Dimitri Courant
Doctorant en science politique (Université de Lausanne & Université Paris 8)
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 janv. 2019

Assemblées citoyennes tirées au sort : renouveau démocratique ou artifice illusoire?

Des gilets jaunes et intellectuels critiques proposent des assemblées citoyennes pour faire advenir une démocratie réelle. Le gouvernement va mettre en place de telles assemblées dans le cadre du Grand Débat. Paradoxe? En réalité, les expériences internationales révèlent que ces panels délibératifs présentent à la fois des promesses de renouveau démocratique mais aussi des limites à considérer.

Dimitri Courant
Doctorant en science politique (Université de Lausanne & Université Paris 8)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'assemblée citoyenne irlandaise - novembre 2016 © Dimitri Courant

 Suite à l’émergence spectaculaire des Gilets Jaunes, de nombreuses voix se sont élevées pour réclamer une revitalisation de la démocratie par la mise en place d’une assemblée citoyenne tirée au sort. Le Gouvernement a annoncé l’organisation d’un Grand Débat incluant de telles assemblées, une par région. Mais pour quelle finalité ? Étouffer la colère populaire avec un simulacre de concertation dont les conclusions finiront au fond d’un placard ? Ou initier un changement politique de grande ampleur pour mettre enfin le citoyen au cœur de la démocratie ?

Les exemples étrangers, notamment l’Irlande, sont souvent évoqués en tant que réussites dont il faudrait s’inspirer. Ces innovations démocratiques sont en effet très prometteuses, mais le diable est dans les détails. Au-delà de la demande relativement consensuelle d’une démocratie plus participative, il faut examiner précisément la pratique concrète de ces assemblées citoyennes récentes pour en cerner les forces et les limites. Ces forums, ou « minipublics », sont la preuve irréfutable que les citoyens « ordinaires » peuvent délibérer efficacement sur des enjeux complexes ; à condition que ces dispositifs bénéficient de temps, de moyens et d’une méthodologie adéquate.

Ainsi, en Irlande, pays profondément catholique, deux assemblées ont successivement recommandé la légalisation du mariage pour tous et de l’avortement, approuvées par référendum en 2015 et en 2018. Il est intéressant de noter qu’en France, ces deux enjeux sociétaux sont systématiquement avancés par les adversaires du RIC, selon lesquels des référendums se traduiraient par une offensive contre les droits des femmes et des homosexuels. L’exemple irlandais démontre le contraire ; n’en déplaise à ceux qui ne voient que les dangers à laisser un peuple dit « populiste » et qualifié de « stupide » se prononcer sur des enjeux politiques importants. De même, il convient de rappeler à ceux agitant le spectre du retour de la peine de mort en cas d’instauration du RIC, que celle-ci a été abolie en Suisse lors de l’instauration du nouveau code pénal approuvé par référendum en 1938, soit 43 ans avant l’abolition en France, et n’a jamais été rétablie depuis malgré les mécanismes de démocratie directe helvétique.

La plus récente expérience de démocratie délibérative irlandaise a vu 99 citoyens tirés au sort se réunir un weekend par mois pendant un an et demi afin d’entendre des experts, des associations, et traiter 5 thèmes : l’avortement, le vieillissement de la population, le réchauffement climatique, les référendums et les élections parlementaires. Pour avoir observé personnellement l’intégralité du processus dans le cadre de mes recherches, j’ai été marqué par l’efficacité de l’organisation et par la finesse des délibérations des tirés au sort.

Cependant, si les assemblées citoyennes irlandaises ont permis d’importantes évolutions, des limites demeurent. La question majeure de la crise économique fut écartée des débats par les professionnels de la politique et une partie des recommandations des forums resta lettre morte. Aux Pays-Bas, la proposition de réforme électorale issue d’une assemblée tirée au sort ne fut même pas débattue par le Parlement, cependant au Canada elle fut soumise à référendum. Toutefois, les partis politiques canadiens torpillèrent la campagne référendaire et fixèrent un seuil de 60% pour que la réforme soit approuvée, entrainant l’échec de la proposition. Quant à l’Islande, sa nouvelle Constitution issue d’assemblées citoyennes et approuvée par référendum reste depuis des années bloquée par un Parlement soucieux d’empêcher le changement. A l’issue de ce panorama, on constate que ces minipublics, bien qu’ayant élaboré des propositions progressistes de grande qualité, ont été limités par des élus plus enclins à donner l’apparence de l’inclusion qu’à remettre véritablement en cause leur monopole décisionnel.

Comme Occupy, les Indignés ou Nuit Debout avant eux, les Gilets Jaunes expriment la profonde aspiration internationale et durable pour une démocratie réelle, c’est-à-dire « le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple » pour reprendre le mot de Lincoln. Il est effectivement nécessaire de refondre le système politique légué par les révolutions du XVIIIe siècle, qui ne visaient pas l’instauration d’une démocratie mais d’une aristocratie élective. A cette fin, les assemblées citoyennes tirées au sort sont de formidables outils pour permettre aux citoyens de délibérer entre eux et de réaliser à quel point ils sont compétents, mais il est essentiel que les institutions publiques investissent ces forums d’un réel pouvoir, faute de quoi elles deviendront des artifices vides de sens et renforceront encore la défiance qu’elles étaient censées combattre.

Dimitri Courant est doctorant en science politique à l’Université de Lausanne et à l’Université Paris 8

http://www.cresppa.cnrs.fr/csu/equipe/les-membres-du-csu/courant-dimitri/

https://unil.academia.edu/DimitriCourant

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé