10 septembre 2009, le jour où tout commença

La chute de la maison Sarkozy…souvenez-vous ! Le président va donc tenter de « reprendre la main » au cours d’un entretien télévisé. Les sondages sont bas mais pas désespérés car la tête émerge encore au dessus des 30 % d’opinion favorable.
La chute de la maison Sarkozy…souvenez-vous ! Le président va donc tenter de « reprendre la main » au cours d’un entretien télévisé. Les sondages sont bas mais pas désespérés car la tête émerge encore au dessus des 30 % d’opinion favorable. Mais la causerie entre le président et « ses » invités attitrés marquera en réalité l’entrée en campagne électorale pour le scrutin régional de mars prochain. A titre préventif et dans cette perspective, le président avait tout intérêt à désamorcer l’affaire Proglio. Chose faite…mais l’essai n’est pas transformé pour autant! Car la hotte est pleine pour l’opinion, mais aussi pour les représentants de la nation.
Si les élections régionales, après les élections municipales du printemps 2008, confirment, en mars prochain, une victoire des oppositions démocrates et socialistes, voire - ce qui est n’est plus désormais une vue de l’esprit - un grand chelem (la Corse et l’Alsace pouvant basculer aussi dans l’opposition), il faudra convenir que les urnes renversées de mai et juin 2007 qui déversaient des bulletins de vote « Sarkozy » et « UMP » ou « Nouveau Centre », une fois remises à l’endroit, regorgent de l’amertume, déception, ressentiment, frustration, incompréhension, mécontentement, hostilité de l’opinion. Que se sera-t-il passé pour qu’une légitimité électorale soit aussi bafouée ? Experts et analystes ne manqueront pas de rappeler les failles de la gouvernance, de remonter l’échelle tu temps pour y scruter l’instant précis où la poussée magmatique a provoqué le rift, libérant un océan de protestation, germe possible - mais pas condition suffisante - de fertilisation alternative.
Tentons l’exercice avec les précautions d’usage, en ne vendant pas la peau de l’ours avant d’avoir tué la bête…mais entre mai 2007 et le 31 décembre 2009, voire même le 21 janvier 2010, date anniversaire de la mort du Roi, une période, une seule, cumule un enchaînement de dysfonctionnements, de dérapages, dans un temps très court, et associé, seulement, à une situation structurelle. Ces « dévissages » à mi mandat sont dus, essentiellement à des situations structurelles et pour une infime partie conjoncturelles (alors que sous les présidences antérieures, les décrochages cumulaient tous les handicaps conjoncturels).


Une affaire ça va, c’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes !
(texte complet sur www.vlvp.fr dans Etudes/parlement Elysée/Matignon)
« C’est la malédiction des deux ans », aurait dit Nicolas Sarkozy lors du déjeuner du 15 septembre à l’Elysée devant les parlementaires UMP ; depuis cinq jours, la rentrée politique est effectivement « dure »…très dure et passé l’anniversaire du mi mandat, la température politique montera, même, en intensité.
- Le 10 septembre, alors que la veille, le conseil des ministre a mis un préfet, accusé de racisme - devenu « un pauvre homme » aurait dit le ministre de l’intérieur - « à la retraite d’office », le Monde diffuse sur son site internet une cassette vidéo, enregistrée, le 6 septembre, par un journaliste professionnel de Public-Sénat, lors de l’université d’été de l’UMP à Seignosse : le ministre de l’intérieur et des participants mêlent leurs voix dans un dialogue surréaliste autour d’un jeune militant d’origine maghrébine : « lui, il parle arabe…il est catholique, il mange du cochon et il boit de la bière » « Ah mais ça ne va pas du tout, alors, il ne correspond pas du tout au prototype, alors. C’est pas du tout ça », réplique le ministre ; « c’est notre petit arabe » dit une participante et le ministre d’enchaîner sur ce propos « bon, tant mieux. Il en faut toujours un. Quand il y en a un, ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes ». Les explications ....
- A peine remis de l’affaire de Seignosse, et les partis politiques se reposant de leurs universités d’été, l’AFP et le journal le Monde, le 14 septembre reprennent les commentaires de la mission interministérielle de lutte contre les dérives sectaires révélant ...

- Le même jour de « l’affaire des sectes », Eric Besson se met à dos députés et sénateurs de l’UMP critiquant ouvertement « l’ouverture ». Presque sympathique, le « Besson du mois de septembre 2009 » : le ministre ne veut pas expérimenter les tests ADN pour le regroupement familial des immigrés ; les associations applaudissent, Brice Hortefeux approuve tièdement mais Jean-François Copé gonfle les voiles de son ...
- Le 14 septembre, un cadre de Pôle emploi tente de se pendre…Suicides, souffrance au travail, stress, harcèlement, n’entrent plus dans la simple rubrique des faits divers : le mal-vivre, problème de société, devient rapidement un problème politique. Ce 15 septembre, la directrice départementale ...
- L’affaire des infirmières bulgares de juillet 2007 était restée en mémoire : la belle histoire du président sauveur, rapatriant, avec sa seconde épouse, des « otages politiques » avait séduit l’opinion. Nicolas Sarkozy avait obtenu, ce jour là, un brevet d’audace ; Giscard d’Estaing, en son temps, faisait sauter les paras sur Kolwezy pour délivrer, avec une prise de risque autrement calculée, des compatriotes et des expatriés européens. Or le 23 septembre à New-York, le président de la République accorde une interview pour TF1 et France 2 ; parmi les nombreux sujets abordés figure celui de la jeune étudiante française, « assignée à résidence », par le pouvoir iranien, à l’ambassade de France à Téhéran. Nicolas Sarkozy est ferme : pas d’échange, pas de chantage, « la jeune femme est innocente et doit être libérée ». En attendant, ....
Mais les Français se souviennent alors qu’au Mexique, le voyage de mars 2009 du président et de sa troisième épouse n’a pas davantage fait avancer la libération ou même le rapatriement judicaire d’une autre française « otage politique », Florence Cassez ; qu’en Israël, les interventions présidentielles sont demeurées vaines pour faire libérer le franco-palestinien Salah Hamouri. La machine s’enraye. Bernard Kouchner ...
L’Etat est aussi aux prises avec la piraterie maritime ; depuis l’attaque du Ponant et le drame du Tanit, tout nouvel abordage ou prise d’otages devient l’occasion de dire : « mais que fait le gouvernement ? » d’autant que la fragilité du système de défense se révèle lorsque la frégate de l’amirauté française, Nivôse, est ...
- La semaine suivante, le président de la République dérape : le 23 septembre, il parle, à propos de l’affaire Cleastream, des « coupables » concernant les personnes poursuivies ; Dominique de Villepin est ...

Comment mettre les cerveaux en uniforme
(texte complet sur www.vlvp.fr dans Etudes/parlement Elysée/Matignon)
- Le 23 septembre, comme si une information devait en cacher une autre, par ruse de communication politique, Eric Woerth annonce la fiscalisation des indemnités perçues pour accident du travail ; la barque se charge d’autant que le 7 septembre, le gouvernement avertissait d’une hausse inévitable du forfait hospitalier…de quoi ...
Mais au cœur du débat budgétaire qui s’annonce, la priorité est donnée aux deux taxes qui baliseront ce quinquennat.
- Les Français ne comprennent pas bien le débat technique sur la taxation de tonnes de CO2…du CO2 que certains aussi veulent ...
- Autre cerise sur le gâteau, la suppression de la taxe professionnelle que tout le monde, aussi, a vite saisie comme un transfert et qu’il faudra bien payer sous une autre forme et avec d’autres contributeurs si ....
Si le mythe du « président du pouvoir d’achat » s’est envolé bel et bien au cours du dernier trimestre 2009, l’impopularité et la politique du rejet se sont élevées au rang de système de gouvernance. Curieux procédé mais pourquoi pas ? A la recherche de ce qui pourrait provoquer de l’hostilité, du conflit, de la provocation, voici le ministre de l’immigration encouragé et propulsé sur le terrain de l’identité nationale ; le 2 novembre, Eric Besson adresse aux préfets sa ...
Le 10 novembre, l’Elysée se réveille avec une autre « affaire » à déminer d’urgence : l’opinion découvre les propos tenus par le député UMP Eric Raoult au sujet du prix Goncourt 2009, Marie NDiaye ; le maire du Raincy demande dans ...
Il faut parler « écologiquement correct » ; les maîtres à penser à la mode sont Yann Arthus Bertrand, Nicolas Hulot mais surtout le président de la République. A « Copenhague » on se croit revenus en ...
En matière de propagande, le bing bang des masques et vaccins pour protéger de la grippe dite ...

L’ouverture en échec, « raffarinades » et autres caprices
(texte complet sur www.vlvp.fr dans Etudes/parlement Elysée/Matignon)
L’affaire Polanski commence le 26 septembre : l’arrestation, en Suisse du cinéaste, dans le cadre d’un abus physique sur mineure, en 1977, à los Angeles et dont la procédure, selon la législation américaine, n’est toujours pas close et les faits non prescrits provoque une réaction en chaîne de soutiens puis d’accusateurs. L’ordre moral semble même ...Besson…et maintenant Mitterrand ! C’est trop pour l’UMP. ...
Certes, les prises de guerre se sont ralenties depuis un an ; ... Passons sur Lang et Rocard qu’il faut « occuper », sur Attali et Védrine - un moment pressenti pour le poste de commissaire européen à la diplomatie - qu’il faut illusionner ; restent ces radicaux de gauche, éternellement sensibles. L’opération « Corse » ayant échoué avec ...
Les ministres de la diversité profitent-elles de cet espace de fronde et de révolte pour mêler leurs voix au concert de protestation ? Rama Yade profite de l’affaire Polanski et Frédéric Mitterrand pour « lâcher », le 14 octobre, sa phrase sur « la coupure entre les élites et les petits », refuse de se ... Fadela Amara, refuse, le 24 octobre, de faire campagne en Auvergne : « je n’irai pas. » et très sérieusement ajoute « Je reste une femme de gauche » !...La troisième femme de caractère, Nora Berra, va vite faire son apparition médiatique en claquant la porte d’une ...
Côté « offre publique d’achat » sur les personnages historiques ou grands auteurs, il est difficile de se « payer » le CNR ou un Jaurès, Blum, Marc-Bloch, Môquet tous les jours ; la tentative pour faire entrer Camus au Panthéon, lancée le 20 novembre, n’a pas encore réussi. Tout comme le ...
La suppression de la taxe professionnelle aura fait sortir du bois quelques agitateurs de la majorité mais cette hostilité de façade n’avait rien de sérieux : l’exemple, par excellence, est l’attitude de l’ancien Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin qui, entre deux voyages, embarquent vingt-quatre sénateurs pour signer, le 1er novembre, une tribune grandiloquente, annonçant qu’’ils ne voteront pas le dispositif « actuel ». Non évènement ou fausse nouvelle ? ...Le « grand emprunt » a suscité ...c’est le « petit emprunt » qui a triomphé. L’histoire des prochains mois ou des deux prochaines années dira si de Guaino ou du couple Juppé-Rocard aura eu raison
.../
Tout va mal : la rue, un référendum sauvage, les pétitions, la Cour des comptes (texte complet sur www.vlvp.fr dans Etudes/parlement Elysée/Matignon)
Un scoop du 2 octobre, après les bourrasques de septembre, va précipiter les stratèges en communication dans une longue campagne de désinformation jusqu’au retrait ou suspension du projet : l’annonce de rémunérations versées pour des travaux scolaires afin de lutter contre l’absentéisme dans certains établissements d’enseignement. ...
5 octobre 2009 : l’Elysée, Matignon, reçoivent un avertissement populaire ; les ministres ironiseront, les parlementaires UMP dénonceront le comportement idéologique de l’opposition mais quel que soit l’avenir du projet de loi, la menace de privatisation de la Poste déplace plus de deux millions de Français vers des urnes nomades ...
Poitiers, le 10 octobre : la ville en état de siège ou plutôt livrée aux casseurs. Depuis août, la région Poitou-Charentes, si tranquille d’ordinaire, voit débarquer les casseurs : d’abord, ceux ....
La commission des finances du Sénat reçoit un rapport de la Cour des comptes, le 23 octobre, dénonçant le faramineux budget consacré à la présidence française de l’Union européenne au second semestre de l’année 2008 ; et plus encore le sommet de Paris de l’Union pour la Méditerranée. Nous sommes presque revenus à la période « paillettes » du ...
Pour comble de malheur, voici que les parlementaires confondent les touches des machines à voter. Jean-François Lamour (UMP) vote, le 23 octobre, un amendement surtaxant les ....
A la fin du mois d’octobre les agriculteurs sont en colère. Le prix du ...un copié/collé d’un discours précédent, un calque parfait qui, en matière de communication politique, est l’exemple même de la contreperformance
Les pétitions, vieux symbole des colères froides et moins dangereuses pour ... défend l’enseignement de l’histoire et de la géographie., le 29 novembre. « Au risque de vous déplaire, je ne reviendrai sur rien », déclare le ministre Luc Chatel ; Nicolas Sarkozy le soutient mais chez les députés UMP, le bateau tangue même Christian Vanneste appuie les historiens. Les professeurs de mathématique, ceux de physiques entrent à leur tour dans les protestations silencieuses ; le manifeste des sciences humaines et sociales signé par dix présidents d’université, le 6 décembre complète cette semaine de colère.
Le ridicule « lipdub » de l’UMP pour les élections régionales et son ... la baisse du taux de TVA à 5,5 % ...
La loi des séries se poursuit avec début décembre les révélations de l’informateur suisse à l’administration fiscale française concernant les fameux comptes suisses et le miraculeux listing de ...

Mention spéciale :
népotisme et manipulations (texte complet sur www.vlvp.fr dans Etudes/parlement Elysée/Matignon)
La semaine du 8 octobre 2009 est une semaine d’enfer pour tout le monde : la majorité ne sait plus à quel saint se vouer et l’opposition, en réplique obligée, court les plateaux de télévisions et radios : le second fils du président, seulement en deuxième année de droit, à 23 ans, va devenir président du plus puissant et plus riche établissement public d’aménagement, celui de la Défense. Jusqu’au retrait de sa candidature, dans un ...
Un mois plus tard, le premier fils sera, lui aussi la cible des investigations journalistiques à propos de subventions présumées obtenues pour son activité professionnelle ; le Canard Enchaîné révèle aussi que ce fils rappeur a été traduit devant le conseil de discipline de l’Université de Nanterre pour avoir tenté de recopier des notes de cours à l’occasion d’un examen final de première année et le Canard d’ajouter « à eux deux, les frères Sarko cumulent tout de même trois années de droit » !
Alors que l’affaire de l’EPAD fait déjà le tour du monde, ... Une photo de Nicolas Sarkozy, marteau et burin aux mains, effritant le mur de Berlin, que l’Elysée veut faire passer comme un instantané pris le jour même de la ... Lamentable péripétie qui fait songer à ce propos de Ségolène Royal : « Nicolas Sarkozy peut mentir avec une telle mauvaise foi qu’il serait capable de vendre des frigidaires aux esquimaux » !

Et que dire encore …
Le premier semestre 2010 a mal commencé avec ces contrats à l’étranger manqués. Il ne serait pas plaisant d’en voir d’autres s’évaporer ; que deviendront les rafales brésiliens, par exemple ?
Si le président ne disait plus « j’exige », les relations avec les peuples amis ne s’en trouveraient-elles pas plus revigorées ?
Si le président s’égarait un peu du club fermé du Fouquet’s, de ses réseaux peu sociaux, des privilèges octroyés, des nominations politiques de complaisance, ne retrouverait-il pas le sens de la fonction présidentielle, celle d’arbitre et de président de tous, plus que président de quelques-uns ?
Mais les réponses attendues sont peut-être dans la petite phrase de son épouse qui laisse toujours songeur à propos de 2012 : « s’il se représente, c’est son affaire. En tant qu’épouse, comme ça, dans l’intimité, un mandat me suffirait »


Denys Pouillard
Directeur de l’observatoire de la vie politique et parlementaire
Site www.vlvp.fr ou www.vielocale-viepublique.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.