Djalila Dechache
Auteure, chercheure sur l 'Emir Abdelkader l 'Algérien et le théâtre arabe.
Abonné·e de Mediapart

79 Billets

2 Éditions

Billet de blog 14 août 2021

«Héritage» de Miguel Bonnefoy

Qui avait dit que les sagas romanesques de qualité n‘existent plus et ne correspondent plus à l‘air du temps ?

Djalila Dechache
Auteure, chercheure sur l 'Emir Abdelkader l 'Algérien et le théâtre arabe.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Héritage, Miguel Bonnefoy, Editions Rivages, 2020, 256 p.

 Comme le précise le texte de la 4ème de couverture, ce roman est « une fresque sur trois générations d’intrépides partis se faire un destin de l‘autre côté de l‘océan atlantique, en Amérique latine ».

Très agréable à lire, ce livre se découvre au fil des pages dans un style frais, captivant, précis et romanesque, savamment dosé entre « réel et baroque » selon l’expression de l‘auteur ou encore réel et surnaturel évoquant son histoire quasi familiale.

Qui avait dit que les sagas romanesques de qualité n‘existent plus et ne correspondent plus à l‘air du temps ?

Miguel Bonnefoy apporte la preuve réjouissante du contraire depuis son premier opus en 2015, puis le second en 2017 et aujourd’hui celui-ci.  Le prochain est en cours.

Enfin un auteur, un écrivain qui écrit vraiment, capable d’emporter le lecteur qui tranche avec cette effusion de livres mièvres, narcissiques et creux sur les étals des librairies et d’émissions pseudo littéraires réunissant une poignée de personnes, toujours les mêmes, depuis plusieurs années. Pire, ce système voudrait nous enfermer dans une conception de la vie mortifère.

Chaque chapitre est consacré à un personnage du récit et ses interactions avec les autres personnages.

Il y est question d’un homme natif de Lons-le-Saunier, dans le Jura, vers 1870 devenu par le douanier de service, le dénommé Lonsonier qui arrive au Chili à Valparaiso avec un maigre bagage, un pied de vigne et 30 francs dans la poche. C’est presque rien pour un voyage aussi long. Il y est question aussi de la montée du nazisme en Europe, de volière et d’oiseaux fabuleux, de pampa, de musique, de vigne, de deux guerres mondiales, de fantômes bien réels, d’un guérisseur mystérieux venu de la montagne, d’urbanisation naissante des villes, d’amour bien sûr bien qu‘il ne tienne pas la première place, l’amour est présent de manière discrète, l‘amour se situe ailleurs tout comme la vérité sans doute.

 Il y est question enfin d’odeurs de bleuets, de coriandre, d’ambre et de mélasse, de myrrhe aussi... qui enivrent voyage.

Il y a aussi Margot Duhalde, devenue Margot Lonsonier que le lecteur suit dans ses tentatives à faire démarrer un vieil avion poussiéreux, véritable figure historique bien connue du peuple chilien.

Miguel Bonnefoy est parti du réel pour construire ce personnage attachant si méconnu. Elle est la première femme franco-chilienne à avoir combattu durant la seconde guerre mondiale dans la Royal Air Force. Et l‘on suit ses débuts et sa foi inébranlable dans l‘aviation. Une pionnière méconnue !

Cette même Margot, dans le roman, enfantera avec un mort pas tout à fait mort. A la question de son enfant « Qui est mon papa ? », elle répondra : « C’est moi !».

D’autres personnages tout aussi attachants voire lumineux entrent en scène tel que le soldat allemand Helmut Drichman, Illario Da, Lazare, Thérèse…

Pour le migrant qui fait le voyage Est-Ouest, il lui est plus favorable que celui qui part du Sud vers le Nord, même s’il est évident sait que ces déplacements ne sont pas de même nature et de même intensité. Les uns apportent la plupart du temps un savoir-faire lorsque d’autres représentent de la main-d’œuvre à moindre coût.

Une date fatidique qui ébranla le monde

Les personnages renvoient à des personnes réelles nous l‘avons souligné. Ce sont des inventeurs, des intrépides, des entêtés libres dans leur âme. Ils et elles ont tous inventé, crée quelque chose. Impliqués de près ou de loin dans le renversement politique, basculant dans la dictature Pinochet suite au suicide du président chilien Salvator Allende (1908 - 1973) qui fut le seul espoir d’une vie meilleure et juste dans cette partie du monde, terre d’accueil de ce pays longeant la Cordillère des Andes.

Une fois la dernière page lue, consommée, visualisée « Héritage » suit le lecteur plusieurs jours durant tel un halo de lumière, justifiant une nouvelle lecture.

Pour écrire son livre Héritage, Miguel Bonnefoy a lu des biographies passionnantes d’aviatrices : Amelia Earhart, Adrienne Bolland, Maryse Bastié qui sont devenues des noms de station du tramway T3, et des livres d’aviateurs, de Saint-Exupéry à Kessel ou encore Roland Garros.

C’est avec plaisir que je cite la citation de George Santayana, un auteur fécond, en ouverture du livre : « Ceux qui ne peuvent se rappeler leur passé sont condamnés à le répéter ».

Miguel Bonnefoy a bénéficié d’une résidence d’écriture pour ce livre à la Villa Médicis en 2018-2019.Le prix des Libraires lui a été décerné en 2021.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale