Djalila Dechache
Auteure, chercheure sur l 'Emir Abdelkader l 'Algérien et le théâtre arabe.
Abonné·e de Mediapart

77 Billets

2 Éditions

Billet de blog 19 mars 2022

« Algérie Mon amour » à l'Institut du monde arabe de Paris

2022, année de la célébration des 60 ans de l‘indépendance signée lors des Accords d’Evian. Avec « Regards sur l‘Algérie », un certain nombre de manifestations culturelles auront lieu à l‘Institut du monde arabe (IMA). Du 17 mars au 31 juillet 2022.

Djalila Dechache
Auteure, chercheure sur l 'Emir Abdelkader l 'Algérien et le théâtre arabe.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Algérie Mon amour, artistes de la fraternité algérienne, Expositions de peintres algériens, Institut du Monde Arabe Paris, Salle des donateurs 17 mars – 31 juillet 2022.

Dans le cadre de 2022, Regards sur l'Algérie à l'Institut du monde arabe (IMA), année de la célébration des 60 ans de l'indépendance signée lors des Accords d’Evian, un certain nombre de manifestations culturelles auront lieu.

A travers cette exposition, le musée de l'IMA et le fonds de donation Claude et France Lemand présentent une partie d’une collection exceptionnelle de 38 œuvres de 18 artistes issus de trois générations, sur un total de 600 œuvres d’artistes algériens. Claude Lemand a dressé un panorama de l’histoire des peintres algériens, venus à Paris, centre mondial des artistes en 1947, pour compléter leur formation aux beaux-Arts, exposer ou encore intégrer, sans succès, le très fermé cénacle des peintres américains venus avant eux, beaucoup mieux lotis qu’eux, avec plus de 1600 bourses substantielles accordés par les Etats-Unis à cette époque. « Les artistes algériens n‘ont pas été soutenus comme il se doit » ajoute leur défenseur. Comme lui-même ne les connaissait pas suffisamment dit-il, il est allée à leur rencontre là où ils se trouvaient en France et en Algérie pour l‘essentiel, afin de les découvrir un par un. Chaque artiste ajoute-il est particulier avec un univers qui lui est propre. C’est ce que j‘ai voulu montrer dans le livre, conçu comme « un acte d’admiration que j‘ai pour ce peuple qui a su inspirer tant d’artistes ». L’ouvrage est cours d‘édition, à paraître en juillet 2022. On serait tenté d‘ajouter qui a su l’inspirer également, lui Monsieur Claude Lemand ambassadeur de l‘amour de la peinture et de la fraternité envers le peuple algérien. Dès 1980, un mouvement artistique « Auchem » (taouage) voit le jour, qu‘il soit pictural, littéraire, musical ou encore sociétal, insufflé par le Printemps berbère, montre une fois de plus que l‘Algérie est plurielle et ne saurait être réduite à une et unique appartenance.

« Musique », de Baya (1974. Gouache sur papier, 100 cm x 150 cm). Donation Claude Lemand, Musée de l'Institut du monde arabe.

« L’Algérie est en moi, seuls mes pieds l‘on quittée, mon esprit rôde en permanence parmi les miens ».

 Cette constatation en forme de vérité (que l‘on entend en arabe) est du peintre Abdallah Benanteur (1913-2017), elle pourrait s‘apparenter à toute personne ayant quitté son pays quel qu‘il soit et de toutes les manières qui soient. Pour rester dans le même esprit, Choukri Mesli (1931-2017) a inscrit son œuvre dans le prolongement de sa filiation à l‘histoire patrimoniale du Tassili, en insérant signes et lettres, notamment dans son œuvre de 1991 « Al Hamiyate »,« Les Protectrices », où l‘on décèle des inscriptions en  lettres arabes et en Tifinagh.

Choukri MESLI, À l’ombre des femmes. Les Protectrices, avril 1991. Technique mixte sur carton, 110x75cm Donation Claude et France Lemand, Musée de l’Institut du monde arabe.

Ainsi en est-il pour Denis Martinez avec deux œuvres imposantes « Portes de l‘illuminations » 1991 et « Anzar, le prince berbère de la pluie » 2001, dédiées à la culture berbère superbes toiles «  précisant que « malgré ses couleurs joyeuses, elles sont porteuses du malheur de la décennie noire en Algérie ».

« La créativité algérienne est pour moi l‘une des plus importantes du monde arabe ! »

 Cette assertion est celle de l‘amateur d’art, du collectionneur et du donateur franco-libanais Claude Lemand qui a procédé à la visite-présentation de cette superbe exposition. En fait, il faut l‘entendre, lui personnellement, évoquer ces artistes qu‘il aime véritablement. Il en parle avec chaleur, émotion, fraternité, respect et bienveillance, il connaît l‘histoire de chacun et de chacune par cœur, il y a trois femmes artistes, sur le bout des doigts, chaque détail est important pour lui, il nous restitue leur parcours en humaniste, avec une précision d’orfèvre. 

M'Hamed Issiakhem, La mère, 1965 © Donation Claude et France Lemand. Musée de l’Institut du monde arabe.

Tout au long de la présentation de l‘exposition, il s‘arrête devant chaque toile comment autant d’étapes de sa vie, présentant ici Baya, avec deux toiles « Les rideaux jaunes »1947 et « Musique » 1974, cette dernière œuvre est sur la couverture du catalogue de l‘exposition, là M’Hamed Issiakhem, boursier venu en 1951 à Paris  qui ne peint que des figures féminines, « Mère courage » 1984 et « La mère » 1967, toutes deux portant des titres connus d’inspiration théâtrale et littéraire. Abdelrahmane Ould Mohand quant - à lui évoque la tragédie des Moines de Tibhirine par une œuvre expressionniste en diptyque, « Le jardin des moines » d‘apparence bucolique en haut, quand en bas, le visiteur devine les noms des moines disparus.

Claude Lemand n‘oublie pas ses prédécesseurs, cite également Jean Sénac pour l‘exposition de 30 artistes algériens qu‘il a réalisé au musée des Arts décoratifs à Paris en 1964, et de rappeler en quelques mots les affres de la France post-coloniale concernant cet admirable auteur.

Rachid KORAICHI, Tu es mon amour depuis tant d'années, 1999-2000. Cahier dfe 61 dessins. Donation Claude et France Lemand. Musée de l'Institut du monde arabe. 

On retrouve avec bonheur l‘artiste Rachid Koraïchi et son cahier de 61 dessins «  Tu es mon amour depuis tant d‘années », effectués à l'encre de chine. Claude Lemand évoque une «  dimension sacrée de la vie » et pour l’artiste, le cercle représente le cycle de la vie.

 On pourrait dire que Claude Lemand est un artiste lui aussi, son art est de rassembler des artistes et de les présenter au public avec amour et humanité. C’est un tel bonheur de rencontrer une telle personnalité, affable, disponible, souriant, illuminé par tant de beautés qu‘il nous restituent avec bonheur, élégance, chaleur, au savoir sans limites.

 C’est un pan important de l‘histoire de l‘Algérie et de la France qui nous est donné à l‘occasion de cette magnifique exposition à l‘IMA par Claude Lemand.  Plus qu‘une exposition, c’est une entreprise de réconciliation des algériens avec eux-mêmes tout d‘abord afin d’inaugurer une nouvelle phase d’être et d‘exister, dépassant le Comment nous vivons pour affirmer le Qui sommes-nous ? Cette exposition y contribue, c’est certain. « Le plus important pour moi à travers cette exposition est de rappeler combien cette fraternité est fructueuse et combien la culture peut y contribuer. Et c’est le principal message de cette exposition », dit - il.

 Nous le croyons aussi.

Un livre est prévu en juillet sur les 600 œuvres de la collection, textes de d’Anissa Bouayed, d’Emilie Goudal et de Claude Lemand, abondamment illustrés.

Une exposition dédiée à Abdallah Benanteur en novembre prochain, précédée d’une exposition en hommage à l’artiste Baya, toutes deux à l'IMA.

www.imarabe.org

Artistes exposés

  • Mohamed AKSOUH1934
  • Mohand AMARA1952
  • BAYA1931-1998
  • Souhila BEL BAHAR1934
  • Abdallah BENANTEUR1931-2017
  • Mahjoub BEN BELLA1946-2020
  • Zoulikha BOUABDELLAH1977
  • Halida BOUGHRIET1980
  • EL MEYA(Benchikh El Fegoun) 1988
  • Abdelkader GUERMAZ1919-1996
  • M’hamed ISSIAKHEM1928-1985
  • Mohammed KHADDA1930-1991
  • Rachid KORAICHI1947
  • Denis MARTINEZ1941
  • Choukri MESLI1931-2017
  • Abderrahmane OULD MOHAND1960
  • Louis NALLARD1918-2016
  • Kamel YAHIAOUI1966

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart