Djalila Dechache
Auteure, chercheure sur l 'Emir Abdelkader l 'Algérien et le théâtre arabe.
Abonné·e de Mediapart

87 Billets

2 Éditions

Billet de blog 9 juin 2022

Djalila Dechache
Auteure, chercheure sur l 'Emir Abdelkader l 'Algérien et le théâtre arabe.
Abonné·e de Mediapart

S’enfouir, Création, Pop Fiction, texte et mise en scène Aline César

Dès l‘entrée dans la salle du théâtre, on ressent une ambiance particulière tout d‘abord par la scénographie, feuillue comme une forêt, herbes hautes, talus, le long d’une route infinie.

Djalila Dechache
Auteure, chercheure sur l 'Emir Abdelkader l 'Algérien et le théâtre arabe.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

S’enfouir, Création, Pop Fiction, texte et mise en scène Aline César, Compagnie Asphalte avec Véronique Sacri et Yan Péchin, scénographie Johnny Le Bigot, tous publics 1 h environ. Sortie de résidence de création à Plaisir (78) .

Dès l‘entrée dans la salle du théâtre, on ressent une ambiance particulière tout d‘abord par la scénographie, feuillue comme une forêt, herbes hautes, talus, le long d’une route infinie.

Dès que les lumières s‘éteignent dans la salle, sur scène on entend et on voit à jardin, un musicien, sa musique d’une guitare électrique, rauque, sons qui souffrent et sons qui pleurent, sons créés, sons connus, chansons, poèmes …

©Benoîte Fanton

Une femme parle, danse, ce sont ses cheveux  qui dansent et emplissent la scène, puis sa voix, posée : elle joue sur les mots : S’enfouir, s ‘enfuir il n‘y a qu‘un pas, non une petite lettre en plus ou en moins dans ce monde de la nuit où la danse exprime la détresse, le mal-être, le mal-vivre…

Une femme s’en va, rejoint une autre femme dans une boite de nuit. Puis elle s ‘en va encore. S’enfuir.

La femme s‘enfouit dans les herbes, s’y love, dans les bois, s’enfuit, des souvenirs la happe, tout y passe depuis qu‘elle a sept ans, allitération de mots en f,  elle s’enfonce dans le bois dense et feuillu aux bras tentaculaires, elle sourit, jusqu‘à l‘adolescence, après elle ne sourit plus, après c’est la douleur : « s‘enfuir dit-elle ! », passage de route, la nuit surtout, la peau respire la mer, la peau respire la danse, et la musique erre, appuie là où ca fait mal,  extirpe le cœur dans la nuit noire comme les chamanes, des animaux de la  nuit sur le bas côté, témoins ébahis eux aussi de l’errance …

Fiction dans l‘auto, fiction en auto…une route, la route aux mille taches, aux mille effets, successions de voiles qui se déchirent. Ce voyage scolaire en Italie, à 15 ans, tu te souviens ? 

« Le désir est un miroir »  le désir fonctionne, le désir avance et moi j‘avance dans une forêt aveugle... « Le désir est une épiphanie … » aimer une femme, «  entre la route et la lande je l‘embrasse … » elle rit un peu gênée, un peu boostée….Qui suis-je ? je suis la terre brûlée, je suis la Kahina la combattante, j’avance droit face aux regards sales…

La femme se lance dans une danse folle avec ses cheveux épars qui dansent aussi …  elle a besoin de libérer les forces nocives, les regards nocifs qui la jugent… qui l‘éloignent de son amour…

Aline César a écrit et mis en scène son texte en créant d’abord une atmosphère onirique entre chien et loup, entre rêve et réalité. Elle nous a embarqué, on s‘est laissé faire. C’est un spectacle qui pourrait se jouer sans fin véritable, un « road trip » urbain, le temps d’une nuit interminable, elle a crée un nouveau style, une nouvelle forme inconnue et sublime une « pop fiction », inspirée du cinéma peut-être, de la musique telle un personnage à part entière qui donne sa partition au texte, écrit au millimètre, en filigrane, en ellipse parfois.

Et puis des références Marguerite Duras, en cadeau la voix de Marguerite Yourcenar et d’autres encore.

C’est le récit musical du trou noir de la galaxie. Inquiétant, inconnu, ténébreux...Celui d’un coming-out.

Grand vertige, grande efficacité. Grand silence long à la fin de la représentation, c’est tout dire.

N.B  : Prochaines dates de représentations à Paris en octobre 2022, sur compagnieasphalte.com

 et

Aline César vient de sortir un livre passionnant autour de l’œuvre de la dramaturge anglaise du XVIIème siècle Aphra Behn intitulée Aphra Behn-Punk and Poetess, que je chroniquerais prochainement.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff