did2019

Prof de maths.

Sa biographie
Antimacroniste primaire depuis le berceau. Avec l'âge, cette aversion irrationnelle ne semble devoir s'apaiser qu'au prix de quelques billets...de blog.
Son blog
16 abonnés Le blog de did
Voir tous
  • Géopolitique à la truelle.

    Par
    truelle
    Cherchez l'intrus : Maduro est un dictateur qui ruine les vénézuéliens, Bachar el-Assad est un monstre qui gaze sa population, l'OTAN a empêché un génocide au Kosovo, Saddam Hussein construisait des armes de destruction massive, la Russie a annexé la Crimée.
  • Pourquoi la crise mondiale se fait attendre.

    Par
    krach
    Toujours rien. Pourtant les signaux s'accumulent et deviennent visibles même pour le profane, qui sait pertinemment par exemple que prêter à taux négatifs est aberrant. Alors comment le système tient-il? Uniquement grâce aux banques centrales qui maintiennent le couvercle et entretiennent l'illusion, au risque de provoquer un cataclysme qui sera d'autant plus grand qu'il se sera fait attendre.
  • Idées reçues sur la dette publique.

    Par
    index
    Depuis 15 ans, la dette publique hante les débats. Son pouvoir culpabilisateur est un prétexte à toutes les régressions sociales. Cette focalisation n'a pourtant pas lieu d'être, car la dette publique est l'arbre qui cache la forêt. Une forêt de dettes privées plus ou moins toxiques, jamais sous les projecteurs, alors même qu'elles sont responsables de toutes les grandes crises économiques.
  • Les médias, courroie de transmission d'un pouvoir aux abois.

    Par
    fullsizerender-4270005
    On attribue souvent la médiocrité de l'information déversée par les chaines infos (et par l'audiovisuel public qui n'a plus rien à leur envier) à la bêtise des journalistes ou à l'audimat, qui les pousse à privilégier l'émotion à la réflexion. Pas faux. Mais il ne faudrait pas les dédouaner trop facilement de leurs choix éditoriaux, des "choix" éminemment politiques qui façonnent les consciences.
  • La réforme du lycée, le coup de grâce pour les mathématiques.

    Par
    maths
    Les ravages de la réforme du collège ne sont pas digérés que celle du lycée frappe déjà à la porte des classes. Lycée-supermarché, concurrence entre matières, inégalités entre établissements, sciences dévalorisées, cette réforme ornée d'intentions merveilleuses est un summum de cynisme. Et de stupidité car l'éradication des élites scientifiques au profit d'exécutants n'est pas un pari raisonnable.