Du malaise d'applaudir les soignants.

Tous les soirs à 20h, des applaudissements célèbrent le dévouement de nos soignants, dans une sorte de liesse collective digne des grands soirs de coupe du monde. Et pourtant...

Et pourtant je ressens un profond malaise pour des raisons que j'essaie d'analyser dans ce court billet.

D'abord la scénographie de ce rituel nous a été soufflée par ce gouvernement de clowns communicants, dont le seul souci est de limiter le nombre de procès à venir (ou les aspirations légitimes au lynchage). D'où le recours à la classique "unité nationale" pour désarmer notre rage, en premier lieu celle des soignants. C'est ce gouvernement qui a mis en scène les "héros en blouse blanche", héros qu'il gazait et tabassait pourtant sans vergogne dans la rue il y a peine trois mois.

Ensuite ce rituel et son analyse médiatique (soufflée par les mêmes clowns),  risquent de dissimuler l'essentiel. Certes les soignants sont admirables d'abnégation, certes ils font le maximum. Mais non, ils ne font pas l'impossible. Malgré toute la bonne volonté, ils n'y arrivent pas : ni à accueillir tous les malades, ni à se protéger eux-mêmes. Tout simplement parce qu'ils n'en ont pas -plus- les moyens. En France en 2020 nous trions les malades, c'est cette vérité honteuse (1) qu'il ne faudra pas oublier. Les hôpitaux sont débordés mais il y a pire : nous renvoyons chez eux de nombreux malades et certains d'entre eux y meurent,  nous interdisons l'accès aux soins à la majorité des contaminés des Ehpad. Non seulement des malades ne sont pas soignés mais il semblerait que nos clowns aient voulu sciemment les rendre invisibles...

Enfin, parmi tous ceux qui applaudissent le soir à 20h (2), combien ont applaudi depuis 30 ans le discours moralisateur sur la dette publique? Combien ont applaudi la démolition des services publiques?  Combien ont applaudi le désarmement de l'Etat? Combien d'entre eux comprennent enfin que la politique "raisonnable" instillée jour après jour (privatisations, austérité, cadeaux fiscaux aux plus riches, banque centrale indépendante etc..) n'est "raisonnable" que du point de vue des puissants, mais complètement insensée du point de vue de l'intérêt général? Combien vont à nouveau retourner leur veste une fois l'accalmie survenue et le nouveau lavage de cerveaux qui ira avec? Et pour résumer ce billet : combien parmi ceux qui applaudissent le soir à 20h ont applaudi l'élection de Macron?

(1) En plus de toutes les autres : pénurie de masques (masques présentés comme inutiles et dangereux hier et obligatoires demain), pénurie de tests (présentés aussi comme inutiles donc), de blouses (remplacées par des sacs poubelle) et de lits bien sûr, qu'on supprime méthodiquement depuis 30 ans.

(2) Il serait peut-être plus judicieux de se retrouver sur nos balcons à 20h pour siffler ces clowns. 

etviueswoaab6fq

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.