Le rapport « Avenir AP-HM », sur l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille

Les principaux atouts de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille sont le Pôle Maladies infectieuses de l’AP-HM et l’IHU Méditerranée Infection. Cela a été récemment diagnostiqué à 360 (diagnostic internet et externe) par un cabinet d’audit indépendant, qui a publié un rapport « Avenir AP-HM ».

L’IHU Méditerranée, un point fort

L’AP-HM a commandé un rapport dont l’objectif est d’établir un diagnostic des forces et des faiblesses d’un des CHU les plus importants de France. En effet, l’AP-HM est en effet classé 3è des CHU de France.

L’un des principaux atouts de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille est l’ IHU Méditerranée Infection. En effet, son ouverture fin 2016 est perçue comme l’une des trois réussites opérationnelles majeures de la décennie passée pour le CHU. Les deux points forts les plus mentionnés parmi les principaux champs d’intervention de l’Institut Méditerranée Infection sont la recherche et le soin.

Le soin à l’IHU Méditerranée

Dans le rapport, on rappelle que le Pôle Maladies Infectieuses de Marseille (qui est rattaché à l’IHU) possède le plus haut taux d’occupation des lits (96%), au même niveau que le pôle Gériatrie. Le taux de consultations effectuées par Personnel Médical est aussi supérieur à la moyenne du CHU dans sa globalité. La spécialité « Maladies Infectieuses » est croissante en matière de parts de marché.

La recherche

Le rapport commandé par l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille revient plusieurs fois sur le fait que sa production scientifique est « largement portée par l’IHU ». L’AP-HM fait effectivement parti des mauvais élèves, au niveau national, en matière de production scientifique par chercheur. (Le CHU se situe 23è sur 29 établissements comptés). Cela correspond à une privation de gain de 8 millions d’euros annuellement.

Le Pôle Maladies Infectieuses est le seul à relever la barre. En effet, ce pôle produit 20% des points SIGAPS du CHU, bien qu’il ne possède que 3% des chercheurs. Les points SIGPAS sont par la suite exploités pour calculer la dotation MERRI de l’AP-HM. Cette dotation a pour but de financer les actions de recherche du CHU. Ces éléments s’unissent aux conclusions d’un rapport soumis dans le cadre du Projet de Loi de Finances, au sein duquel l’IHU Méditerranée arrive premier des 6 IHU nationaux en matière de points SIGAPS.

Les mentions de l’IHU Méditerranée dans le rapport

Voici différentes citations du rapport « Avenir AP-HM » : réussir la modernisation de l’AP-HM.

Dans l’introduction du rapport

« De nombreux atouts sur lesquels capitaliser :

               Le 3ème CHU de France, avec des pôles d’excellence clinique et de recherche au niveau national & international (p.ex. pneumo., oncologie, infectieux, neurosciences)

               D’importantes réussites opérationnelles sur les 10 dernières années avec l’ouverture de nouveaux bâtiments (p.ex., Timone 2, Etoile, IHU) et le déploiement de nouvelles techniques (p.ex., outil « eye tracker » pour les patients en réanimation) »

« Excellence clinique et en recherche : Excellence en infectiologie (IHU) »             

« Des réussites de projets sur les 10 dernières années : Des projets d’envergure menés à bien à l’AP-HM. IHU ▪ Un bâtiment de 27 000m² ▪ Des laboratoires de recherche performants (valeur d’achat des équipements de 35 M€) ▪ 39 demandes de brevets issues de l’IHU depuis 2012 »

 

Concernant les soins

Le taux d’occupation des lits est représenté dans le rapport par ce classement par spécialité :

Soin, taux d'occupation des lits © Didier Raoult Soin, taux d'occupation des lits © Didier Raoult

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Nombre de consultations publiques rapporté au nombre de PM par pôle (hors internes - étudiants) :

Les pôles de médecine © Didier Raoult Les pôles de médecine © Didier Raoult

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« En médecine, les spécialités représentant le plus fort potentiel de croissance de revenus sont la radiothérapie (+52M€ T2A à horizon 2025), la cardiologie (+38M€), les maladies infectieuses (+13M€), l’orthopédie (MPR avec + 3,6M€ T2A) et l’hématologie (+3M€) »

Spécialités © Pr Didier Raoult Spécialités © Pr Didier Raoult

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Concernant la recherche

« Indicateurs clés de la recherche :

               Productivité : La production scientifique à l’AP-HM est largement portée par l’IHU qui réalise   4887 points SIGAPS en 2017, soit 20% du score AP-HM 2017 pour seulement 3% des chercheurs du CHU

               Qualité : Une forte hétérogénéité de la qualité de la recherche, qui bénéficie cependant de la production de chercheurs de renommée mondiale (p.ex., chercheurs de l’IHU) »

« Une activité de recherche très importante - Grâce à des atouts majeurs et des structures de rang mondial. IHU : Un bâtiment de 25 000 m2 regroupant le soin, la recherche, la surveillance et l’information sur les maladies infectieuses ▪ Des laboratoires de recherche performants (valeur d’achat des équipements de 35 M€) ▪ 15% des publications de l’AP-HM ▪ 39 demandes de brevets depuis 2012 »

 « Le bon classement de l’AP-HM cache par ailleurs une situation contrastée au niveau des pôles

               La production scientifique à l’AP-HM est largement portée par l’IHU qui réalise 4887 points SIGAPS en 2017, soit 20% du score AP-HM 2017 pour seulement 3% des chercheurs du CHU

               En terme de volume, le pôle Maladies Infectieuses est suivi par deux pôles qui totalisent ~2500 points chacun – Biologie – Cardio-Vasculaire-Thoracique

               En termes de productivité, le pôle Maladies Infectieuses (IHU) est largement en tête avec 76 points par chercheur de l’IHU, suivent les pôles – Santé Publique (29 points par chercheur) – Cardio-Vasculaire-Thoracique (21 points par chercheur) – Neurosciences cliniques (20 points    par chercheur) »

Score SIGAPS par pôle en fonction du nombre de chercheurs :

SIGAPS par pôle © Professeur Didier Raoult SIGAPS par pôle © Professeur Didier Raoult

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.