did2019
Prof de maths.
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 avr. 2022

Les "plus belles signatures" de France télévision.

L'émission politique "Elysée 2022" démarre toujours selon le même rituel. L'omniprésente Léa Salamé vante les qualités de son équipe : de grandes figures du journalisme, de grandes plumes, les plus belles signatures de France télévision. En toute modestie. Une belle tripotée de bras cassés en vérité . Mieux vaut en rire...

did2019
Prof de maths.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le niveau moyen des politiques a incontestablement baissé ces dernières décennies. Mais alors que dire de celui des journalistes? Selon Léa Salamé, chacun de ses coéquipiers de l'émission "Elysée 2022" possède son domaine d'expertise : politique, social, géopolitique, économie... Mais lorsqu'on observe la réalité de leurs interventions successives, d'une nullité affligeante, on est en droit de se demander : mais dans quel école de journalisme sont-ils allés pêcher des tocards pareils?

Petit tour d'horizon :

Léa Salamé, la cheftaine :

Ce jeudi 31 mars, elle nous éblouissait une nouvelle fois par la pertinence de ses questions, posées à Jean-Luc Mélenchon  : "Que dirait François Mitterrand sur cette campagne, qu'elle n'est pas très intéressante ou qu'elle est passionnante?" , "Reconnaissez-vous une erreur que vous avez faite pendant cette campagne?" , "Hormis vous, qui a fait la meilleure campagne?", "Si vous deviez emporter seulement deux livres à l'Elysée, lesquels choisiriez-vous?", "Un président sans permis de conduire peut-il conduire le pays?"

Laurent Guimier, le second, le faire-valoir de la cheftaine :

Son regard vitreux respire l'intelligence... Passons. Le pauvre, pardonnons-lui, il ne sait pas ce qu'il fait. Il n'a qu'un rôle de faire-valoir mais il devrait se méfier, de nombreuses "plumes" (Francis Letellier, Thomas Sotto etc) ont toutes les "qualités" requises pour le remplacer.

Patrick Cohen, l'éboueur du net :

Son métier n'est pas très compliqué. Il écume le net, exhume de vieilles citations tronquées et hors contexte, puis les compare à des déclarations plus récentes, tout aussi tronquées et hors contexte, et qui n'ont aucun rapport. Son but : déstabiliser l'invité en créant des contradictions factices. Semer le doute et intenter un procès en fascisme rampant sont ses petits plaisirs à lui. Bien sûr, si l'invité est de son bord idéologique, le traitement est différent : crème, pommade et miel...

Dominique Seux, le cancre qui se croyait malin :

Voir : l'insubmersible Dominique Seux.

Nathalie Saint Cricq, la cougar de la politique :

Elle a roulé sa bosse. On ne la lui fait pas. Toujours prête à traquer la politique politicienne dans la moindre déclaration et à psychologiser les débats, c'est une enfonceuse de portes ouvertes née. Encore qu'au café du commerce les idées se tiennent à peu près...

Anne-Sophie Lapix, Julian Bugier,  présentateurs de Radio Macron :

Alors oui, sans prompteur c'est plus difficile. Incapables de suivre un raisonnement de plus de trente secondes, ils se raccrochent le plus souvent à quelques prêts à penser qu'ils ont l'habitude d'ânonner. Un bon exemple qui fait sérieux mais qui est très bête : "Mais comment allez-vous rembourser la dette?"

Maryse Burgot, le grand reporter de l'Otan.

"Depuis trente ans elle est sur tous les fronts" disent-ils. Pas au Yémen, bien sûr, trop loin le Yémen. De 2014 à 2021, lorsque le gouvernement ukrainien bombardait la région russophile du Donbass, elle avait piscine. Mais aujourd'hui, le devoir d'informer (toujours dans le même sens) oblige notre globe-trotter à multiplier les allers-retours Paris-Ukraine. Sa véritable mission : aller chercher partout dans le monde la confirmation de sa vision simpliste du monde, à savoir "nous sommes les gentils, eux sont les méchants". Le tout enrobé de mises en scène plus ridicules les unes que les autres. De la géopolitique niveau CP.

Bon j'arrête là... C'est trop facile et je ne voudrais pas sombrer dans la méchanceté gratuite même si je paie une redevance pour cette mascarade.

En conclusion, ne regardons plus ces émissions politiques pour ce qu'elles prétendent être. Soyons un peu goguenards et regardons les pour ce qu'elles sont : des émissions comiques. Soyons à l'affût et délectons nous de la prochaine boulette de nos "grandes figures du journalisme". Même lorsqu'une des "belles signatures" vous aura fait entrevoir le fond de la piscine, vous serez encore surpris par la capacité de ses camarades à la surclasser un peu plus tard dans l'émission. 

De bonnes tranches de rigolade, si on a rien de mieux à faire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal — Migrations
Tragédie aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay