Guyane : Monsieur Macron, un moteur s’il vous plaît !

De moins en moins de moyens pour lutter contre l'orpaillage illégal !

Guyaweb est un pure player dont Frédéric Farine est une des meilleures plumes. Ce site d’info tranche avec France Guyane, la feuille de chou de l’exilé fiscal Philippe Hersant et de Guyane « Dernière », la honte du sévisse public. Deux médias incontournables, toujours du côté du manche (quelle que soit la couleur du manche) et joyeusement menés par une bande d’amateurs orgueilleux et inefficaces. Par exemple, ces journaleux n’hésitent pas à donner la parole à des repris de justice (Léon Bertrand et d’autres) ou à des ados attardés (500 frères ou grands frères on ne sait plus) histoire d’essayer de faire le buzz. Raté, tout le monde s’en fout, de l’Oyapock au Maroni en passant par Cayenne, ville sinistre abandonnée par une mairesse accusée de détournement de fonds publics. Mais je m’égare. Reprenons. Que nous apprend Guyaweb  et son journaliste ?

La gendarmerie de Régina n’a plus d’autonomie pour patrouiller sur le fleuve, pour lutter contre l’orpaillage illégal, faute de… moteur !

« Le commandant de la gendarmerie en Guyane confirme les faits et précise que les priorités ont été réorientées. Explications. “On voit passer tous les soirs les pirogues, très certainement liées à l’orpaillage, mais on n’a plus les moyens d’aller patrouiller sur le fleuve ni d’y intervenir. On ne peut plus naviguer puisqu’on n’a plus de moteur. On espère que c’est temporaire”, confie, un brin désabusé, ce gendarme de la brigade de Régina croisé cette semaine. “On en est réduit à faire des statistiques et des procédures administratives suite aux contrôles routiers effectués par les gendarmes mobiles au niveau du pont de l’Approuague [...]Ce qu’il se passe en forêt importe moins. On n’y fait pas de vagues”, poursuit la même source. Joint ce mercredi, le général Patrick Valentini, commandant de la gendarmerie en Guyane, à sa manière, ne dit pas autre chose : “Je confirme (que la brigade de Régina n’a plus le moindre moteur pour pirogue, et c’est le cas depuis un certain temps. Le rôle de la brigade de Régina n’est pas de faire de la lutte contre l’orpaillage. Il y a des détachements, c’est la brigade nautique qui s’y déplace [de Cayenne, ndlr] avec son bateau... »

En parlant de moteur, je vais vous en sortir une bien bonne : un jour, Sarkozy est venu en Guyane. Il a fait cadeau d’un moteur [hors bord] au maire de Camopi. Et le maire l’a refilé… aux garimpeiros !

Bon, il paraît que le président Macron vient à la fin du mois en Guyane. Qu’il fasse gaffe si d’aventure lui vient l’idée d’offrir un moteur !

Non, trève de plaisanterie : qu’il donne enfin aux gendarmes guyanais les moyens d’agir !

 

Avec les infos de : Guyaweb ( & l’équipe  @GuyaneActu, @WeKnow973 )

 

Garimpeiros : orpailleurs clandestins, généralement brésiliens. Garimpo est un cours d’eau. Les garimpeiros, en utilisant du mercure, détruisent la forêt et surtout les Amérindiens habitant cette forêt.

L’Oyapock ou Oiapoque est le fleuve frontière entre la Guyane et le Brésil.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.