@devellopes
Student
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

1 Éditions

Billet de blog 15 oct. 2021

L'Afrique, prochain paradis des fintechs?

Le secteur des fintechs est l’un des secteurs de start-up les plus activement financés en Afrique totalisant environ 39% du nombre de transactions financées entre janvier et juin 2018.Participant pleinement au développement du continent, ces entreprises sont à suivre de très près.

@devellopes
Student
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Historiquement, la technologie a toujours joué un rôle signifiant dans les marchés financiers mais avec l’arrivée des fintechs, l’on assiste à une révolution sans précédent.

Le terme fintech est né de la fusion entre deux mots: "finance" et "technologie". Selon Alain Clot, président et fondateur de France fintech: "Les fintechs sont des entreprises utilisant des modèles opérationnels, technologiques ou économiques innovants et visant à traiter des problématiques existantes ou émergentes de l’industrie des services financiers".

Le secteur des fintechs a connu une croissance rapide grâce à un environnement technologique en forte évolution, le changement des habitudes des consommateurs et l’impact structurel de la crise financière mondiale sur les sociétés financières traditionnelles. 

« We need bankin but not banks » Bill gates

Le continent africain compte aujourd'hui les hubs de la fintech les plus dynamiques au monde. Leur nombre a considérablement augmenté atteignant plus de 300 à la fin de 2017. On peut distinguer trois types d’écosystèmes de la fintech sur le continent africain:  Le premier groupe rassemblant les fintech de l’Afrique anglophone (Nigeria, Ghana, Afrique du Sud, Kenya) sont des fintech particulièrement à la pointe et  leaders sur le marché africain. Le second groupe, le groupe des fintechs émergentes est composé des fintech nord africaines (Maroc, Tunisie). Enfin, le dernier de ces écosystèmes est composé de fintech considérés comme prometteuses: les fintech de l’Afrique francophone (Sénégal, Côte d’Ivoire).

Le secteur des fintech est l’un des secteurs de start-up les plus activement financés en Afrique totalisant environ 39% du nombre de transactions financées entre janvier et juin 2018. La majorité de ces entreprises mettent l’accent sur les solutions sur les transferts d’argent et les paiements, en ciblant principalement les populations non bancarisées.

Là où 28 % de la population dispose d’un compte bancaire et 413 millions d’individus vivent dans l’extrême pauvreté, les solutions de transfert d’argent et de paiement des opérateurs mobiles ont contribué au développement, créant une véritable inclusion financière à travers le continent africain. En effet, les fintechs prennent le relais là où les banques sont incapables de capter de grandes parts de la population. En plus d’être éloignées ou trop chers, ces banques traditionnelles ont perdus la confiance de la population dans de nombreux pays africains. 

Les fintechs sont la preuves que les nouvelles technologies peuvent produire des solutions efficaces car plus adaptées aux spécifités du continent. Grâce aux nouvelles technologies, certaines villes du continent rivalisent désormais avec les places financières des pays avancés.

Des facteurs à prendre en compte

Les taux de pénétration des smartphones et la forte utilisation d’internet sont des facteurs importants à prendre en compte dans la montée en puissance des fintechs. Le nombre de smartphones ne cesse de croître et devrait atteindre 690 millions d’ici 2025. Cette digitalisation favorise l'essor du e-commerce et l'émergence de plateformes telles que Jumia , Zanso ou encore Bidorbuy.

L'autre aspect à prendre en compte est l'élargissement de la classe moyenne. Comptant 1,2 milliards d’habitants en 2017, le continent africain devrait avoisiner les 2,5 milliards d’habitants en 2050. Cet accroissement de la démographie africaine entraîne immédiatement une augmentation de la classe moyenne. Cette nouvelle classe moyenne, financièrement à l’aise est un facteur essentiel à prendre en compte dans la montée en puissance des fintech.

Enfin, il existe une corrélation claire  entre la croissance du nombre de migrants en provenance d’Afrique et la croissance du volume des envois de fonds internationaux renvoyés sur le continent.   En 2018, l'Afrique subsaharienne était responsable de 45,6 % des activités d'argent mobile dans le monde, pour des transactions estimées à plus de 300 milliards de dollars. En quête d’alternatives aux  opérateurs de transferts d’argents jugés trop couteux, les diasporas africaines se tournent de plus en plus vers les fintechs.

Les limites de l'environnement numérique africain

Malgré l’essor des indicateurs de l’argent mobile dans plusieurs pays africains, le nombre de sociétés Fintech est encore limité. Le principal problème pour les entreprises Fintech est l’adéquation des compétences aux besoins du marché. Il y a un manque évident de compétences techniques et de sophistication commerciale ( intelligence artificielle, blockchain etc...). Ainsi, une  main-d’œuvre nombreuse et bien formée serait nécessaire pour la croissance continue de ces écosystèmes de fintechs. Malheureusement, le niveau du système éducatif reste faible en Afrique. Les gouvernements et les membres des différents écosystèmes Fintech devraient travailler main dans la main pour en faire une priorité. Il est indispensable que les pouvoirs publics comprennent l’importance du développement de parcours scolaires et  la création d’instituts capables d’être un vivier de talents pour les entreprises fintech.

En Côte-d'Ivoire par exemple, l’un des rares exemples d’institution gouvernementale d’accompagnement des starts-up en général est celui de la Fondation Jeunesse Numérique, dans laquelle l’Autorité de Régulation des Télécommunications (ARTCI) est impliquée en tant que partenaire. Il y a également d’autres structures de soutien telles que l’African Start-up Forum et des structures plus petites mais dans l’ensemble, il existe peu de structures de soutien qui aident l’écosystème Fintech à gagner en maturité.

Mis à part cela, les fintechs africaines font face à un problème juridique. En effet, l’introduction de lois plus souples et mieux adaptées, axées sur les nouvelles technologies sont nécessaires à leur développement.  Si l’on prend l’exemple de la Chine, elle a adopté une  politique fiscale permettant une taxe de 15% pour les entreprises fintech au lieu de 25% pour les instituts traditionnels. Au Royaume-Uni, une loi adoptée par le gouvernement britannique obligerait les grandes banques à partager les données de crédit des petites et moyennes entreprises. 

Les entreprises de télécommunications, d’une certaine manière, entravent le développement des entreprises fintechs. Avec une présence significative sur le marché, ces entreprises sont de plus en plus en concurrence avec les banques dans la fourniture de services financiers. En Côte d’Ivoire par exemple, Orange est l’un des acteurs les plus importants de ce marché. Après le succès d’Orange Money, Orange a investi dans l’extension des opérations d’Orange Bank en Côte d’Ivoire entre autres. 

Zoom sur Djamo la fintech ivoirienne

Rompant avec les carcans imposé par les banques traditionnelles, la start-up Djamo se veut être l’application financière de référence en Afrique subsaharienne. Crée par Régis Bamba, jeune entrepreneur passionné d’informatique et l'homme d'affaires Hassan Bourgi, Djamo compte déjà 60 000 utilisateurs. Pratique et rapide, l'application propose une ouverture de compte et un accès à une carte bancaire visa en seulement "deux minutes". De surcroît, la start-up propose une diversité de paiements à ses utilisateurs ( en ligne, en mobile money et à l’international).

Le succès de Djamo repose particulièrement sur son aspect social. Elle se veut proche des populations locales notamment celles issues des milieux défavorisés. Contrairement aux banques classiques, Djamo favorise l’inclusion financière des clients n'étant pas pas forcément à l’aise avec les formalités administratives: « Nous sommes contre la bureaucratie, les formalités administratives, les succursales, les centres de services clients et gestionnaires inefficaces » ont déclaré Régis Bamba et Hassan Bourgi, fondateurs de la boîte.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le nouveau variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
UE : Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod
Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André
Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières