Djalila Dechache
Auteure, chercheure sur l 'Emir Abdelkader l 'Algérien et le théâtre arabe.
Abonné·e de Mediapart

79 Billets

2 Éditions

Billet de blog 13 mai 2021

Pour les musulmans,Edwy Plenel, Editions La Découverte

Tout le monde en France parle de l‘islam et des  musulmans, sans savoir vraiment ce qu‘il en est.

Djalila Dechache
Auteure, chercheure sur l 'Emir Abdelkader l 'Algérien et le théâtre arabe.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour les musulmans, précédé de Leurs passions tristes, nos causes communes,Edwy Plenel, Editions La Découverte Collection essais n°441, 2014,réédité en 2021,186 p.

Tout le monde en France parle de l‘islam et des  musulmans, sans savoir vraiment ce qu‘il en est. C’est tout l‘art de brouiller les pistes d’affirmer sans savoir. En Angleterre ou en Allemagne par exemple, pays qui connaissent une longue histoire avec des ressortissants de pays musulmans, ce n‘est pas le cas, les musulmans puisqu’il s’agit d’eux, ne sont pas stigmatisés ou ostracisés. Ils sont beaucoup plus respectés.

Lorsque le livre d’Edwy Plenel a été réédité en 2021, cela m‘a interpellée selon la formule consacrée.

Je ne crois pas avoir lu précédemment un titre et un livre aussi clairs, un plaidoyer si intense, une lettre adressée à l‘ensemble de la population et même plus. Il reste hélas, toujours d’actualité, et même d’une actualité brûlante.

En effet, qu’est ce qui pousse le journaliste et le co-directeur du quotidien indépendant Mediapart à réfléchir, à s’impliquer sur cette question en particulier, véritable brûlot qui fait les gorges chaudes des médias et d’une certaine classe politique. Parce que c’est devenu une Question posée dans toutes les instances politiques, médiatiques, sociales et universitaires.

Le livre, écrit en résonnance avec « Pour les juifs » d’Emile Zola en 1896, commence par cette phrase : « il y a un problème avec l‘islam en France »…,prononcé par Alain Finkelkraut en référence à « il y a eu un problème juif » en Europelors de la deuxième guerre mondiale. p53.Avec un corollaire en forme de leitmotiv « désarmons nos haines » car il s’agit bien de cela aujourd’hui, la haine a changé de camp, téléguidée en quelque sorte. Tout comme en France pourrait-on encore ajouter selon cette formulation, il y a un problème avec les minorités, les différences.Pire encore, une hiérarchie des civilisations a vu le jour, en donnant la plus mauvaise place à la civilisation des arabes, niant tout ce qu‘ils ont pu apporter à l ‘occident et qui a été pillé et manipulé rejoignant la thèse de Ernest Renan en 1883 lors de sa conférence à la Sorbonne.  Ernest Renan, au XIX ème siècle, participe à « racialiser » la catégorie sémite, il est le premier « à reconnaître que la race sémitique, comparée à la race européenne, représente réellement une combinaison inférieure de la nature humaine », cf Islamophobie[1] Ou encore dans le même ouvrage: Au début du XXème siècle, un groupe « d’administrateurs ethnologues » français spécialisés dans l’étude de l’islam ouest-africain, définit l’islamisme en ces termes, «  … le musulman est l'ennemi naturel et irréconciliable du chrétien et de l'européen, l'islamisme est la négation de la civilisation, et la barbarie, la mauvaise foi et la cruauté sont tout ce qu'on peut attendre de mieux des mahométans » p.74. Des hommes d’état, intellectuels ou encore écrivains tel Victor Hugo mettrons en avant la mission civilisatrice de la France en Algérie en 1830.Edwy Penel pose la question incontournable : « la barbarie de l‘esclavage et de la colonisation, était-ce une mission civilisatrice ? »p 85. 

Je me permets d’ajouter une date importante, il y en a beaucoup, qui a donné pouvoir à l‘Eglise afin de statuer sur les «  sémites » cité dans le livre Islamophobie, cité en fin de volume dans la bibliographie: «Le IVème concile de Latran (1215) sous l'autorité du pape Innocent III, instaure un vêtement distinctif à la fois pour les juifs et pour les musulmans. La collusion entre juifs et musulmans est utilisée au XIVème siècle par l'antijudaïsme chrétien. On retrouve cette connexion au XIXème siècle où selon l'auteur Gil Anidjar, le concept de « sémites » associe les deux peuples ».

 Comment poser un faux problème.  

Bien sûr il y a eu cette dégringolade islamiste dans le monde entier, bien sûr il y a ces attentats criminels, bien sûr tout le monde sait aujourd’hui que les défenseurs d’une pratique totalitaire et sanguinaire de la troisième religion du Livre qui clôt la Prophétie, dévoient l‘islam général vécu par la grande majorité silencieuse des musulmans. Plusieurs variantes insultantes contre l’islam ont été jetées sur la place publique : l‘islam est incompatible avec la République, avec la laïcité, la République avec le voile, avec la pratique des musulmans etc…. A cet égard, Edwy Plenel relate des faits médiatiques qui se sont succédés, depuis le port du voile d’une collégienne monté en épingle jusqu’aux propos d’un certain Manuel Valls qui distillait une haine sans pareille, réduisant à leur religion dans une pensée essentialiste ou encore autre un ministre« toutes les civilisations ne se valent pas », toute une partie de musulmans vivant ou nés en France depuis longtemps. 

Dernièrement, une affirmation de la sénatrice EEV Esther Benassa  a tout résumé: « Marlène Schiappa lance les “états généraux de la laïcité” après que son gouvernement en a fait un outil de stigmatisation des musulmans » avec la loi « séparatisme ».

 Edwy Penel répond à la question :

Pourquoi l’opinion dominante oppose-t-elle l’islam à la laïcité? « C’est un moyen de légitimer cette islamophobie.

Réduire plusieurs millions de personnes aux actes odieux d’une minorité est un mécanisme de temps de crise. C’est la ruse des pouvoirs économico-politiques pour échapper à la catastrophe et à l’échec des politiques qu’ils mènent. C’est la logique du bouc émissaire ».

Le problème est que ni la religion musulmane, ni la civilisation arabe, ni les émigrés n‘ont été acceptés depuis leur arrivée sur l‘échiquier de l‘Humanité et de l‘altérité.

Ni l‘Eglise, ni les politiques ni la société médiévale française n‘ont accepté de les reconnaître.

Je voudrais souligner que le livre Pour les musulmans a été traduit et édité en arabe en 2015 lors de sa première édition et c’est une excellente initiative pour enseigner les arabophones du monde entier. 

Le livre accompagne La revue qatarie Al Doha Juin 2015

 Pour ma part, je suis ravie d’avoir lu ce livre, je suis reconnaissante à l‘auteur qui évoque la grande majorité silencieuse des français musulmans pratiquants ou pas, citoyens à part entière, en mémoire des pères qui nous ont précédés, éloignée de toutes ces violences, de toutes ces déviances et ces malheurs, vivant sans faire de bruit partageant les valeurs de la République, en toute laïcité,  en France ou en Europe.  

[1]Islamophobie, comment les élites françaises fabriquent le «  problème musulman », Abdellali Hajjat et Marwan Mohammed, Editions La Découverte poche, 2016.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
En Colombie, Francia Márquez, première afro-descendante à la vice-présidence, suscite l’espoir
Francia Márquez entre en fonctions aux côtés du nouveau président Gustavo Petro dimanche 7 août. Cette femme noire et activiste écoféministe a promis d’« éradiquer le patriarcat » en Colombie et de lutter contre les discriminations, mais les écueils seront nombreux.
par Sophie Boutboul
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente-deux morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent une enfant de 5 ans et un chef du groupe armé palestinien Djihad islamique palestinien, ont annoncé les autorités sanitaires locales. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive » contre le Djihad islamique palestinien.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel