous semble être une "erreur" manifeste de programmation.

UNE PRESTATION SCÉNIQUE PLUTÔT RATÉE

Mais, face à cet exercice scénique un peu vain qu’est le spectacle (on se demande pourquoi le metteur en scène Denis MARLEAU a pu accepter de le réaliser, d’autant que ses habiletés vidéographiques et numériques, autrefois, cernaient un sens dramaturgique maîtrisé mais qui s’est ici fortement dispersé et éventé), on regrette quelque peu qu’un(e) autre dramaturge de langue allemande n’ait pas été préféré-e- à LOHER.

 Sauf erreur ou omission, en effet, l’écrivain Elfriede JELINEK (par ailleurs couronnée à très juste titre -et entre autres prestigieuses récompenses- du prix Nobel de littérature en 2004) elle même auteur de textes dramatique exigeants et de très belle tenue littéraire) ne figure pas encore au Répertoire de la Comédie Française, alors que « Totenauberg », « Une pièce de sport », ou « Désir et permis de conduire » (la plupart éditées aux éditions Jacqueline CHAMBON ou l’ARCHE- éditeur) font partie de ces textes dramatiques qui surpassent, de quelques crans au-dessus, à notre humble avis, la prose souvent confuse de Dea LOHER.

Deux héritières, en tout cas, de la pensée philosophique d’Hannah ARENDT, mais non pas à armes théâtrales et ludiques égales…On a le droit de préférer l'une à l'autre, ne serait-ce parce que JELINEK paraît contrôler un peu mieux les conditions adhoc et préconçues a minima de la réalisation scénique et de l'ironie, de l'ambivalence du langage, tandis que LOHER se perd dans les labyrinthes d'un discours fort obscur faisant fi, ainsi, de son hypothétique prolongation non spectaculaire mais un tant soit peu théâtrale .

générique:

comédie-française, salle Richelieu, place Colette, 75001 PARIS

jusqu'au 1er juillet 2015 
Durée du spectacle : 2h20 sans entracte

avec:

Mise en scène et scénographie : Denis Marleau 
Collaboration artistique et conception vidéo : Stéphanie Jasmin 
Costumes : Jean Paul Gaultier 
Lumières : Marie-Christine Soma 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Shtar Academy » : sortie sous haute surveillance d’un album de rap enregistré par des détenus
Ce projet musical unique en son genre a permis à quatre détenus de la prison de Fresnes de travailler avec les plus grands noms du rap français. Un projet de réinsertion qui pourrait subir le contrecoup de la polémique déclenchée cet été autour d’une course de karting.
par Yunnes Abzouz
Journal
Pénurie de places en lycée technologique : des élèves « oubliés » ou forcés de redoubler
Des centaines d’élèves se sont retrouvés sans affectation à la rentrée, en particulier dans les classes STMG, filière négligée par les autorités depuis des années. Alors que des lycéens n’ont toujours pas d’établissement, le mutisme du rectorat nourrit un sentiment d’abandon.
par Névil Gagnepain (Bondy Blog)
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot peut mener au pire lorsque l’on a définitivement quitté les vestiaires par la mauvaise porte. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod