Djalila Dechache
Auteure, chercheure sur l 'Emir Abdelkader l 'Algérien et le théâtre arabe.
Abonné·e de Mediapart

54 Billets

2 Éditions

Billet de blog 6 oct. 2021

Célimène, Création, conte de fée pour fille d’immigrante

La morale de ce conte dit que : « les exilés ne cheminent pas dans la vie en ligne droite, comme les serpents ils cheminent en zig-zag, en détours. Il leur faut souvent muer pour regarder l‘avenir et abandonner leur ancienne peau comme Liya ».

Djalila Dechache
Auteure, chercheure sur l 'Emir Abdelkader l 'Algérien et le théâtre arabe.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Célimène, conte de fée pour fille d’immigranteCréation, mise en scène de Philip Boulay, texte d’Edwige Danticat, avec Albertine M.Itela, Le LOCAL Théâtre / Paroles en actes, 18 rue de l ‘Orillon Paris 11 ème, www.le-local.net, téléphone 0146361189, du 1er au 18 octobre 2021, durée 1h, spectacle tout public et jeune public en famille ou en groupe (enfants dès 9 ans).

C’est par un conte que la saison théâtrale de la Wor(l)ds…Cie de Philip Boulay reprend le chemin du spectacle vivant. Un conte enchanteur où la dure réalité vient cogner, comme l’est son titre, venu d’Haïti par l’auteure américano-haïtienne Edwige Danticat.

Ce conte débute avec des éléments de la propre histoire de l'auteure en utilisant le storytelling : « Je crois être devenue écrivaine parce qu'on m'a raconté des histoires. D'abord ma mère Rose, qui avait quitté le pays natal, Haïti, pour les États-Unis quand j'avais quatre ans. Elle m'avait confiée à un oncle et à sa femme. La mère de cette dernière, Grannè Mélina, quand elle ne racontait pas des histoires, elle était toujours triste et malheureuse. Une fois à l'école en Haïti, j'ai appris en lisant que des inconnus pouvaient me raconter des histoires. Plus tard, à l'âge de douze ans, quand je suis allée retrouver mes parents aux États-Unis, j'ai appris que je pouvais, en écrivant, raconter moi-même des histoires. J'écris aujourd'hui pour cette jeune immigrante que j'étais à douze ans, cette fille qui se cherchait dans les livres. J'écris pour mes fille Mira et Leila, qui seraient considérées comme des immigrantes dans mon pays natal si elles devraient un jour choisir d'y vivre. Ce conte s'inspire d'une vieille chanson folklorique haïtienne qui raconte l'histoire d'une jeune et belle paysanne du nom de Célimène…».   

 L’Histoire

« Célimène, orpheline, vit avec son frère cadet Mo. Ils ont vu leurs parents mourir, ensevelis sous un glissement de terrain. Fille de paysans, elle connaît tous les secrets des rivières, des plantes et des animaux. La vie suit son cours jusqu'à ce que survienne Zaken, chef de village voisin qui la demande en mariage. Elle quitte alors son village natal pour suivre son prétendant. Célimène vit là-bas de multiples aventures, et aussi quelques surprises. Par ailleurs, Zaken entretient une relation mystérieuse avec Liya, un anaconda femelle ». Cet animal lui a été offert par son   " hougan ", son  conseiller spirituel  lors de son treizième anniversaire suite au rite de passage de l‘âge adolescent à l‘âge adulte. Il lui prédit que Liya en grandissant développera des qualités humaines. Et c’est ce qui arrivera…

Le mariage entre Célimène et Zaken, se fait dans la fête et la liesse, il durera comme il se doit trois jours et trois nuits.

Avant d’entrer dans leur logis, ils font sept fois le tour de leur maison soit un tour par jour de la semaine puis ensemble, ils allument leur premier feu au centre du cercle. Cet acte partagé du feu allumé ensemble scelle leur union, plus puissant qu‘un contrat de mariage, plus concret qu'une signature.

Peu à peu Célimène fait la différence entre la solitude pendant que son mari part travailler et la fête que lui font les aînés lorsqu'elle est invitée dans la famille de son mari. Elle ressent alors ce que signifie la séparation d’avec la maison de son enfance, devient nostalgique… Pour survivre, elle apprend à se battre et se construit un espoir. Elle découvre ainsi ce qu'est l'exil : changer de pays, changer de peau non pour autant disparaître mais plutôt continuer.

La morale de ce conte dit que : « les exilés ne cheminent pas dans la vie en ligne droite, comme les serpents ils cheminent en zig-zag, en détours. Il leur faut souvent muer pour regarder l‘avenir et abandonner leur ancienne peau comme Liya ».

Les ingrédients du conte sont réunis afin de faire rêver les enfants et écarquiller leurs yeux mais aussi pour les adultes qui peuvent y voir des éléments de ce que fut le monde à sa naissance, au temps où hommes et animaux vivaient ensemble en paix.

Ce travail de collecte auprès de sa famille, grand-mère et tante a-t-elle dit et de restitution effectué par Edwige Danticat est utile à l‘ensemble du corpus des contes de l‘humanité afin de ne pas oublier et de se remémorer.

 La mise en scène et Albertine M.Itela

 Avec sa mise en scène épurée, savamment construite, tellement efficace avec de petites choses si importantes : un rapport scène-salle fonctionnant à merveille pour le conte, de petites lumières formant un cercle au sol, une bougie au centre, d’autres lumières accrochées au plafond, un tabouret et la comédienne convaincante, à la voix bien posée, diction parfaite, au visage lisse et juste, évolue par petites touches au gré de souples fondus-enchainés. Elle chante et danse aussi.

Le son également est a signaler autant pour le bruitage que pour la musique où l’on semble reconnaître le si beau Saudade de Césaria Evoria qui bien que native du Cap-Vert trouve résonnance pour la terre d’Haïti et bien plus encore.

On imagine volontiers une nature luxuriante abondante, le bruissement des hautes herbes, des fruits à portée de mains, un Eden perdu comme l‘enfance, comme l‘insouciance, un monde de croyances qui font du bien où chacun avait une place…

Pour connaître Haïti on peut s’y rendre bien sûr mais on peut aussi assister à une représentation de ce beau spectacle tout en finesse et subtilité proposé par Philip Boulay et Albertine. Et l‘on apprend beaucoup. On ressent un enchantement en sortant du théâtre.

Edwidge Danticat • Office for Global Education • Purchase College

purchase.edu

Ils nous font découvrir une merveilleuse auteure d’une richesse magnifique qui écrit aussi pour la jeunesse.

Une grande dame de la littérature qui a été couronnée notamment par pas moins de quinze distinctions, autant de prix dont le Neustadten 2018 pour l‘ensemble de son oeuvre, ce prix équivaut au Nobel de la littérature aux USA.

 Son œuvre est traversée par le thème de l’exil et de la migration, les mythes et les croyances. De ce fait, elle réussit à faire bouger les lignes de connaissance de son pays.

 Toni Morrison la considérait comme une grande auteure contemporaine. Ses livres sont traduits en français et édités chez Grasset.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat·e à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : l’ancien ministre Jean-Vincent Placé visé par une plainte
Selon les informations de Mediapart et de l’AFP, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la plainte pour harcèlement sexuel d’une ancienne collaboratrice. D’après notre enquête, plusieurs femmes ont souffert du comportement de l’ancien sénateur écolo, devenu secrétaire d’État sous François Hollande.
par Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel